SPECTACLE – Le bel ordinaire de François

2017 NDA François d'Assise

Pour clôturer le mois de prière pour la Création, la communauté de la chapelle Notre Dame des Anges à Paris (VIe s.) vous invite à ce beau spectacle évoquant la vie de François d’Assise (c’est le 4 octobre à 20 h 30).

A 18 h 30, il est possible aussi de se retrouver à la crypte du Forum104, pour le temps de prière pour la Création (comme tous les premiers mercredis du mois).

Venez nombreux.

DL

PS : à signaler une conférence intéressante au Forum104 (104 rue de Vaugirard, Paris), ce mardi 3 octobre, de 19 h 30 à 21 h 30 : « La gratitude, moteur de bien être pour soi et pour autrui », par Rebecca Shankland, psychologue.

 

Publicités

SPIRITUALITE – Chemins d’unité

L’été est passé et le blog E&E n’a pas annoncé la naissance d’un nouveau projet fin juin dernier. L’amie Christine K. a lancé en effet une nouvelle association intitulée « Anima terra », qui, partant de l’expérience chrétienne et d’autres sagesses, veut aider à mieux « vivre l’unité entre écologie et spiritualité ».

2017 ECOLOGIE Anima terra.png

Christine se présente elle même comme « écojournaliste, créatrice, militante, parfois méditante, éco-maman…. et terrienne ». En lançant cette association laïque, elle poursuit sa quête personnelle pour « ouvrir à la dimension spirituelle de l’écologie en puisant son inspiration à différentes sagesses du monde, et en particulier à la vision de François d’Assise. » Pour « restaurer notre lien à la nature et au Vivant sous toutes ses formes, à l’intérieur et à l’extérieur de nous. »

Une association qui veut ouvrir de nombreuses pistes (ateliers, stages, publications, réseautage etc.) et qui rêve d’ouvrir un « lieu écospirituel qui incarne cette approche, dont un espace de nature préservé pour laisser vivre et soigner les âmes des humains et des animaux. »

DL

Contacts : animaterra56@gmail.com

 

LITURGIE – Grenouilles (et autres animaux) de bénitier

2017 ECOLOGIE Animaux bénédiction Mesnilmontant.jpgD’autres lieux paroissiaux organisent des bénédictions d’animaux dans les jours qui viennent. Christine m’en signale deux autres. Avis aux amateurs.

  • A Paris, à l’occasion de la fête de la Saint François d’Assise, l’association Notre Dame de toute pitié organise le 7 octobre à 14 h 30 une bénédiction des animaux. Crypte de l’église Notre Dame du perpétuel secours, à 14 h 30 (Paris XIe- Métro Père Lachaise autobus 61 et 69).

 

  • A Paris encore, le 30 septembre à 16 h 30 en l’église Saint François d’Assise (Paris, XIXe, 9 rue de Mouzaïa), la bénédiction des animaux et de leur maître aura lieu dans le cadre du VIIIe centenaire de l’arrivée des Franciscains en France. A noter que le lendemain, une table ronde est organisée à partir de 9 h 30 rassemblant Veronique Fayet, Présidente du secours catholique, Atanase Perifan, créateur de la fête des voisins et voisines solidaires, Mohammed Bajrafil, Imam à Ivry-sur-Seine  et membre du Conseil théologique des musulmans de France et Christine Kristof-Lardet (autour de l’écologie) . Plus d’infos ici.

SAINT – Quand François ne laisse pas de pierre

La paroisse St-François d’Assise et St-Rémy, à Vanves (92) va inaugurer prochainement une sculpture monumentale du Poverello sur le parvis de l’église. C’est le sculpteur Benoît Mercier qui a oeuvré, après avoir réalisé notamment un « Christ accueillant » dans la nouvelle cathédrale de Créteil.

