SPIRITUALITE – Pour un éco-Carême

531172_327017614038909_1748123509_nUne prière de Mgr Michel Dubost,  Évêque d’Évry – Corbeil-Essonnes, 20 février 2017 (Site du diocèse)

« Le Carême.
Le temps appelle à la prière, au jeûne, à la générosité.
Cet appel est traditionnel. Il est bon, mais insuffisant.
Le temps appelle à regarder le Christ.
Le Christ qui se donne, se dépouille, accepte toute sa fragilité.
Il sait que tout lui a été donné par le Père
et il prend le temps de l’en remercier.
Le Carême est l’occasion d’une action de grâce
gratuite.

Il sait que tout lui a été donné pour transmettre,
que rien ne lui appartient.
Il accepte de ne pas s’approprier quoi que ce soit :
d’être pauvre.

Il est Dieu et il pourrait jouer les « tout-puissants »
en étant vrai.
Mais il n’emploie pas de technique, de gadget, de prothèse
et ne cherche ni à se protéger, ni à prendre le pouvoir.
Il est fragile parce qu’il est humain
et ne veut pas s’échapper de cette condition limitée.

Notre temps appelle au combat contre la Bête
contre les emballements de la politique, de la technologie, de l’économie,
non pour refuser la modernité
mais pour devenir enfin ce que nous sommes.

Des êtres qui doivent tout à leur Créateur et à leur Sauveur
et ne veulent pas échapper à leur condition humaine. »

 


Publicités

CAREME -L’agneau n’est pas un bouc émissaire

2017-agneau-pascal-gateau

Et si on honorait plutôt la tradition des « Osterlämela » alsaciens ? Des brioches en formes d’agneau pascal, préparés pour la fête de Pâques…

Alors que le temps du Carême se profile à l’horizon, occasion de redécouvrir l’invitation de Chrétiens unis pour la terre, de vivre un Carême sans viande et sans poisson. Cette année une nouvelle étape pourrait bien être franchie dans la mobilisation, portée par les associations C.ORE et FSLIRA : et si on remettait en cause la tradition de la consommation d’agneaux pour la fête de Pâques ?

Des vidéos publiées par des associations de protection animale ont montré ces derniers temps des pratiques, plus ou moins habituelles, liées à la production industrielle de viande dans les abattoirs. Faut-il vraiment s’étonner que l’abattage à la chaîne d’animaux peut pousser à des actes inappropriés ?

Mais, l’abattage ne concerne pas que des animaux adultes ayant atteint leur maturité. Il touche aussi de jeunes animaux, notamment les agneaux.Une réalité qui rappelle la réalité complexe de l’élevage ovin en France, à la fois fragile, en première ligne sur les questions de cohabitation avec le loup (ou d’autres animaux errants) et aussi des négociations commerciales internationales.

2017-art-agneau-de-paquesD’après un article du Figaro (2012), « au cours du mois de Pâques – vendredi soir pour les juifs et dimanche prochain pour les chrétiens -, il s’achète au moins deux fois plus d’agneau que d’habitude. «Il se consomme en moyenne entre 4.000 et 5.000 tonnes de viande d’agneau par mois en France, d’après les données du panel Kantar, explique Anne Mottet, économiste à l’Institut de l’élevage. Lors du mois pascal, les ménages en ont consommé 9.000 tonnes par exemple en 2010.» Une tradition bien enracinée puisque 13% des ménages français en dégustent à l’occasion des fêtes pascales, contre 5% en temps normal.Économiquement, l’élevage d’agneau est devenu porteur depuis la réaffectation en 2009 par l’ancien ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, d’une partie des aides de la PAC au profit des éleveurs ovins, les moins bien lotis des agriculteurs à l’époque. (…) On consomme en France 190.000 tonnes d’agneau, à peine 10% du marché du porc. (…) Revers de la médaille, près de 60% des moutons consommés en France sont importés de pays où ils coûtent moins cher à élever. Plus de la moitié des importations viennent du Royaume-Uni, un peu moins du quart de Nouvelle-Zélande, le reste d’Irlande et d’Espagne. (…) « 

Des membres des associations C.OR.E et FSLIRA lancent une campagne de sensibilisation pour remettre en cause cette consommation de viandes d’agneau lors de la fête chrétienne de Pâques. Car, rappellent-ils,

 » la tradition consistant à manger de l’agneau à Pâques n’a pas de fondement théologique dans la tradition chrétienne : il s’agit d’une pratique populaire que les différentes Églises laissent faire bien qu’elle soit un contresens direct à la signification de Pâques, fête de la Vie. Pour les chrétiens qui la pratiquent, il s’agit d’un acte mémoriel du sacrifice ultime de Jésus-Christ… Mais qui paradoxalement abolit tout autre forme de sacrifice et représente la victoire de la vie sur la mort !

