THEOLOGIE – La Création, quel Bronx !

2017 ECOLOGIE Orthodoxie 8 décembre

Le 8 décembre prochain, se déroulera une rencontre théologique sur le thème « Création, rédemption et éthique environnementale, vus de la perspective du christianisme oriental ».

Petit détail, la rencontre se déroule à l’université de Fordham, au centre des Etudes sur le christianisme orthodoxe… à New York.

Publicités

THEOLOGIE – Oiko-logos orthodoxe à Paris

A l’occasion de sa rentrée universitaire, l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris (93 rue de Crimée, Paris XIX), organise le 21 et 22 septembre un colloque sur le thème : « Face a la crise écologique, quelle réponse chrétienne ? »

 

André Lossky, Michel Stavrou, Bertrand Vergely, Julia Vidovic seront les principaux intervenants de ce colloque dont voici le programme :

 

Jeudi 21 septembre 2017

10h30-12h30 Prof. Michel STAVROU (ITO), « Quelques repères de la Tradition orthodoxe en pleine crise écologique ».

14h00-16h00 : Prof. André LOSSKY (ITO), « La sauvegarde de la création dans la liturgie byzantine ».

 Vendredi 22 septembre 2017

10h30-12h30 : Prof. Bertrand VERGELY (ITO), « Faire de la nature une expérience en Christ ».

14h00-16h00 : Dr Julia VIDOVIC (ICP, ITO), « L’homme et le monde selon saint Maxime le Confesseur ».

 Renseignements/Inscriptions : ito@saint-serge.net

DL

PS : merci à Michel pour l’information

CREATION – L’archipel de la contemplation

 r1oke02n97A l’occasion du mois de prière pour la Création, il peut être intéressant de découvrir le travail photographique de Mgr Pancrace, abbé du monastère de Valaam.

L’exposition se déroule à Monaco et Beaulieu (Alpes-Maritimes) jusqu’au 30 septembre et est l’occasion de découvrir le magnifique site naturel de ce monastère orthodoxe russe qui, depuis quelques années, a relevé ses murs et retrouvé tout son rayonnement spirituel.

L’exposition organisée par Nereus-Arts à l’occasion de l’Année de l’Écologie en Russie a reçu le soutien du Centre de Russie pour la culture et les sciences (Paris) et celui du Consulat honoraire de la Russie à Monaco.

Figure emblématique de la communauté orthodoxe, Mgr Pancrace incarne pour les Russes le retour à une vie spirituelle qui a pu émerger suite à la Perestroïka. Inspiré par les dispositifs de protection des espaces naturels marins en France et à Monaco, Mgr Pancrace souhaite mutualiser ces expériences réussies au niveau international afin de préserver d’autres sites exceptionnels comme l’archipel de Valaam, situé au nord de la Russie, en République de Carélie, et qui abrite le plus ancien monastère du pays. Il a donc répondu favorablement, à titre personnel, à l’invitation de Nereus-Arts.

Plus d’infos : www.nereus-arts.org

ORTHODOXIE – Des réflexions écologiques sur la crête

2017 ECOLOGIE Crete Octobre.png

Un rendez vous à venir en octobre prochain en Crête. La 5e conférence orthodoxe sur la théologie de « l’oikos » se déroulera du 23 au 27 octobre prochain.

Des articles théologiques peuvent être proposés avec comme date limite le 30 juillet. A vos plumes

http://ithe.webs.com/

DL

Plus d’infos :  Louk.Andrianos@wcc-coe.org or luc_andrian@yahoo.gr

ORTHODOXIE – Patriarche en vert et pour tous

Sur le site du centre d’étude orthodoxes de l’université de Fordham, à New York, est annoncé la publication de deux livres intéressants (en anglais). Merci à Michel pour l’info.

  • « On Earth as in Heaven: Ecological Vision and Initiatives of Ecumenical Patriarch Bartholomew », Editeur : John Chryssavgis, Introduction par le Duc d’Edinbourgh

2017 ECOLOGIE Livre Orthodoxie Patriarche 2017Il s’agit d’une compilation des écrits et interventions du patriarche Bartholomée durant les vingt années passées de son ministère, qui souligne la primauté des valeurs spirituelles pour déterminer l’éthique et les actions environnementales à mener face à la crise écologique en cours.