Et voici la présentation de l’oeuvre :

Saint François est représenté comme chantre de la Création. Saint François est entouré d’animaux qui permettent de le reconnaître facilement : – Le loup : représenté familier et joueur. Symbole de rapport pacifié avec les créatures sauvages de notre terre, tel que François l’a vécu avec le loup de Gubbio. – Les oiseaux : à l’écoute de François, rappelant le nom de « Saint aux oiseaux » donné à François. Au pied de François, un faisan rappelant celui qu’il croisa à Sienne. – L’agneau portant la croix de San Damiano. Ce symbole est fondateur de la vie de François. L’agneau symbolise le Christ qui, par la croix de la chapelle de San Damiano, lui a demandé de rebâtir son église. Il prend tout son sens sur la face arrière de la sculpture tournée vers l’église. Saint François porte un globe terrestre, comme on porte un enfant. Ici la symbolique du cantique des créatures a été inversée, c’est François qui porte la terre. « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur notre mère la Terre, qui nous porte et nous nourrit, qui produit la diversité des fruits, avec les fleurs diaprées et les herbes. » Extrait du cantique des créatures.

Dans le contexte actuel de bouleversement de la Création, cette inversion de symbolique prend tout son sens. Cette sculpture montre François qui prend soin de la terre, et nous invite à faire de même. C’est un symbole fort, allusion directe à l’encyclique « Laudato si » du pape François.
Autre symbole franciscain, François porte la corde à la ceinture, en forme de Tau. La sculpture est volontairement simple. Elle se veut le reflet de Saint François dont Eloi Leclerc disait que le charisme essentiel était la sainte et pure simplicité. « Salut reine Sagesse, que le Seigneur te garde, avec ta sœur simple et pure Simplicité ».

DL

PS : A noter que la statue qui fait 2,3 m de haut est réalisée en acier corten, inox et en bronze pour la terre. Pas très développement durable dans le principe…

FORMATION – Sillon spirituel de la permaculture

2015 PermacultureL’ami Pierre me fait connaitre un projet auquel il participe et qui peut en intéresser certains : un temps de formation à la permaculture « notamment dans sa dimension spirituelle avec un regard chrétien. »

Je lui laisse la parole :
Il y a une dizaine d’années, Emmanuelle et Alain Dieudonné ont décidé de faire de nouveaux choix et de penser leur vie autrement. Pour se rapprocher de la nature, vivre avec plus d’authenticité et prendre leurs distances avec la société marchande, ils sont devenus paysans en maraîchage biologique puis en permaculture. Devant la tâche immense ce qui leur a permis de ne pas perdre pied, c’est la recherche déterminée de sens. Un sens qui apprend à regarder ces limites avec bienveillance et humilité et permet de prendre au sérieux la perspective de recherche du bonheur.
 Une recherche de sens qui s’appuie sur l’évangile, la lecture de philosophes, de penseurs, de mystiques et s’ancre dans la prière. Que vais-je choisir pour: mieux travailler, mieux partager, mieux vivre. I9ls proposent de partager leurs réflexions pendant un stage en présentant la globalité d’une approche afin d’aider chacun à trouver son chemin vers la nature et l’humain et que le sentiment d’absurde, laisse la place à celui de l’espoir..
 Le stage associera également des activités pratiques agricoles, constructives, culinaires afin de pouvoir prendre la main sur des outils simples qui offrent une plus grande autonomie et permettre de « préférer la solution naturelle qui dépend de nous à la solution produit qui nous asservit ».

Des amateurs ?

Contacts : adieudonne37@laposte.net
DL

L’écologie de François ne manque pas d’assise

imagesTrouvé par hasard sur un blog, un compte rendu intéressant de la rencontre sur le thème « Saint François d’Assise et l’écologie », proposée par l’association Oekologia, en mai dernier.

 

François d’Assise : un saint pour les pauvres, mais pas que

François et le franciscanisme sont d’abord profondément ancrés en Christ : un Christ humain, pauvre parmi les pauvres. Dieu s’abaisse jusqu’à rencontrer notre humanité : tel est le fondement de la sensibilité de François et de sa foi. Le franciscanisme est donc, comme chacun sait, associé à la pauvreté. Si François n’a pas inventé le principe de frères itinérants, n’ayant comme le Christ « pas même une pierre où reposer la tête », il en a fait, de son vivant, un ordre réunissant des centaines de frères, et reconnu par l’Église, ce qui n’est d’ailleurs pas allé de soi.

