FRANCE – La bio fait un peu le moine

2017 ECOLOGIE Lancemnet label Eglise verteUn évènement important s’est déroulé le 16 septembre dernier en France : le lancement officiel du label « Eglise Verte » par les trois grandes confessions chrétiennes du pays ( Conférence des évêques de France, Fédération Protestante de France, Assemblée des Evêques Orthodoxes de France et Conseil d’Eglises Chrétiennes en France)en dit long du chemin parcouru dans la conversion écologique en cours.

Petit compte rendu officiel, en attendant plus…

Dans le temple de l’Eglise Protestante Unie de Pentemont-Luxembourg à Paris, 200 personnes ont célébré ensemble ce lancement dans une journée qui a présenté, d’une part, des repères théologiques et spirituels pour donner du sens aux initiatives écologiques proposées dans le cadre du label, et d’autre part, des expériences concrètes menées par des églises dans des pays voisins, à savoir l’Italie, l’Angleterre et la Suisse. Cette journée fut également l’occasion de présenter le premier pas pour s’inscrire dans la démarche proposée par le label : un eco-diagnostic qui permet d’établir le point de départ à partir duquel commencer à tracer un chemin de « conversion écologique » adapté aux caractéristiques de chaque communauté. Cet éco-diagnostic a déjà été testé par une dizaine de communautés, dont des représentants présents à la journée ont témoigné de la dynamique instaurée par ce premier pas. Les participants ont ensuite été invités à participer de petites balades écologiques auprès de communautés parisiennes ayant mis en place des initiatives écologiques.

L’étape suivante a déjà été annoncée : rendez-vous pendant la semaine de l’unité de janvier 2018, où le site intégral du label sera dévoilé avec des fiches techniques, des retours d’expérience, et des repères théologiques.

Et dès maintenant retrouvez une présentation générale de l’objectif et du fonctionnement du label Eglise Verte, ainsi que le questionnaire pour réaliser l’éco-diagnostic est disponible sur le site http://www.egliseverte.org.

La conversion écologique est en marche et il revient à chaque communauté chrétienne de la déployer et la rendre visible : rejoignez le réseau Eglise Verte !

Publicités

CREATION – Un mois pour faire la fête

Arbres2Depuis 1989, à l’appel des patriarches orthodoxes et désormais du pape François et des autres Eglises, un mois de prière s’ouvre désormais chaque année pour la Création du 1er septembre au 4 octobre. A cette occasion, les déclarations et les appels se multiplient.

Ainsi la Conférence des Églises européennes (KEK), le Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE) et le Réseau européen environnemental chrétien (ECEN) ont rendu publique, le 31 août 2017, une déclaration conjointe qui est un appel à la prière et à la mobilisation.

Les chrétiens de toutes les traditions reconnaissent la Création comme don de Dieu. Voilà pourquoi nous sommes appelés à en prendre soin et à la gérer de façon responsable. Nous vous invitons à célébrer le Temps pour la Création du 1er septembre au 4 octobre 2017 et le 1er septembre en tant que Journée de la Création.
Les événements récents nous rappellent l’urgence du changement climatique continu, avec la perte de la biodiversité, l’accumulation croissante de déchets et bien d’autres défis. Nous savons bien que les causes sont différentes, néanmoins nous ne pouvons pas oublier qu’une partie du problème est liée à notre égoïsme, au manque d’attention et à une vision erronée de plus en plus répandue du monde comme source de profit.

Lire la suite

AGRICULTURE – Fermiers sur la paille

En avril dernier, la Conférence des évêques d’Asie (CCA) a exprimé son désaccord avec la manière dont les fermiers philippins du Mindanao ont été brutalisés par la police. Celle-ci tentait de réprimer le mouvement lancé par l’Eglise méthodiste unie pour protéger près de 6000 paysans et responsables tribaux.

