CREATION – Paysans pèlerins

2017 ECOLOGIE Pélerinage ND du LausLe sanctuaire Notre-Dame-du-Laus poursuit son renouveau. Niché dans les Hautes-Alpes, au milieu des champs de blé et entouré de plusieurs fermes,il va accueillir le 11 et 12 novembre le pèlerinage national des familles paysannes..

Ce pèlerinage est organisé par les Journées paysannes.

Comme la Vierge Marie aime souvent à le faire, c’est à une petite paysanne, une bergère, qu’elle vient rendre visite, d’abord pour lui sourire. Rejointe dans le quotidien de sa vie rurale, Benoîte va recevoir des messages et une mission qui vont élever son âme sans jamais lui faire quitter la terre. […] Soyez donc les bienvenus à Notre-Dame du Laus ! Nous nous réjouissons de vous faire découvrir les lieux splendides, le doux message et les grâces fortes du sanctuaire haut-alpin. Père Ludovic Frère / vicaire général du diocèse de Gap / Recteur du sanctuaire

Publicités

DEVELOPPEMENT – Croissance du coeur

10407581_872737902775626_969331095306528325_nMgr Bernadito Auza, observateur permanent près les Nations Unies, vient d’intervenir devant la 53 session de la Commission pour le développement social. Une belle intervention sans doute marquée par ce que dira la future encyclique de pape François sur la question du développement et de la croissance.

 » Le développement social doit être éthique et moral, au bénéfice de la personne (…) Mais la croissance ne suffit pas au développement social. Il est préférable d’être attentifs aux indicateurs fournissant un cadre complet du bien être individuel au sein du corps social, afin de développer des politiques encourageant une approche véritablement intégrale du développement (…) Avoir un emploi ne suffit pas car le travail doit être digne et sûr. Investir dans l’éducation, accéder à la santé et à la sécurité sociale sont des facteurs primaires dans l’amélioration de la qualité de la vie et dans la distribution équitable de la richesse. En mettant la personne au centre du développement et en encourageant investissements et politiques répondants aux besoins réels, on rendra permanents les progrès accomplis en matière d’éradication de la pauvreté. La société sera ainsi plus résistante aux crises éventuelles ».

« Les plus vulnérables sont trop souvent ignorés au nom d’une productivité meilleure, de l’efficacité et de la croissance générale (…) Le développement intégral de la personne et l’éradication de la pauvreté ne sont possibles qu’en se concentrant sur l’importance primaire de la famille pour la société. Chaque être humain doit pouvoir recevoir éducation et formation. Or la famille constitue la structure naturelle de la protection sociale (…) La délégation du Saint-Siège considère nécessaire une approche d’ensemble en vue de supprimer une pauvreté fondée sur la justice sociale, seule en mesure de réduire les souffrances de millions de personnes. Les politiques sociales doivent donc prendre en comptes tant les besoins économiques et politiques que la dimension spirituelle et éthique de chaque être humain. Au sein de la société, tout individu doit être libéré de toutes des formes de pauvreté, matérielle comme spirituelle ».

DL

PS : avez-vous dans quoi cette femme palestinienne fait ses plantations, en signe de protestation et d’espérance ?

Environnement familial

600x250 BANNERLe conseil pontifical pour la famille vient d’organiser le 29 mars une journée d’étude sur le thème  » Famille, prends soin de la Création ! »