2017-agneau-pascal

A l’occasion de la Pâques 2017, les associations C.OR.E. () et FSLIRA lancent une campagne de sensibilisation des chrétiens dans le but de mettre fin à la consommation d’agneau à l’occasion des fêtes pascale. Un blog d’information sur le sujet vient de naître, et qui s’enrichira avec les contributions (journalistiques, théologiques etc.) des uns et des autres. Une pétition est aussi lancée pour l’abolition de la tradition concernée et ce conjointement sur Avaaz.org et Change.org.

CARÊME – Des cendres pour mieux monter

2017 CUT LogoAlors qu’avec le mercredi des Cendres, nos communautés commencent leur montée vers Pâques, les amis des Chrétiens unis pour la terre, nous partagent leurs initiatives pour le temps du Carême.

Pour vivre ensemble ce carême 2016, dans cet idéal de douceur de non-violence préconisé dans les Evangiles, nous proposons un accompagnement hebdomadaire avec, chaque mercredi, trois “cadeaux”:

  • un ‘benedicite’ en relation avec la thématique de la sauvegarde de la création ou du climat pour nous ouvrir à la conscience du don de Dieu avant chaque repas et rendre grâce
  • une recette végétarienne inédite, bonne pour la terre, bonne pour le climat, bonne pour soi et pour les autres…
  • une vidéo d’une personnalité autour de notre thème, ou une autre qui nous interpelle et nous questionne sur le sujet.
  • un rendez-vous de prière collective à distance est également proposé tous les vendredi soir de 21h à 21h30. (Vous pouvez aussi organiser ce temps de façon plus formelle dans votre paroisse, en famille ou entre amis).
  • D’autres propositions, allant dans le sens de la solidarité et de la sobriété seront faites durant ces quarante jours.

A retrouver sur le site : http://www.caremepourlaterre.org

DL

MOBILISATION – Dans le désert du Carême, un cri

121. Etat des lieux pawel-kuczynski-19Un communiqué de presse à faire connaître… Et le texte qui va avec aussi.

COMMUNIQUE DE PRESSE – Le 6 mars 2015
Appel du carême pour une conversion écologique:
 
Demain 7 mars, jour de jeûne pour la justice climatique, un « Appel du carême pour une conversion écologique » sera publié dans La Croix, réunissant des personnalités très diverses et parfois inattendues : Mgr Marc STENGER,   Mgr Dominique REY, Cécile RENOUARD,  Pierre-Yves GOMEZ, Fabrice HADJADJ, Chantal DELSOL…
Une initiative de la base, plus de 40 personnalités chrétiennes de tout bord
Le 29 novembre 2014, un groupe de jeunes chrétiens mobilisés par l’écologie se retrouve à l’issue du colloque « Sauver la Création », organisé par la Conférence Épiscopale de France.Comment encourager l’implication des chrétiens dans les questions écologiques ? Comment contribuer aux débats autour de la grande conférence climat ? Comment préparer les esprits à une réception en profondeur de l’encyclique du pape François sur l’écologie ?
 
Un appel dans un rare esprit d’unité
L’idée d’un appel réunissant des représentants variés du christianisme français, germe alors. Un déjeuner avec Nicolas Hulot confirme l’intuition de départ : rien de bon ne se fera sans mobilisation de la société civile, et notamment des chrétiens.L’enjeu était de réussir à réunir, dans un esprit œcuménique, des témoins divers, laïcs et religieux, connus et moins connus, autour d’un texte simple et fort. La grande diversité des soutiens montre combien l’écologie peut être source d’unité et d’évangélisation.
 
La conversion écologique est urgente
Reprenant cette expression à Jean-Paul II, notre Appel a vocation à sensibiliser les chrétiens aux enjeux écologiques, au début d’une année décisive pour le climat. Le carême est un temps propice pour approfondir notre simplicité de vie, et mieux prendre soin de la Création malmenée.
 
Le grand public est appelé à signer l’appel, un site internet viendra ensuite nourrir les signataires
Un site internet permet de soutenir cet Appel, de s’informer et de rejoindre telle ou telle initiative concrète. A travers, cet Appel, nous voulons ainsi participer l’élan collectif qui cherche à transformer l’urgence écologique en espérance partagée.
 
