AGRICULTURE – Et si on passait au salon ?

2018 ECOLOGIE Salon de l'agricultureIls l’avaient fait en 2016. Ils le refont cette année : une délégation d’évêques se rendra au Salon international de l’agriculture. A cette occasion, ils publient un message (21 février) aux agriculteurs, leur rappelant que leur « mission est unique et nécessaire ».

C’est en fait le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France qui est à l’initiative de ce texte. Rappelons qu’il est constitué de Mgr Georges PONTIER, Archevêque de Marseille, président de la CEF ; Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, vice-président de la CEF ; Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint-Denis, vice-président de la CEF ; Mgr Michel AUPETIT, Archevêque de Paris ; Mgr Jean-Pierre BATUT, Évêque de Blois ; Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez ; Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise ; Mgr Philippe MOUSSET, Évêque de Périgueux ;
Mgr Benoît RIVIÈRE, Évêque d’Autun ; Mgr Pascal WINTZER, Archevêque de Poitiers

Il n’est pas annoncé quels évêques seront envoyés sur place, dans ce grand chaudron parisien de l’agriculture. Voici en tout cas le texte (commenté) du communiqué.

 

Nous savons que la crise agricole que vous traversez est toujours là, profonde, complexe et multiforme. Beaucoup parmi vous souffrent et s’inquiètent pour leur avenir. Face à cette réalité, nous ne pouvons pas nous satisfaire des approches et des discours marqués par la situation de l’après-guerre et les années de forte croissance économique et d’amélioration des conditions de vie qui l’ont suivie. Aujourd’hui, nous mesurons à quel point les temps ont changé. Notre rapport au monde, au travail, à l’économie, à la technologie, à la terre, à la création soulève bien des questions et nous met devant de nouveaux défis, dont celui du respect de l’environnement, que nous sommes appelés à relever tous ensemble.

Lire la suite

Publicités

ALIMENTATION – Ne balance plus ton porc

 

2017 ECOLOGIE Bretagne Tiad ReizhLa Bretagne est une des grandes régions productrices agricoles. Avec tous les paradoxes du modèle intensif, de plus en plus flagrants. Mais aussi avec de nombreux projets précurseurs : dernier en date, l’initiative « Tiad Reizh » à laquelle participent les écoles de l’Enseignement catholique de Bretagne.

C’est sur le modèle de l’initiative Breizh Alim qui prévoit l’achat de denrées alimentaires de proximité pour les cantines scolaires que l’État, le Conseil Régional, la Chambre d’agriculture et l’Enseignement Catholique de Bretagne ont lancé l’initiative « Tiad Reizh », le 4 octobre dernier. « Tiad Reizh » veut dire « Maison juste » en breton, en référence à la « Maison commune » citée par le Pape François dans Laudato Si.

Cette démarche s’inscrit en réponse à l’appel de la Région Bretagne qui propose le Plan Alimentaire Territorial Breizh’Alim: ce plan vise à réorienter les marchés publics pour assurer une consommation plus locale et accompagner les producteurs bretons dans la mise en place de filières d’approvisionnement leur permettant de répondre aux appels d’offre publics.  Avec plus de 250 000 élèves scolarisés dans son réseau (44% de la population scolaire de Bretagne), l’Enseignement catholique de Bretagne représente plus de 33 000 000 repas servis chaque année scolaire, soit un budget annuel d’approvisionnement en matière première d’environ 50 000 000€.

Sont concernés les quatre diocèses de la Région Bretagne (Ille et Vilaine, Morbihan, Finistère et Côtes d’Armor), représentant 827 écoles, 170 collèges et 103 lycées :

« Cela prend du temps de transformer les habitudes alimentaires, l’objectif est de parvenir à une consommation de 80 % de viande de porc, et de viande bovine bretonne dans tous nos établissements. » explique Stéphane Gouraud, le Directeur diocésain de l’Enseignement catholique du Morbihan.

Lire la suite