POLITIQUE – Mais si c’est possible

2017 CMR Chemins de possiblesA côté des « tribunes » médiatiques, il y aussi d’autres prises de paroles qui valent la peine d’être entendues ces jours-ci. Le travail des Chrétiens dans le monde rural mérite d’être souligné.

Le mouvement a, de fait, invité ses membres à prendre la parole, via un réseau de près d’un millier d’entre-eux, répartis sur tout le territoire de la France rurale qui ont animé des temps d’échanges qui « ont permis de repérer les fragilités et failles parfois profondes du monde rural mais aussi des signes d’espoir et de progrès sur lesquels s’appuyer pour restaurer le sentiment d’appartenance, de justice et de solidarité, seul rempart véritable contre la montée du rejet de l’autre et de l’extrémisme… »

Un document de travail a accompagné la mobilisatoin

Voici leurs constats :

 Nous constatons des situations d’abandon et d’injustice

Les désertifications d’entreprises et de services provoquent un réel sentiment d’abandon dans le rural. Les habitants font face à la disparition des services publics et de proximité : fermeture ou éloignement de centres de soins, de maisons de retraite, d’écoles, de bureaux de poste et de nombreux services administratifs. Des villages sont réduits à des cités dortoirs. L’isolement est renforcé par le manque de mobilité dû à de nombreuses suppressions de transports collectifs. En conséquence, un certain sentiment d’insécurité s’installe.

Lire la suite

Publicités

AGRICULTURE – Ouvrir à une autre agri – « culture »

feedingtheworldAlors que nous allons fêter le centenaire de la fondation de l’Union catholique de la France agricole qui aidera, douze ans plus tard, à la création de la JAC, les chrétiens dans le monde rural poursuivent leur travail de sensibilisation et d’accompagnement des mutations en cours. Ce vendredi 9 décembre une rencontre est proposée à Paris pour organiser la mobilisation en cours.

« Bâtir ensemble une culture agricole et alimentaire nouvelle qui permette à ceux et celles qui en vivent de vivre dignement et à tou.te.s d’avoir une alimentation de qualité. » Voilà l’ambition de la rencontre proposée, puisque l’alimentation est sans doute la meilleure passerelle pour aider urbains et ruraux à mieux oeuvrer ensemble pour le bien commun.

Le CMR soutient ce mouvement qui ouvre les guillemets de l’agri-« culture » pour sortir de la stigmatisation des agriculteurs-trices et des débats dans lesquels s’enferment syndicats et organisations agricoles. Pour cela, le CMR a créé un réseau national qui cherche à relier les initiatives qui vont dans ce sens, menées par ses fédérations départementales mais aussi des partenaires (MRJC, CCFD-TS, Solidarité Paysans), et des personnes qui s’intéressent à ces questions sans savoir comment les aborder. Cette rencontre a pour but de mettre en commun leurs démarches et leurs questionnements à travers une journée d’échanges d’expériences pour nourrir des projets collectifs.Quatre grands chantiers seront proposés :

Lire la suite

OGM – Vers la fin des « haricots » transgéniques ?

2016-graine1

Extrait d’un article récent du PELERIN sur les semences…

Le dossier des Organismes génétiquement modifiés mérite toute notre attention. Mais sa complexité scientifique, les enjeux économiques et les collusions avec les choix politique en font un domaine ardu. Le document préparé par les Chrétiens en monde rural et publié en aout dernier est d’autant plus précieux.

Ce document fait le point sur le dossier des semences, de la biodiversité, du brevetage des espèces et des OGM

2016-agriculture-semences-bilan_campagane_loi_biodiversite_echanges_de_semences_brevets_ogm

Occasion aussi d’évoquer une évolution intéressante à suivre aux Etats-Unis. Un certain nombre d’agriculteurs américains se demandent s’ils ont toujours intérêt à cultiver des OGM : avec la baisse des prix céréaliers, les OGM coûtent jusqu’à deux fois plus cher à planter que des semences classiques.

 « Les agriculteurs dépensent quatre fois plus pour l’achat de leurs semences de maïs qu’ils ne le faisaient il y a vingt ans, quand Monsanto a commercialisé ses premiers OGM ». avec un « retour sur investissement n’est pas au rendez-vous », déplore Joe Logan, un fermier américain cité par le Wall Street Journal.

Lire la suite

RURAL – Ecologie des humains et des territoires

Le réseau des Chrétiens en monde rural relance son année de formation (AFR) pour la rentrée. Une démarche participative et collective qui permet de se plonger dans ce qui se cherche et se trouve aujourd’hui pour mettre « l’humain au coeur de l’écologie ». Une démarche riche et passionnante. On recommande.