Page Facebook : « Appel du carême 2015 pour une conversion écologique »
Compte twitter : @ConversionEcolo
Contact Presse : Cyrille Freyconversion.ecologique@gmail.com
Et voici le texte de l’appel en question :

Appel du Carême 2015 pour une conversion écologique

   « Il faut encourager et soutenir la conversion écologique, qui au cours de ces dernières décennies a rendu l’humanité plus sensible à l’égard de la catastrophe vers laquelle elle s’acheminait. » Jean-Paul II, Audience générale du 17 janvier 2001, « L’engagement pour éviter une catastrophe écologique majeure » « La maison brûle. Où sont les chrétiens ? » C’est la question que posent souvent les militants écologistes. Des premiers psaumes aux derniers papes, de sainte Hildegarde à saint François, les chrétiens sont pourtant héritiers d’une sagesse écologique plurimillénaire. Notre tradition n’a cessé de chanter les merveilles de la Création, tout en insistant sur notre responsabilité à son égard. Dans la vision biblique, l’homme n’est pas le propriétaire, mais le jardinier de la Terre. Dès lors, face aux désastres écologiques, comment pourrions-nous nous taire ?

L’année 2015 s’avère décisiveSur ce point, l’année 2015 s’avère décisive. La France est en première ligne : en décembre aura lieu à Paris le grand sommet des Nations-Unies consacré au climat (COP21). De nombreuses initiatives associatives émergent pour promouvoir des modes de production et de consommation plus équitables et moins destructeurs : « Changeons le système, pas le climat ! » C’est dans ce contexte que le pape François, qui n’a de cesse d’inviter les chrétiens à « aller aux périphéries », publiera au printemps une encyclique sur le thème de l’écologie. Pour nous chrétiens, le Carême est un temps privilégié pour approfondir l’unité de vie, dans un esprit de sobriété joyeuse. Or, la parole évangélique et la conscience écologique partagent cette exigence spirituelle de simplicité, de mise en commun et de fraternité. C’est ainsi que chacun de nous peut devenir veilleur et acteur de ce bien commun fondamental qu’est la Création, au service de toute la famille humaine.

Que les chrétiens prennent enfin toute leur part dans ce combat globalAinsi jugeons-nous nécessaire que les chrétiens prennent enfin toute leur part dans ce combat global pour le respect du vivant, en s’engageant spirituellement et concrètement aux côtés des militants écologistes.

Parce que face à la marchandisation de tout, on ne peut séparer l’écologie humaine de l’écologie environnementale,

Parce que le saccage avéré des équilibres naturels et sociaux, dont les plus démunis sont les premières victimes, appelle une transformation radicale de nos modes de vie et de nos structures économiques,

Parce que seule la société civile, dans toute sa diversité, peut réellement inciter les dirigeants à prendre les mesures drastiques qu’impose la gravité de la situation,

Parce que la préservation d’un espace vivable pour tous est une des causes capables d’unir durablement les personnes et les peuples dans un esprit de justice et de paix,

Il est plus que temps de vivre enfin, personnellement et collectivement, dans nos familles et nos quartiers, cette conversion écologique qui est urgence vitale aussi bien qu’espérance évangélique.

SPIRITUALITE – Paris, capitale de la Création ?

2015 Carême ParisPremier signe d’une mobilisation des diocèses d’Île-de-France pour le prochain sommet sur le climat à Paris ? Le site diocésain de Paris annonce le lancement d’une série de Carême, sur « L’homme et la Création », du 18 février au 5 avril 2015.

Présentation du parcours.

Dans l’avion vers Manille, le 15 janvier, le Pape François a annoncé que son encyclique sur l’écologie paraîtra en juin ou juillet, quelques mois avant la Conférence Climat qui aura lieu à Paris en décembre 2015. Les catholiques sont invités à réfléchir et à être témoin du don de Dieu dans la Création. Durant le Carême, retrouvez chaque semaine quelques textes sur l’écologie et la place de l’homme dans la création ainsi que des pistes pour agir.

L’année prochaine, aurons-nous la suite, du genre « La femme et la Création » ?  ;p

DL

SPIRITUALITE – Un Carême pour ne pas se laisser abattre

2015 Carême pour la terreLes amis de Chrétiens unis pour la terre nous proposent à nouveau un « Carême pour la terre ». Une démarche simple et stimulante pour grandir dans notre cohérence de vie.

Et le nouveau tract d’accompagnement est une belle réussite, avec une réflexion sur notre rapport à l’alimentation carnée. Une question qui paraît tellement évidente dans les milieux chrétiens (normalement habitués à se passer de viande au moins durant certains jours du Carême) qu’on se demande pourquoi elle n’est pas plus travaillée collectivement ?

2015 careme-pour-la-terre(1)

DL