  • « Toward an Ecology of Transfiguration: Orthodox Christian Perspectives on Environment, Nature, and Creation », Editeur:  John Chryssavgis et Bruce V. Foltz, Preface par le patriarche Bartholomée et introduction par Bill McKibben

2017 ECOLOGIE Livre Orthodoxie ThéologiensUn livre qui présente les ressources spirituelles de la tradition orthodoxe qui permettent de soutenir l’engagement des personnes et des institutions dans les défis environnementaux actuels. Une belle compilation des textes des théologiens et philosophes orthodoxes contemporains

 

CAREME – Pastorale des jeûnes

Les frères du skite orthodoxe de Sainte-Foy me signalent une intéressante table ronde à venir sur la place du jeûne alimentaire dans la tradition byzantine, le 4 mars prochain, à 14 h à l’église Saint-Sulpice à Paris.

2017-careme-jeune-orthodoxe

Quatre conférenciers donneront des éclairages historiques, pratiques mais aussi médicaux sur le carême dans la tradition orthodoxe. Mme Béatrice Caseau, professeur à l’Université Paris-Sorbonne IV, nous parlera de la culture alimentaire dans la tradition byzantine. Le père Gérasime, (Frère Jean) higoumène du skite orthodoxe de Sainte Foy du carême comme chemin au fil des jours.  Deux médecins nous exposeront un point de vue médical sur le carême. Dr. Cl Tanase, « Les bénéfices et les dangers du carême pour la santé »

ORTHODOXIE – Le patriarche hausse la voix

2015 BartholomeosIl est temps (enfin) de lire le message du patriarche Bartholoméos 1er publié à l’occasion du nouvel an orthodoxe et de la journée de prière pour la Création, le 1er septembre. Un message fort pour réveiller les consciences endormies.

En l’Esprit saint se renouvelle l’entière création, retournant à sa première condition » (Anavathmi, t. 1). « Béni sois-tu, Seigneur, le seul à renouveler tes œuvres quotidiennement » (Basile le Grand).

Frères concélébrants et enfants bénis dans le Seigneur,

Nul n’ignore qu’à l’initiative prise par le Patriarcat œcuménique -et récemment par l’Église catholique romaine aussi- le 1er septembre est fixé comme journée de prière pour la protection de l’environnement naturel. Au cours de cette journée, nous prions le Très-Haut de faire briller de joie Sa création pour qu’elle soit agréable et fructueuse à la vie de l’homme sur terre. Cette requête comprend certainement aussi la prière pour qu’Il permette que les inévitables changements climatiques se passent dans les limites de tolérance pour la survie de l’homme d’une part, la durabilité de la création, d’autre part.

Toutefois, l’humanité, que ce soit en partie ou dans son ensemble, se comporte à l’opposé de cette demande. Nous oppressons la nature de manière à causer des changements climatiques et environnementaux inopinés et fâcheux, nuisibles à son fonctionnement régulier et dès lors à notre vie. Le cumul des actes commis par des individus, mais aussi par des entreprises privées et publiques de grande envergure, destinés à produire davantage de biens au profit des exploitants, a pour seul résultat la destruction de la création de Dieu faite pour fonctionner harmonieusement. Nous tous qui appréhendons le risque quotidiennement grandissant du changement climatique sur notre planète, dû à l’activité humaine, haussons la voix pour le signaler et appelons tout le monde à examiner ce qu’il faut faire « pour que la vie ne disparaisse pas au bénéfice de la richesse » (Déclaration de l’Organisation des Nations Unies).

