MOBILISATION – On n’a pas de pétrole, mais qu’est-ce qu’on a comme autoroutes…

capture_d_e_cran_2016-06-29_a_15.47.41L’écologie intégrale du pape François invite aussi à regarder en face les contradictions de notre système économique. C’est à ce titre que l’association lyonnaise Chrétiens et pic de pétrole (CPP) soutient les opposants à la construction d’une nouvelle autoroute entre Lyon et Saint-Etienne.

Un soutient qui est aussi un moment important pour cette association née à Lyon en 2007 et qui se prépare à changer de fonctionnement.

CPP a participé activement à la propagation des considérations écologiques et à la promotion de l’idée d’une « objection de croissance » chrétienne en organisant 3 colloques, de nombreuses conférences et ateliers d’éducation populaire. Face à l’urgence écologique, sociale et anthropologique, CPP se réjouit de la prise de conscience des chrétiens et de l’action courageuse du Pape François. C’est pourquoi ses membres souhaitent désormais agir sur le terrain de luttes concrètes et dissoudre l’association. « Nous avons réalisé un bon travail intellectuel, en phase avec l’encyclique Laudato Si’. Il est temps pour nous de rejoindre des initiatives de terrain et de laisser la nouvelle génération de chrétiens écologistes faire vivre nos réflexions. Des graines ont été plantées et portent leur fruit. Il reste à espérer que les changements seront à la hauteur de l’urgence écologique et de l’impératif moral à préserver la Création » précise Henri Pérouze, membre actif.

Fondée à Lyon en 2007, l’association est le fruit de la rencontre entre un prêtre catholique et des militants écologistes. Elle travaille depuis sa création à mettre en valeur les liens entre le christianisme et l’écologie politique, tout en se voulant proche avec les luttes concrètes, associatives, syndicales et politiques. Avec l’appui de nombreux d’intellectuels, chercheurs, théologien, hommes et femmes politiques – chrétiens, agnostiques ou athées – comme Gaël Giraud s.j., Serge Latouche ou Olivier Rey, CPP a sensibilisé plusieurs centaines de participants à ses colloques et ateliers de réflexions. Les actes des 3 colloques sont disponibles en ligne sur www.chretiens-et-pic-de-petrole.org

L’association CPP a donc décidé de se dissoudre pour permettre à ses membres de s’engager dans différents engagements militants concrets. Les actifs de l’association vont être distribués à l’association « Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais » qui s’oppose à la construction d’une nouvelle autoroute entre Lyon et Saint-Etienne.

« Il est urgent de remettre en cause le paradigme techno-capitaliste, dans lequel s’inscrit ce grand projet  climaticide, court-termiste et dont les bénéfices reviennent encore une fois à une multinationale au fonctionnement opaque. Il y a des alternatives souhaitables. » expliquent les membres de l’association.

Pour en savoir plus sur ce nième projet autoroutier

On peut rappeler aussi que c’est à Saint-Etienne que ce sont tenues les 2 premières moutures des Assises chrétiennes de l’écologie. Cette mobilisation est peut être un bon prétexte pour lancer les suivantes ?

DL

Publicités

SAINT ETIENNE – Acteur de développement

Jean Luc SouvetonUn des acteurs important des 2e Assises chrétiennes de l’écologie a été le P. Jean-Luc Souveton. La radio RCF lui a donné la parole.

On peut l’entendre dans un entretien radiophonique ici.

« Ce qui m’intéresse c’est de rejoindre ces gens qui ont une véritable faim de vie spirituelle, qui cherchent, et pas forcément qu’à l’intérieur de l’Eglise. » Prêtre du diocèse de Saint-Etienne, Jean-Luc Souveton est délégué aux développement personnel et aux spiritualités hors-frontières. Il anime des ateliers sur l’assise silencieuse, le jeûne, la respiration ou la marche méditative. Une fonction originale au sein d’un diocèse, mais qui entre une démarche de l’Eglise de dialogue avec le monde.

« Le jeûne s’est imposé à moi dans mon cheminement spirituel. » Le père Jean-Luc Souveton est à l’origine des Assises chrétiennes du jeûne, organisées pour la première fois en 2010. Une pratique qu’il a découverte dans les années 1996-1997. Comme une réponse à un besoin de sobriété. « Trouver de la liberté par rapport à l’alimentation pour pouvoir me nourrir d’une autre nourriture. » Le jeûne procède d’un besoin de connaître le manque pour s’ouvrir à Dieu. Il fréquente alors une communauté jésuite en Suisse qui lui enseigne comment jeûner.