2016 AFR 2016.pngPlus d’infos ici : 2016 CER_AFR_2016_17_Tract_Inscription

RECOLLECTION – Que mon Alsace est belle…

Les vacances commencent à approcher. Et avec elles, des propositions écologiques. Par exemple, une récollection animée par les membres de Chrétiens en Monde rural à la mi-juillet 2016.

2016 Réco d'été CMR

Pour vivre une semaine « autrement », où s’alternent réflexions personnelles et partages d’idées, célébration et convivialité, le CMR vous donne rendez-vous cette année à Nothalten dans le Bas-Rhin.
Plus d’infos ici : 2016 invitation réco

LAUDATO SI – Quand le monde rural écoute la terre

2016 CMRLe 30 avril dernier, les membres de Chrétiens en Monde rural du Roannais et leurs amis du CCFD-Terre Solidaire, du Secours catholique et d’autres réseaux de ce genre ont vécu une récollection autour de l’encyclique Laudato si.

En résumé, voici les points saillants des interventions de la journée

Environ 100 personnes ont participé à cette journée au centre Notre-Dame de Roanne.Bruno-Marie Duffé, aumônier national du CCFD, a fait une synthèse accessible de ce texte dense. L’écologie, c’est prendre soin de notre maison commune ; l’économie, c’est la règle pour organiser notre maison. La Bible a deux textes sur la Création : le premier (Gn 1, 28) demande à l’homme de soumettre la Terre : il a donné l’économie occidentale prédatrice ; le second (Gn 2, 15), invite l’homme à cultiver et à protéger le jardin : il a donné naissance à l’écologie. Le modèle de développement occidental, qui fonctionne sur la recherche du toujours plus de richesse matérielle, est à bout de souffle : épuisement des ressources naturelles, pollutions diverses, mise en péril de la biodiversité, réchauffement climatique qui entraîne des réfugiés climatiques,… Or l’écologie intégrale consiste à soigner les relations entre 4 pôles : soi, les autres, la Terre et Dieu. Chaque créature a un rôle dans la nature. Nous devons inventer un nouveau style de vie basé sur la sobriété, privilégier l’être sur le faire et l’avoir.  La pensée sociale de l’Eglise depuis plus d’un siècle (depuis 1891 avec l’encyclique Rerum Novarum de Léon XIII) peut se résumer en deux propositions : renforcer la conscience que nous sommes une seule famille humaine et subordonner la propriété privée à la destination universelle des biens. Nous devons être à la fois actifs et contemplatifs, comme saint François d’Assise. La journée a donné lieu à des travaux de groupes, pour relier l’encyclique de François à nos vies, et à des échanges avec l’intervenant. Enfin, nous l’avons conclue par une eucharistie sobre et profonde où nous avons dit merci au Seigneur pour la beauté de la vie.

Art. Yves June / Jennifer Gomes, sur le site des CMR

AGRICULTURE – Quand les évêques invitent au changement

Les évêques de France nous sortent le grand jeu pour leur visite au salon de l’agriculture. Un dossier de presse leur donne la parole. En voici quelques extraits

Si les réflexions invitent globalement à la discussion et au dialogue pour trouver de nouveaux chemins, elles ont du mal pourtant à nommer le moteur de la crise (pourtant bien repéré dans l’encyclique abondamment citée). Le document récent des Chrétiens en monde rural (CMR), cité en fin de page, le fait bien plus clairement.

Voici quelques expressions parmi les plus claires des évêques qui ont pris la parole dans ce dossier de presse. Intéressant mais on sent qu’il y a encore bien du chemin à faire…

2016 Mgr Mousset.png

(…) La crise nous oblige à regarder autrement pour chercher de nouvelles voies et de nouvelles formes d’engagement, en misant sur des expériences positives et en exerçant notre discernement pour sortir de celles qui s’avèrent négatives. L’Église est interpellée aujourd’hui par la situation des agriculteurs parce que cela fait partie de sa mission et de sa vocation, pour que les processus économiques demeurent au service de l’homme. Des organisations multiples existent dans le monde agricole. Leur exigence majeure est d’accompagner les changements, les mutations en cours, d’aider à les comprendre pour mieux les affronter. Certainement que le défi est de ce côté-là : accompagner et trouver de nouvelles formes d’engagement. Comment sensibiliser à une meilleure connaissance de ce travail de terrain qui se vit et de tous ces efforts consentis ? On ne le sait pas assez  au milieu même de ce qui s’effondre, se défait, se développent aussi des solidarités, des initiatives qui ouvrent des perspectives nouvelles, fragiles souvent mais réelles. Il y a tout un travail qui se fait pour créer du lien en suscitant des espaces de rencontre, pour encourager ceux et celles qui sont découragés.

Lire la suite