ORTHODOXIE – Des réflexions écologiques sur la crête

2017 ECOLOGIE Crete Octobre.png

Un rendez vous à venir en octobre prochain en Crête. La 5e conférence orthodoxe sur la théologie de « l’oikos » se déroulera du 23 au 27 octobre prochain.

Des articles théologiques peuvent être proposés avec comme date limite le 30 juillet. A vos plumes

http://ithe.webs.com/

DL

Plus d’infos :  Louk.Andrianos@wcc-coe.org or luc_andrian@yahoo.gr

LAUDATO SI – Des grandes villes intégrales ?

Guadi.jpgActuellement se déroule une conférence internationale au Brésil sur le thème « Laudato Si et les grandes villes » organisé par la Fondation « Antoni Gaudi pour les grandes villes »

Le pape François a envoyé un message aux participants indiquant qu’il est « irresponsable de polluer l’eau et l’air. Les gouvernements doivent agir. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés lorsqu’on observe une dégradation environnementale sévère. »

Dégradation de l’air, pollution de l’eau, augmentation de la production de déchets mais aussi pauvreté sociale, et ghettoisation alimentés par la violence et l’injustice : autant de réalités qui ne peuvent pas laisser indifférents les dirigeants. Pour se mobiliser, le pape argentin propose la triade des 3 R : respect, responsabilité et relations. Respect de l’environnement et pour la Création, voilà un devoir « que nous devons tous avoir, parce que nous en avons tous hérité comme un don précieux et que nous devons nous assurer que les générations futures pourront continuer de l’admirer et d’en profiter. »

Il s’agit pour lui de casser le mur de l’indifférence . « La passivité actuelle prouve que l’humanité a perdu son sens de la responsabilité envers les familles sur lesquelles toute société civile est pourtant fondée. » Il s’agit donc de construire «  un réseau de communion et d’appartenance, capable de promouvoir une meilleure coexistence et dépasser les difficultés. »

DL

 

ETHIQUE – Qui veut la peau de Roger Rabbit ?

3516Il est peut être encore temps de s’inscrire pour les prochaines « summerclass » de Centre d’éthique animale d’Oxford ? Cette 4e session du genre abordera la question de l’éthique … de la fourrure animale. Une première mondiale, semble-t-il.

Du 23 au 26 juillet prochain, en effet, à la maison Saint-Etienne de l’université anglicane de théologie d’Oxford (GB), cette session rassemblera des universitaires du monde entier pour débattre de ce sujet nouveau et ancien à la fois (et à la foi). Parmi les contributions scientifiques annoncées, on peut déjà citer Dr Natalie Thomas, sur la chasse aux phoques au Canada (University of Guelph-Humber) ; Laura Donnellan, qui évoquera les réglements s’appliquant aux fourrures de chats et de chiens (University of Limerick) ; Pei F. Su and Yuan-Chih, Lung, aborderont l’industrie chinoise de la fourrure (ACTAsia, and Tsinghua University) et Kumud Kant Awasthi, la question de l’élevage d’animaux à fourrure en Inde (National Institute of Animal Welfare, India) ; et bien d’autres.

Des philosophes, des théologiens, des moralistes donc de plus de 12 pays aborderont les questions éthiques liées à cette activité, souvent destinée à la mode, et qui produit des millions d’euros de bénéfices chaque année sur le dos (!) de 60 millions d’animaux à fourrure tués chaque année.

Cette université d’été est organisée par le Centre pour l’éthique animale d’Oxford en partenariat avec le Respect for Animals Educational Trust.

Plus d’infos (en anglais)  ici.

DL

 

RENDEZ-VOUS – Et après la COP21, elles font quoi les Eglises, hein ?

L’ami Martin Kopp est de retour sur Paris. Une belle voix chrétienne sur les débats en cours autour des urgences climatiques. C’est le 26 avril prochain à la paroisse St Roch.

Alors que le réchauffement n’en finit pas, nul ne peut l’ignorer après la COP 21, que font les Eglises ? Si l’on ne monte plus guère en chaire, les homélies restent un lieu privilégié pour l’écoute et l’absoute. De fait, elles ne laissent que bien peu de place au respect et à l’amour de la Création. Mais, si l’on va au fond des choses, dans leur profonde réalité, comment agissent et réagissent les chrétiens ? Pour le commenter, Martin Kopp est un grand témoin.
A peine trentenaire, fils de pasteur, doctorant à la faculté de théologie de Strasbourg, il a été chargé par la Fédération Luthérienne du plaidoyer pour la justice climatique.
A ce titre, il participe à de nombreuses réunions oecuméniques. Il était présent aux plus récentes COP. Il saura dire si et comment les chrétiens se mettent enfin en ordre de marche après avoir reçu leur feuille de route et nonobstant les péripéties électorales.
Npn seulement gardiens mais garants de la Création, à la suite du Christ, ils ne peuvent se dérober aux rendez-vous de l’Histoire, alors que l’humanité est aujourd’hui en cause, pleinement et tout entière.

 

CONFERENCE – Causons !

Beaucoup d’infos … mais peu de temps pour les publier. Et dire que c’est le Carême !

En passant, un prochain RV dans la région de Rouen

2017 Rouen Mars 2017

 

La soirée débutera par un partage d’expériences locales avec une intervention de la paroisse Sainte-Thérèse de la Vallée du Cailly pilote sur le diocèse de ROUEN en matière d’écologie, de la RESSOURCERIE RESISTES et du réseau des AMAP.

Vendredi 24 mars à 20h au Centre diocésain (41 route de Neufchâtel à Rouen).
Entrée libre

MYANMAR – Le cri de la terre, le cri des pauvres

2017-charles-bo-myanmarLe cardinal Charles Bo – premier cardinal du Myanmar – ne mâche pas ses mots. A l’ouverture de la 17e rencontre des religieux/ses d’Asie-Océanie (AMOR), ce lundi, il a ainsi lancé à l’assemblée : « Aujourd’hui, nous faisons face à un holocauste environnemental. C’est un moment effrayant. »

Le prélat catholique, évêque de Yangon au Myanmar, a souligné devant les 132 participants que le « changement climatique est une réalité », soulignant les « péchés écologiques » et le besoin de « conversion écologique » des communautés chrétiennes. Citant l’encyclique Laudato si à maintes reprises, Mgr Bo a ainsi introduit la session dont le thème est « Un appel pour une conversion écologique globale ».

2017-maynmar-amor-17-logoPour la première fois, la rencontre AMOR, – un RV qui a lieu tous les 2 ou 3 ans, et qui a été lancé en 1972 -, se déroule en Birmanie. Un pays marqué par une longue et pénible histoire de dictature militaire. Mais aussi un pays particulièrement exposé au changemnet climatique. De fait, le pays est le deuxième sur la liste des Etats les plus vulnérables à ces changements en cours. Mgr Bo insiste :
 » Nous sommes rassemblés ici et aujourd’hui non contre les terroristes de DAECH, mais contre les terroristes économiques et écologiques. » Et de poursuive : « Nous sommes un pays pauvre. Les pays riches ont répandu le CO2 dans l’atmosphère. Nous souffrons beaucoup et enterrons des milliers de personnes après chaque désastre naturel. »

Lire la suite