NUCLEAIRE – Désarmer les fausses paix

2017 PAX Nucléaire climat islande« Une éthique et un droit basé sur la menace d’une destruction réciproque – et potentiellement de toute l’humanité – sont contraires à l’esprit même des Nations unies. (…)« La paix et la stabilité internationale ne peuvent être fondées sur un faux-sens de la sécurité, sur la menace d’une destruction réciproque d’un anéantissement total, sur le simple maintien d’un équilibre des puissances »

Extrait du message du pape François envoyé le 29 mars à la conférence des Nations unies en cours à New York pour négocier un traité interdisant les armes nucléaires. Le message a été lu par Mgr Camilleri, sous-secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États.

La paix et la stabilité internationale ne peut pas être basée sur un faux sentiment de sécurité, basé sur la menace de destruction mutuelle ou d’annihilation totale ou d’un simple maintient d’un équilibre de puissance. La paix se construit sur la justice, le développement humain intégral, le respect des droits fondamentaux humains, sur la protection de la Création, sur la participation de tous dans la vie publique, sur la confiance entre les peuples, sur le soutien des institutions pacifiques, sur l’accès à l’éducation et aux soins, sur le dialogue et le solidarité. De ce point de vue, nous devons aller au-delà de la menace nucléaire. (…) Le but ultime de l’élimination totale des armes nucléaires devient ainsi à la fois un défi et un impératif moral et humanitaire. (…) Accomplir un tel monde sans armes nucléaires implique un processus à long terme basé sur la conscience que « tout est lié » (LS § 117, 138)

DL

Publicités

Voilà les Daltons…

Sr Megan Rice est une gentille religieuse américaine, de 82 ans, originaire de New Yord et membre de la Société de l’Enfant Jésus. Gentille mais déterminée. Avec Greg Boertje-Obed et Michael Walli, deux autres militants catholiques, ils ont entrepris le 28 juillet dernier une démarche de protestation non-violente contre le centre de retraitement nucléaire américain Y-12, installé du côté de Oak Ridge. Après avoir coupé plusieurs grillages, ils se sont installés près des murs d’un bâtiment où est stocké de l’uranium enrichi, tenant en main quelques roses, du pain et un récipient rempli… de sang. De quoi « décorer » les murs extérieurs de ce laboratoire d’enrichissement nucléaire.
Les trois militants contre les armes nucléaires ont ainsi mis à mal le discours sur la sécurité de ces installations, créant un grand buzz médiatique aux Etats-Unis. Arrêtés pour « félonie fédérale et délit de violation de zones militaires, leur jugement définitif est prévu pour  le 26 février 2013. Si soeur Megan et Michale Walli ont été libérés dès la fin aout, il restait à connaître le sort de Greg Boertje-Obed toujours en prison. Le juge C. Clifford Shirley de la cours de justice de Knoxville (Tennessie), qui a déjà statué sur d’autres violations de zones militaires de ce type, a, dans une audience du 11 septembre dernier,  estimé que Greg  pouvait être libéré lui aussi, contre l’avis de l’avocat général, étant « plus utile au sein de leurs communautés ». Greg travaille à Duluth avec les plus pauvres.
Il fut effectivement libéré quelques jours plus tard. Il déclara à propos de leur opération : « J’ai l’impression que cela relève du miracle, quand on voit la manière dont cela s’est passé, vu le nombre d’obstacles qu’il y avait. Cela a eu lieu ainsi uniquement parce que Dieu nous soutenait dans notre action. »
Source : Extraits d’un article de Patrick O’Neill  |  Sep. 13, 2012