Cette première est d’abord le fruit d’une collaboration avec l’ONG environnementaliste chrétienne italienne Greenaccord. Une association particulièrement active dans le pays. En 2003, elle invitait une centaine de journalistes à signer le « Green accord » sur la prise de conscience face aux changement climatique en cours. Une opération renouvelée en 2009 en présence de journalistes et de scientifiques, pour se mobiliser dans le cadre des discussions du Sommet de Copenhague.
http://youtu.be/0PdpoiZUpooCette fois-ci, la rencontre se focalise sur les instances ecclésiales. Les travaux ont été ouverts par Mgr Vincenzo Paglia, président du Conseil pontifical pour la famille, et Alfonso Cauteruccio, président de Greenaccord. Et la parole a été donnée notamment au métropolite orthodoxe d’Helsinki Ambrosius, au directeur de l’Institut de la Terre (« Earth Institute ») à l’Université Columbia de New York, à Jeffrey Sachs,  à Felix Finkbeiner, fondateur du mouvement international des enfants « Sème pour la planète » (« Plant for the planet »), à Gary Gardner, chercheur à l’Institut Worldwatch, et au cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire général du Synode des évêques. Le pape François lui-même a fait parvenir un message exhortant la famille à être « gardienne privilégiée du don de la vie » et « lieu fondamental d’éducation au respect du grand don de la création ».

Comment peut-on construire et diffuser des styles de vie qui permettent d’augmenter notre niveau de bien-être sans pour cela appauvrir les ressources naturelles que nous devons préserver pour nos enfants ? Comment peut-on faire en sorte que ces nouveaux styles de vie ne soient pas seulement éco-compatibles mais également souhaitables ? Et comment peut-on amener les cellules familiales à les adopter afin que l’on puisse parler d’une « conversion écologique » de la société ? Il s’agit là de questions qui sont certes toutes difficiles, mais inévitables pour l’avenir de l’humanité, comme l’ont souligné à plusieurs reprises aussi bien le magistère pontifical que la communauté scientifique internationale. « Il est urgent de trouver des voies novatrices et courageuses et d’établir les critères pour une nouvelle relation avec la « nature », qui mettent au centre le développement de chaque personne et de l’humanité toute entière ». C’est ce qu’affirme S.Exc. Mgr Vincenzo Paglia, président du Conseil pontifical pour la famille. « La famille est l’un des points cruciaux de ce parcours » souligne ainsi Mgr Paglia, tout en rappelant que « cette dernière réaffirme, en effet, un NOUS constitutif qui s’oppose à la dictature d’un Je absolu (c’est-à-dire libre de tout lien), qui prétend être le maître de la terre et d’en disposer arbitrairement ». « L’objectif de la rencontre – explique ainsi le président de Greenaccord onlus, Alfonso Cauteruccio – est d’étudier ces questions cruciales à travers les analyses proposées par des scientifiques, des économistes et des théologiens de haut niveau. L’espoir est que leurs études, leurs réflexions et leurs contributions puissent conduire à un changement significatif de direction vers un modèle de développement et de consommation qui n’abuse pas des ressources, et qui puisse rendre la famille une entité économique active et capable, à travers les choix quotidiens de l’économie domestique et la conscience que chaque geste, même le plus simple, peut être plus respectueux et avoir un impact mineur sur la Création ».

Lire la suite

L’agriculture familiale pour redonner du sens

La rencontre de Rio+20 semble déjà être à des années-lumières alors qu’elle s’est tenue … il y a deux mois à peine. Pour ne pas « consommer » trop vite les évènements, retour sur un texte donné par Mgr Odilo Pedro Scherer, envoyé spécial du Saint-Siège à cette occasion, sur la question de l’agriculture et des sociétés durables. Une conférence donnée la 19 juin dernier. Extraits :

« Le droit à l’alimentation et à l’eau potable constitue deux droits humains parmi les plus fondamentaux et qui sont pourtant bien peu respectés dans tant de parties du monde. Des avancées scientifiques et technologiques ont certes rendu possible pour  la communauté internationale de bénéficier de la générosité de la Création pour le bien de toute l’humanité, mais cependant des millions de personnes continuent de vivre sans ces droits essentiels. C’est une violation inacceptable des principes de la loi naturelle. Un ordre international plus efficace demande donc une solidarité plus grande et un respect plus élevé pour nos frères et sœurs, spécialement ceux qui vivent dans la nécessité. Les enfants qui meurent de faim ou de dysenteries sont nos enfants : ce n’est pas un problème localisé, mais une réalité qui interpelle la communauté internationale dans son ensemble à se rassembler pour assurer ces droits humains basiques. Lire la suite