« Etre là pour Dieu et non pas d’abord pour ses grâces. » Est-ce à cela que l’on peut résumer l’écologie? Pour le père Jean-Luc Souveton, il y a un lien très étroit entre l’expérience spirituelle du jeûne et l’écologie. Par la contemplation. Le prêtre du diocèse de Saint-Etienne se souvient, quand il était enfant, de ces heures à garder les vaches d’un agriculteur pendant les grandes vacances. Une première expérience de la solitude qui marque. Devenu adulte, ce goût de la contemplation le conduit à une prise de conscience écologique. Car tout est lié. « A la question de l’écologie viennent se greffer les questions du rapport à Dieu, à la création, aux autres, de la justice sociale, de la juste répartition des richesses, de ce que nous allons laisser à nos successeurs sur la terre. »

RENDEZ-VOUS – Vent debout pour les Assises

2015 Assises chrétiennesC’est la dernière ligne droite pour la préparation des deuxièmes Assises chrétiennes de l’écologie à Saint-Etienne !

Une bonne occasion de se rencontrer et de croiser nos projets, nos réseaux, nos envies. Nous sommes quelques uns, avec Pax Christi-Lyon à nous y rendre en partant à pied depuis Lyon. J’assurerai à St Etienne, le vendredi, la séance d’ouverture avec Patrice de Plunkett.

A bientôt donc
DL

RENDEZ-VOUS – Quand Saint François et Saint Etienne se rencontrent, de quoi parlent-ils ?

2015 AssisesUn message de Jean Luc me rappelle que je n’ai pas honoré récemment ce grand rendez-vous de l’été à venir : la deuxième session des Assises chrétiennes de l’écologie à Saint Etienne.

Pour info, le mouvement Pax Christi organise une marche à partir de Lyon vers Saint Etienne pour aller à la rencontre des acteurs de cette prise de conscience écologique. Un projet encore en construction. Avis aux amateurs de marche, ou d’accueil en chemin ou de rencontres inopinées autour de projets à découvrir dans la région… Une bonne occasion pour nous rencontrer…

Je laisse la parole à Jean Luc. Vous trouverez toutes les infos ici pour vous inscrire notamment.

Avec l’encyclique du pape François et l’organisation, par la France, de la Conférence internationale sur les changements climatiques (Cop 21), l’année 2015 est celle de l’écologie. Face aux menaces d’ampleur qui pèsent sur la planète, les chrétiens ont des propositions. Et la société française s’ouvre à une approche spirituelle de la crise écologique. Pour répondre à ce besoin d’échange, l’hebdomadaire La Vie coorganise, avec le diocèse de Saint-Étienne, la 2e édition des Assises chrétiennes de l’écologie : 3 jours de rencontres et de forums avec les meilleurs experts et penseurs de l’écologie les 28, 29 et 30 août 2015. Plus de 2 000 participants sont attendus.

Parmi les temps forts proposés, on trouvera notamment des conférences plénières et des tables-rondes avec des intervenants de renom tels que Jean-Marie Pelt, directeur de l’Institut européen d’écologie, Patrick Viveret, philosophe, Corinne Lepage, ancienne ministre, présidente de LRC Cap 21, Gaël Giraud, économiste, Marie-Monique Robin, journaliste, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, Dominique Lebrun, évêque de Saint-Étienne, Marc Stenger, évêque de Troyes, Bruno Feillet, évêque auxiliaire de Reims, Christian Krieger, vice-président de la Fédération protestante de France, Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman, Yeshaya Dalsace, rabbin à Paris, Joshin Bachoux Sensei, nonne bouddhiste. De nombreuses organisations de la société civile seront également présentes.

Près de 80 forums, ouverts aux familles et aux jeunes, sont au programme, parmi lesquels : « La terre nourricière, un trésor à préserver », « Devenir une famille à énergie positive », « Jeûner pour le climat », « Comment mettre notre argent au service d’une transition vers des sociétés soutenables ? », « Animer un éco-hameau chrétien », « Soigner l’esprit, guérir la terre ». Au-delà des temps de réflexion, le programme propose aussi des ateliers portés sur l’expérience sensible du monde (randonnée, travail de la terre) et des temps de recueillement (célébration eucharistique, prière, méditation).

