VATICAN – Vous êtes au courant ?

Bon. ça ressemble à un joli coup de pub. Mais qui sait ? Le pape François a été initié à la conduite d’un véhicule électrique pour ses déplacements au Vatican. Avec, à la clé, le projet de faire du Vatican une cité n’émettant aucun CO2 du fait de ses véhicules. Une révolution Laudato si de plus qui pourrait bien donner l’exemple à d’autres.

C’est donc pour le 80e anniversaire du pape que la Wermuth Asset Management (WAM) a mis à disposition (pour un an) une voiture électrique (une Nissan Leaf pour ne pas la nommer) au pape argentin. A l’origine, Jochen Wermuth, le fondateur de la WAM, voulait offrir une Tesla Modal S. Mais la limousine de luxe n’a pas retenu l’intérêt du pape. Le WAM est une entreprise familiale fondée en 1999 par Joche Wermuth, conseillant les fonds d’investissements dans les initiatives alternatives et durables. Dans le passé, l’entreprise a ainsi accompagné des placements jusqu’à hauteur d’1 milliards de dollars. Elle s’engage dans le développement de modèles économiques durables et éthiques.

Jochen Wermuth , 47 ans et protestant, est un acteur important du monde économique (dans les années 90, an nom de la Deutsche Bank, il a participé à la transition de l’économie russe) dans la bascule vers les énergies renouvelables. Il participe activement au mouvement de désinvestissement dans les énergies fossiles. Son soutien financier au parti des Verts dans le Bade-Wurtemberg lui a été reproché, mais l’homme est aussi un soutien de Greenpeace.

Si le pape – qui a publié l’encyclique Laudato si – a accepté la proposition du véhicule électrique, c’est avec plusieurs conditions.

Lire la suite

DECHETS – Qui veut aller loin… nettoie sa classe

DLSource : Art. de Teresa Anyabuike (trad E&E), soeur de Notre-Dame-de-Namur, coordinatrice de la communauté d’autogestion du diocèse d’Ilorin

.

LAUDATO SI – C’est aussi un cri !

2017-clameursUne websérie Laudato si ? Eh bien oui ! Les amis du CERAS ont osé. Dès le 13 mars prochain, sur Youtube, la série « Clameurs » donnera la parole aux « exclus pour interroger nos modèles de société ». Entre fiction et documentaire, la websérie se déclinera en six chapitres.

Accélération, la culture du déchet, notre cadre de vie, notre relation à la Création, un ‘nous’ à construire ensemble, « nos cultures, notre avenir »… chaque chapitre sera l’occasoin de rencontres et d’éclairages variés.

Derrière l’opération se cache notamment Martin de Lalaubie, 28 ans, réalisateur de la série. Engagé au Ceras depuis 2013, il travaille sur la série depuis fin 2015.

 

 

CLIMAT – Des évêques américains aux aguets

2017-eveques-americain-rex-tillersonUne lettre. Les évêques nord-américains viennent d’écrire une lettre au nouveau secrétaire d’Etat Rex Tillerson. Et aussi président directeur général d’Exxon Mobil.

Le texte de la lettre (en anglais) est à lire ci dessous. Après avoir rappelé le lien fort du monde chrétien à l’environnement, issu de l’héritage judéo-chrétien, les évêques – en l’occurence Mgr Cantu et Dewane-  évoquent aussi la mobilisation forte sur ce sujet demandée par le pape François. Et aussi son engagement fort dans la lutte contre le dérèglement climatique en cours.

Du coup, les évêques demandent au Secrétaire d’Etat de soutenir le Green Climate Fund (GCF), qui, par des aides financières, encouragent des pays en voie de développement pour s’adapter et résister aux effets des changements climatiques. Ils demandent aussi de mettre en oeuvre « une révolution énergétique » urgente, en développant les énergies renouvelables au sein du pays, tout en respectant les engagements signés lors de la COP21 à Paris.

February 17, 2017
The Honorable Rex Tillerson /Secretary of State / U.S. Department of State
2201 C Street, NW / Washington, DC 20520
Dear Secretary Tillerson,
It is our prayer that you may be blessed with wisdom as you begin your term of office asSecretary of State. Today, we write about our shared obligation to care for the environment. The Judeo-Christian tradition has always understood “the environment” to be a gift from God. From time immemorial, the people of our nation have recognized this gift in our abundant and beautiful lands, pristine waters and clear skies.

Lire la suite

SUISSE – La bonne heure de la justice écologique

2017-fribourgL’écologie se décline aussi en version bilingue. Par exemple, en Suisse, où la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg  organise une journée d’étude sur le thème « Vers une écologie intégrale. Réflexions théologiques et implications pastorales à partir de l’encyclique Laudato si’ ».

