TEXTES – Ecrits d’auteurs

Dans cette rubrique sont rassemblées des contributions de différents auteurs laïcs chrétiens sur les questions de la Création, de l’écologie chrétienne etc.

 

Fabrice Hadjadj

Dieu n’est pas une chose parmi d’autres, il est l’origine, le principe de toutes choses. Porter son nom ne saurait donc aboutir à une parole exclusive, comme le croit le fondamentaliste aussi bien que l’athée, mais à une parole inclusive, toujours attentive aux créatures, toujours hospitalière, se faisant toujours tabernacle ou cathédrale : chaque être y est reçu dans une amplitude verticale, qui en recueille le cœur et l’élève vers la lumière… Ecoutons la Parole divine en chair et en os : « Regardez les lys des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous le dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux(Mt6, 28-29). Le Messie est là et il ne dit pas : « Regardez-moi. » mais « Regardez les lys des champs. » Cette petite fleur sauvage, commune, passagère, le Verbe de Dieu ne la piétine pas, au contraire, sous son regard d’amour, elle apparaît dans une dignité plus que royale. Que dira-t-il alors de l’ailier droit du Bayern ou du gardien de but du Real ? « Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et demain sera jetée au four, ne revêtira-t-il pas à plus forte raison le joueur football, et même le supporter, gens de peu de foi ? » (Mt 6, 30 légèrement adapté)

Page 61 –Comment parler de Dieu aujourd’hui ?de – Ed. Salvator 2012

Voilà qui arrive souvent à l’Eternel. Nous allons vers lui avec des « Je t’aime », « Je t’adore », « Tu es mon Tout et mon Roi », mais nous méprisons ses créatures. Nous croyons même être plus mystiques que nous les méprisons d’avantage (il est certain que le mépris peut procurer des ivresses stupéfiantes, et qu’à partir d’une certaine intensité cette ivresse semble atteindre les cimes de l’extase). Dieu attend de nous un écho, c’est-à-dire que nous aimions comme lui sa créature, que nous ménagions à celle-ci l’espace de son épanouissement, mais, au lieu de cette hospitalité exigeante, nous lui décernons des éloges exclusifs, et rien n’est plus absurde.

Aller vers la source des choses n’est pas les rejeter : c’est au contraire les recueillir dans leur fraîcheur et les accompagner dans leur élan. Le Créateur ne cesse de nous renvoyer à ses créatures comme à ses enfants bien-aimés, et réciproquement les créatures ne cessent de nous renvoyer au Créateur comme Père qui les engendre et qui les sauve. De sorte que se tourner vraiment vers le Créateur, c’est se tourner vers les créatures de la façon la plus intime, et se tourner vraiment vers les créatures, c’est se tourner vers le Créateur qui de toute éternité les a choisies et les a placées sur notre chemin.

 Page 64 –Comment parler de Dieu aujourd’hui ?– Ed. Salvator 2012

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s