http://www.rencontres-ecologie-2015.assises-chretiennes.fr

Saint Etienne, parole à l’organisateur

Jean Claude Noyé, qui travaille à la revue Prier et qui milite de longue date pour les questions du jeûne et de l’écologie dans une perspective chrétienne revient ici sur les Assises de Saint Etienne, auxquelles il a largement participé et contribué…
Publié le 18/11/11

___________________________

Espéré, attendu, longuement préparé, le succès fut au rendez-vous. Succès de fréquentation, avec 1700 participants – dont 400 jeunes – alors que nous en attendions 1000. Succès par la qualité des conférences, débats, tables rondes et ateliers. La diversité des intervenants et des thématiques abordées ont séduit le public et, comme on dit familièrement, il y en avait pour tous les goûts. Succès encore grâce à l’atmosphère fraternelle et conviviale que tous, organisateurs, intervenants et participants, ont su mettre en oeuvre. Respect, disponibilité, écoute, bienveillance : la réussite d’un évènement tient aussi, et peut-être même avant tout, à ces petits riens – un sourire, une poignée de main franche et généreuse, le tutoiement facile sinon de rigueur – qui font qu’on se sent bien ensemble. Et que, décidément, cela valait le coup  de se déplacer à Saint-Etienne à l’occasion de ces trois jours, les 11, 12 et 13 novembre, dédiés à l’écologie.

L’occasion de décliner, comme un fil conducteur, le slogan à la teneur tout autant évangélique qu’écologique : “Moins de biens, plus de liens”. Et de réaffirmer cette conviction commune à tous les intervenants : on ne sortira pas de la crise écologique, dont la gravité a été réaffirmée sans ambiguité, avec des mesurettes (le “green-washing”) ni grâce au seul secours de la science. Le concours de celle-ci est certes précieux mais ne saurait suffire. Ce qui est en jeu n’est autre que le changement de notre mode de vie. Clairement, nous devons appendre à  faire mieux avec moins. C’est-à-dire explorer les voies de la « sobriété heureuse » (Pierre Rabhi) ou de « l’abondance frugale » (Jean-Baptiste de Foucauld).

Mais ce changement de société, incontournable sauf à aller droit dans le mur, implique tout aussi nécessairement la conversion de nos mentalités et que nous adoptions et un autre regard sur la nature  Les conférences plénières du vendredi soir et du dimanche matin, qui portaient plus précisément sur ce dernier aspect (quel rapport au monde ? ), ont dessiné des éléments de réponse. Et donner l’occasion à Michel-Maxime Egger, théologien de confession orthodoxe, de séduire un large public en allant au bout du bout de cette interrogation. Quitte à mettre en cause l’excès d’anthropocentrisme et de dualisme propre à notre civilisation, excès qui a conduit au fil des siècles – surtout après le tournant de la Renaissance, suivi d’un effet d’emballement au XVII° siècle jamais interrompu depuis – à la mise en coupe réglée de notre planète, devenue un vaste dépotoir.

Alors oui, nous devons repenser nos valeurs et peut-être même notre spiritualité. A l’exemple de frère François et de sa compassion universelle pour tout le vivant. François, fait patron des écologistes par Jean-Paul II, dont le message ne peut que continuer à nous inspirer !

Des verts chrétiens à Saint-Etienne

Une première qui marque sans doute aussi une étape dans la prise de conscience écologique au sein des communautés chrétiennes en France. Du 11 au 13 novembre prochain, les Assises chrétiennes de l’écologie, organisées par le mensuel Prier se dérouleront à Saint-Etienne.

Au programme, sensibilisation aux enjeux de la crise écologique et réflexion sur les perspectives et pistes d’action qui s’offrent à nous. Par la qualité et la renommée des intervenants présents, ces assises promettent déjà de mobiliser un grand nombre de personnes.

 

Le souhait des organisateurs a dès le début été de favoriser une présence forte des enfants et des jeunes, la question de l’écologie étant un sujet qui les mobilise beaucoup. Ainsi, les enfants et leur famille sont particulièrement invités à participer au spectacle « Astronomie et Ecologie » le vendredi 11 novembre à 14h30.

 

Objectifs

  • Sensibiliser les chrétiens à la réalité et à l’ampleur de la crise écologique,
  • Favoriser la mobilisation personnelle et collective en proposant des pistes concrètes d’action
  • Associer les jeunes
  • S’inscrire dans une démarche œcuménique,
  • Permettre à chacun(e) de vivre un temps convivial sinon fraternel Lire la suite