La journée aura lieu le mardi 21 mars 2017, de 8 h. 45 à 13 heures, au Centre spirituel Sainte-Ursule de Fribourg, Suisse. Et en voici l’argumentaire théologique, pour ceux qui aiment le genre :

Il a fallu longtemps pour que les responsables des Églises reconnaissent la gravité des problèmes écologiques auxquels la terre est exposée. Cédant à l’esprit des années 1960, le concile Vatican II a plutôt défendu une « théologie de la domination », selon laquelle la nature est surtout disponible pour l’utilisation humaine (cf. Gaudium et spes, n. 12 ; 36). Ce n’est qu’avec Jean Paul II et son encyclique Sollicitudino rei socialis (1988) que la protection de l’environnement est entrée dans les priorités de l’enseignement social de l’Église catholique.

Lire la suite

ENERGIE – Rome, de l’énergie à revendre

2017-universite-lattranToutes les chemins écologiques mèneraient-ils à Rome désormais ? Ma collègue Véronique me signale cette autre conférence internationale qui se déroulera l’Université pontificale du Latran le 27 janvier, sur le thème « Laudato si’ et les investissements financiers catholiques : vers une énergie propre pour notre maison commune. »

Organisée par la CAFOD, le CIDSE (réseau de 18 ONG américaines et européennes), le FOCSIV (mouvement de volontaires), le réseau GCCM, les commissions Justice et Paix, le réseau irlandais Trocaire, la conférence veut ouvrir de nouvelles pistes pour répondre à l’appel à la conversion de l’encyclique du pape François.

Cela passe par une conversion rapide et juste des énergies fossiles vers d’autres plus propres et renouvelables. Un mouvement qui peut être soutenu par la campagne grandissante en cours de désinvestissement financier. Une campagne à laquelle de nombreuses institutions catholiques (notamment) ont commencé à se joindre, pour jouer un rôle de catalyseur et d’accélérateur.

C’est de tout cela dont vont parler les intervenants, parmi lesquels l’incontournable cardinal Turkson, nouveau et premier préfet du tout nouveau dicastère pour la promotion du développement humain intégral, Christiana Figueras, le révérend Henrik Grape, de l’Eglise de Suède.

Au programme : 2017-latran

Plus d’infos : http://www.laudato-si-investing.com/

Un rendez vous à suivre en direct sur FB : https://www.facebook.com/GlobalCatholicClimateMovement/

 

ALIMENTATION – Dis moi ce que tu manges, …

Et voici une série d’informations de 2016 autour des questions de l’alimentation

r2gis-charrePourquoi nos assiettes sont-elles devenues un sujet politique ? Peut être parce que notre rapport à la nourriture en dit long de notre envie à vivre ensemble. Récemment, le P. Régis Charre, prêtre aux Minguettes, a proposé le développement de menus sans viandes dans les cantines scolaires.

« Si 100% des parents veulent que leur enfant mange de la viande tous les jours, du lundi au vendredi, personne n’aura rien à redire. Mais nous voudrions que les parents, quelque soit leur obédience religieuse ou leur sensibilité écologique, puissent choisir. »

C’est parce qu’il fait parti de la commission « Laïcité et vivre ensemble » que le P. Régis Charre s’exprime sur ce sujet sensible, précisant  que « proposer un menu sans viande n’est pas nécessairement faire rentrer la religion dans la cantine municipale ».

« Le pape François a sorti une encyclique, le Laudato Si, qui concerne l’écologie intégrale. Elle comprend l’écologie environnementale et l’écologie des plus pauvres, car il dit que tout est lié. En France, nous avions plutôt tendance à opposer les deux. Les partis écologistes s’opposaient aux partis qui défendaient la classe ouvrière et inversement. Aujourd’hui, nous prenons en compte les deux et revoyons un certain nombre de questions concrètes de la vie quotidienne » explique Régis Charre.

Selon lui, il faudrait dans tous les cas manger moins de viande dans les années avenir pour assurer un équilibre. Une nécessité qui demande aussi de la pédagogie puisque, pour l’heure, les menus « sans viandes » attirent beaucoup moins d’enfants et de parents. La question ici n’est donc pas polémique et n’est pas un faux-né de la question de l’alimentation kasher ou hallal.

« Dès que quelqu’un demande à prendre en compte les enfants musulmans, on dit qu’il veut faire entrer la religion dans la municipalité. Les bannières se lèvent et on dit tout de suite non. Je pense qu’au contraire, proposer des menus avec ou sans viande tous les jours, comme c’est le cas à Lyon où à Décines, respecte la laïcité ».

Source : article de  Mathilde Régis dans Lyon capitale/ Publié le 28/09/2016