Une répression très violente puisqu’on a compté déjà trois morts et des centaines de blessés, après que la police ait ouvert le feu contre des paysans qui appelaient au dialogue avec les autorités gouvernementales. En jeu ? 15 000 sacs de riz qui leurs étaient promis en réponse aux urgences nées de la sécheresse qui a touché cette région.

Par ailleurs, cette même conférence des évêques d’Asie a aussi organisé, en décembre dernier, en lien avec l’Eglise du Christ en Thaïlande et le Forum chrétien coréen pour une agriculture vivante (KLGAF) une rencontre autour du thème « Ecojustice : en route vers un développement durable et la sécurité alimentaire en Asie ». Une soixantaine de participants -théologiens, laïcs engagés, militants, représentants des Eglises, se sont retrouvés à Chiang Mai (Thaïlande) du 29 novembre au 2 décembre.

eco-justice-2016

Extraits

« L’écojustice ne concerne pas seulement l’écologie ou l’environnement. C’est, en fait, un facteur crucial lié aux problèmes de faim, de pauvreté, de durabilité des ressources naturelles, de production d’énergie et de son usage approprié, de développement économique, de distributions équitables des biens, de l’effacement de la dette, du commerce équitable et de la sécurité environnemental » – Tomoko Arakawa, directeur de l’Institut rural asiatique (ARI) au Japon.

« Dieu appelle l’Eglise à être le facteur rédempteur pour soutenir sa Création. C’est un appel à tous les pays développés en Asie pour prioritiser la sécurité alimentaire sur le commerce. » Dr Abram J. Bicksler, directeur de ECHO Asia impact Center

DL

2016-coe-novembre

L’urgence climatique est un des plus beaux chantiers de mobilisation oecuménique dans les années à venir. Une preuve supplémentaire ? Lisez la déclaration récente du Comité exécutif du Conseil œcuménique des Églises sur la justice climatique

Le COE était réuni en Chine, du 17 au 23 novembre. Le Comité exécutif a profité de ce séjour à Shangaï pour publier un texte qui est aussi un appel, en faisant écho à l’accord de Paris sur le climat. Cet accord doit maintenant être suivi de faits. Le texte rappelle que 15 ans avant la COP22 qui s’est déroulé à Marrakech, la COP7, au même endroit, avait initié un dialogue officiel entre musulmans et chrétiens sur les questions climatiques.

«Au Seigneur, la terre et ses richesses, le monde et ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers et la tient stable sur les flots
. » (Psaume 24,1-2)

Le 4 novembre 2016, l’accord adopté lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris, en décembre 2015 (COP21), est entré en vigueur après un rapide processus de ratification rejoint par la Chine et les États-Unis d’Amérique. Dans l’Accord de Paris, les pays s’engagent à maintenir l’augmentation mondiale de la température en dessous de 2 °C et à poursuivre les efforts pour limiter la hausse au seuil inférieur de 1,5 °C. Conformément à l’Accord, les pays développés doivent aider les pays en développement à s’adapter et à croître de manière propre et durable, et à élaborer des moyens de remédier aux pertes et préjudices, y compris aux pertes non économiques.

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) et ses Églises membres, Alliance ACT, les communions chrétiennes mondiales et de nombreuses autres organisations d’inspiration religieuse et de la société civile militent depuis longtemps pour obtenir ces résultats. Nous saluons en particulier le rôle pionnier qu’a joué le Patriarcat œcuménique dans la lutte contre les changements climatiques et la défense de l’environnement depuis 1981. L’Accord de Paris a été accueilli très favorablement et largement applaudi par la communauté internationale et la société civile. Le COE salue notamment le fait que cet accord traduise une approche plus juste des réponses apportées à la crise climatique, donnant un signe d’espoir très attendu à ceux qui sont les plus vulnérables à ses conséquences.

Lire la suite

DIOCESE – Plus de cicognes sur les églises ?

Extraits de l’entretien avec Mgr Grallet, accordé au journal La Croix