Dès lors, en qualité de Patriarche œcuménique, nous déployons des efforts depuis des années pour informer les fidèles de notre Église et tous les hommes de bonne volonté des risques que l’usage parfois abusif des ressources énergétiques implique ; un usage qui menace de produire un terrible changement climatique tout en compromettant la durabilité de l’environnement naturel. Nous les chrétiens orthodoxes avons appris des Pères de l’Église à limiter nos besoins dans la mesure du possible. Au consumérisme, nous opposons l’ascétisme. Un ethos d’autolimitation des besoins à l’indispensable. Cela n’implique pas privation, mais rationalisation de la consommation et désapprobation éthique de la prodigalité. L’apôtre du Christ nous exhorte : « Si donc nous avons nourriture et vêtement, nous nous en contenterons » (I Tm 6,8). Christ lui-même, en multipliant les cinq pains pour rassasier cinq mille hommes, hormis des femmes et des enfants, a prescrit de rassembler les morceaux qui restaient « de sorte que rien ne soit perdu » (Jn 6,12). Malheureusement, les sociétés modernes ont renoncé à pratiquer cette prescription, livrées à la prodigalité et à l’exploitation insensée pour satisfaire un sens de prospérité vain. Ces comportements sont cependant susceptibles d’être modifiés, moyennant une éducation appropriée, pour économiser des ressources et de l’énergie.

Frères et enfants dans notre Seigneur et Créateur commun,

Nous les humains sommes les destructeurs de la création, à cause de notre avidité, de notre attachement à la terre, aux biens terrestres que nous tentons d’accroître sans cesse, à l’instar du « riche insensé » de l’Évangile. Nous oublions l’Esprit saint en Qui « nous avons la vie, le mouvement et l’être » (Ac 17,28). Cela signifie que pour juguler la crise écologique, il faut agir de façon concertée, mais toujours en l’Esprit saint, par la Grâce de Qui nos efforts humains sont bénis et se renouvelle l’entière création, retournant à sa première condition, telle qu’elle fut créée « très bonne » par Dieu. C’est pourquoi, c’est à l’homme, cocréateur et doté du libre arbitre, qu’il incombe de faire face à la crise écologique.

La terre ressemble à « un gigantesque tas d’ordures » (François, pape de Rome, Encyclique 2015). Ce ne sont pas uniquement des immondices matérielles, mais avant tout spirituelles. Ce sont des ordures provenant essentiellement des pensées malsaines de l’être humain lui-même. Toutefois, nous les chrétiens orthodoxes, forts de la certitude de notre foi au Seigneur tout-puissant, Auteur de toute la création, sommes appelés à faire œuvre d’évangéliste, d’apôtre, aussi en matière de protection de la création : autrement dit, ranimer le message évangélique joyeux dans le monde tumultueux d’aujourd’hui ; réveiller la nature spirituelle somnolente de l’être humain, diversement éprouvé à bien des reprises et de bien des manières ; transmettre, enfin, un message d’espérance, de paix, de vraie joie de la paix, de la joie du Christ.

Pensant ainsi et proclamant cette vérité depuis notre très saint Trône œcuménique apostolique et patriarcal, nous appelons le monde entier à faire preuve de vigilance, à se débarrasser de pensées fourbes et de mobiles intéressés pour vivre en harmonie avec le prochain et avec la création « très bonne » de Dieu. Nous prions et souhaitons avec Basile le Grande qui « a expliqué la nature des êtres » : « Béni sois-tu, Seigneur, le seul à renouveler tes œuvres quotidiennement ; béni sois-tu, Seigneur, qui créas la lumière et les ténèbres, et qui les distinguas ; Béni sois-tu, Seigneur, créant et réformant tout, éloignant l’ombre de la mort et transformant le jour en nuit ; Béni sois-tu, Seigneur, qui créas l’homme à ton image et ressemblance, créant le jour dédié aux œuvres de lumière et la nuit pour le repos de la nature humaine… » .

Ceci est notre message, notre conviction et notre exhortation à vous tous : Tenons-nous bien, tenons-nous dans la crainte devant la création de Dieu. Que la grâce et l’infinie miséricorde de notre Seigneur, auteur de la création tout entière, visible et invisible, soient avec vous tous et avec le monde entier, toujours et dans les siècles infinis. Amen.

Le 1er septembre 2015, † Bartholomaios de Constantinople, fervent intercesseur auprès de Dieu