MYANMAR – Le cri de la terre, le cri des pauvres

2017-charles-bo-myanmarLe cardinal Charles Bo – premier cardinal du Myanmar – ne mâche pas ses mots. A l’ouverture de la 17e rencontre des religieux/ses d’Asie-Océanie (AMOR), ce lundi, il a ainsi lancé à l’assemblée : « Aujourd’hui, nous faisons face à un holocauste environnemental. C’est un moment effrayant. »

Le prélat catholique, évêque de Yangon au Myanmar, a souligné devant les 132 participants que le « changement climatique est une réalité », soulignant les « péchés écologiques » et le besoin de « conversion écologique » des communautés chrétiennes. Citant l’encyclique Laudato si à maintes reprises, Mgr Bo a ainsi introduit la session dont le thème est « Un appel pour une conversion écologique globale ».

2017-maynmar-amor-17-logoPour la première fois, la rencontre AMOR, – un RV qui a lieu tous les 2 ou 3 ans, et qui a été lancé en 1972 -, se déroule en Birmanie. Un pays marqué par une longue et pénible histoire de dictature militaire. Mais aussi un pays particulièrement exposé au changemnet climatique. De fait, le pays est le deuxième sur la liste des Etats les plus vulnérables à ces changements en cours. Mgr Bo insiste :
 » Nous sommes rassemblés ici et aujourd’hui non contre les terroristes de DAECH, mais contre les terroristes économiques et écologiques. » Et de poursuive : « Nous sommes un pays pauvre. Les pays riches ont répandu le CO2 dans l’atmosphère. Nous souffrons beaucoup et enterrons des milliers de personnes après chaque désastre naturel. »

Lire la suite