Sa démarche s’inscrit dans son siècle, celui d’un monde médiéval qui change et commence à ressembler au nôtre. C’est le temps de l’essor des villes, des échanges marchands internationaux. La richesse matérielle, le profit, l’accumulation des biens prennent une importance nouvelle, et la bourgeoisie marchande est la classe montante de ce temps. Issu de cette même classe et de ce même monde urbain et commerçant, François ancre au cœur des villes son ordre ouvert sur le monde et prône un autre rapport aux biens, enraciné dans la pauvreté du Christ. Dépossession sera son maître mot.

François, un anarchiste ?

François s’oppose à la notion classique de propriété en lui substituant une sorte de simple droit d’usage : je peux disposer d’un bien jusqu’à ce qu’un plus démuni que moi s’avère en avoir davantage besoin. Puisque tout vient de Dieu, que tout est don de Dieu, je ne saurais accaparer ce bien commun pour un usage exclusif. Sa destination universelle prime et je ne peux revendiquer une propriété au sens usuel, qui me permet, par exemple, de détruire mon bien (d’en priver le monde) si j’en ai envie.

Cette notion pourrait faire de François un révolutionnaire proto-anarchiste. Mais ce serait oublier, d’une part, son attachement profond à l’Eglise, avec laquelle il n’a jamais imaginé devoir rompre; et d’autre part, qu’il n’est pas question chez lui de devenir son propre maître. Les « frères mineurs » s’obéissent les uns aux autres, à l’image du Christ serviteur, et toute la pensée franciscaine est pénétrée d’un sentiment profond de dépendance à l’égard du Créateur de toute chose.

C’est dans ce dernier point que s’enracine également sa relation à la Création.

François, un père de l’écologie ?

Il sera plus simple ici de répondre par l’affirmative. François, au XIIIe siècle, ne peut guère avoir de notion scientifique du caractère épuisable des ressources, ni de la finitude physique de notre planète : c’est un ancrage spirituel qu’il donne à des notions éminemment écologiques et modernes. La nécessité pour le chrétien de respecter et de gérer avec prudence la Création qui lui est confiée découle de son origine divine. Ce monde nous est donné, nous ne l’avons pas fabriqué ; nous n’en avons pas la propriété, mais l’usage ; en lui, nous devons découvrir un projet divin, que nous ne saurions anéantir pour notre bon plaisir.

Lire la suite

Oekologia 2, le retour

oekologiaLe groupe lyonnais (et de la région) du centre chrétien d’écologie Saint Jean Baptiste Oekologia se retrouve à nouveau cette année autour de la figure de Saint François d’Assise, du 16 au 18 mai 2014 au monastère de la Clarté Notre-Dame à Taulignan, dans la Drôme.

Cette session est animée par un frère franciscain, Patrice Kervyn et par Fabien Révol, théologien à la Catho de Lyon.

Suite au succès de la première édition de cette session nous proposons de la réitérer, mais cette fois au printemps. Le Saint du sermon aux oiseaux, du loup de Gubbio et du Cantique des Créatures est pour beaucoup une figure inspirante pour le respect de la nature et des animaux. Son attitude envers la Création découle de sa vive conscience que tout nous est donné par le Père et Créateur de toutes choses.

Le « patron des écologistes », par son amour de la Sainte Pauvreté à la suite du Christ pauvre, a bien des choses à nous dire dans notre quête d’une vie plus simple, d’une « sobriété heureuse », respectueuse et solidaire de toute la Création. Saint François par son message se présente comme un témoin qui peut nous aider à développer une attitude favorable à la sauvegarde de la création tout en proposant une véritable spiritualité de l’écologie.

C’est tout une tradition de la pensée chrétienne occidentale que nous redécouvrons dans cette vision franciscaine de la création. Présentation de récits franciscains et bibliques, partages en groupes, projections vidéo, travail manuel et prolongements concrets pour nos vies

 

Plus d’infos ici : Session Saint François plaquette

DL