MYANMAR – Le cri de la terre, le cri des pauvres

2017-charles-bo-myanmarLe cardinal Charles Bo – premier cardinal du Myanmar – ne mâche pas ses mots. A l’ouverture de la 17e rencontre des religieux/ses d’Asie-Océanie (AMOR), ce lundi, il a ainsi lancé à l’assemblée : « Aujourd’hui, nous faisons face à un holocauste environnemental. C’est un moment effrayant. »

Le prélat catholique, évêque de Yangon au Myanmar, a souligné devant les 132 participants que le « changement climatique est une réalité », soulignant les « péchés écologiques » et le besoin de « conversion écologique » des communautés chrétiennes. Citant l’encyclique Laudato si à maintes reprises, Mgr Bo a ainsi introduit la session dont le thème est « Un appel pour une conversion écologique globale ».

2017-maynmar-amor-17-logoPour la première fois, la rencontre AMOR, – un RV qui a lieu tous les 2 ou 3 ans, et qui a été lancé en 1972 -, se déroule en Birmanie. Un pays marqué par une longue et pénible histoire de dictature militaire. Mais aussi un pays particulièrement exposé au changemnet climatique. De fait, le pays est le deuxième sur la liste des Etats les plus vulnérables à ces changements en cours. Mgr Bo insiste :
 » Nous sommes rassemblés ici et aujourd’hui non contre les terroristes de DAECH, mais contre les terroristes économiques et écologiques. » Et de poursuive : « Nous sommes un pays pauvre. Les pays riches ont répandu le CO2 dans l’atmosphère. Nous souffrons beaucoup et enterrons des milliers de personnes après chaque désastre naturel. »

Lire la suite

Un peu d’écojustice au Myanmar

«Jamais de ma vie je n’oublierai cette merveilleuse journée». C’est Hau Sian Suan, jeune étudiant issu de la région de Chin, dans l’ouest du Myanmar, qui parle, en se souvenant de sa participation  au programme des Jeunes pour l’éco-justice, organisé en 2011, conjointement par le Conseil œcuménique des Églises et la Fédération luthérienne mondiale.

De retour chez lui, il a immédiatement mis en route plusieurs programmes de sensibilisation et d’action, dans un pays où les changements climatiques affectent déjà les populations les plus pauvres. Un premier forum sur les changements à l’église baptiste de Lawibual a été suivi de plusieurs actions concrètes, menées habituellement au cours de la « journée mensuelle de travail pour l’écojustice » : ramassage de déchets, nettoyage de caniveaux, plantation d’arbres, programme et outils pour économiser la consommation de bois de chauffage et lancement du programme «Formation de sensibilisation aux changements climatiques et à la gestion de l’eau.» Dans tout cela, c’est d’abord une espérance que Hau Sian Suan tente de transmettre aux populations de sa région, en les sensibilisant aux urgences de l’écojustice et en les mettant en contact avec des techniques nouvelles pour leur vie quotidienne.DL

Source : Article  de Susan Kim, COE

© Nang Kim Mang

 

Oecuménisme de terrain…

Au cours d’une conférence oecuménique à Yangon, les responsables chrétiens du Myanmar ont adressé un message au nouveau président Thein Sein. Un appel pour préserver les ressources naturelles, protéger les paysans des confiscations de terrain et calmer les tensions apparues avec certaines ethnies du pays.
Catholic Church News Image of Christians raise ‘big three’ issues with president

Mgr Charles Bo, secrétaire général de la conférence des évêques rappelle ainsi :  » Nous avons souvent entendus qu’une minorité de gens riches et d’entreprises confisquent les terres de paysans pauvres. Sans défense, ils deviennent de plus en plus  pauvre. » Le Révérend Kyaw Nyunt, directeur de l’Institut oecuménique du Myanmar souligne qu’il « ne faut pas détruire les ressources naturelles. Un arbre doit avoir l’apparence d’un arbre et une rivière ressembler à une rivière. Leur intégrité doit être préservée. »

Source : ucanews.com – crédit photo : ucanews.