SAINTETE – L’hirondelle qui fait le printemps

2017 ECOLOGIE HildegardeDans la série des comédies musicales de la rentrée, on peut noter celle qui évoquera la belle figure de … Hildegarde von Bingen. Montée par l’association Révélateur fondée il y a vingt ans par Hugues-Olivier Brillouin et le P. Jean Marie Luc Brun de la communauté St Jean. Leur projet initial est de créer un spectacle « son et lumière » pour promouvoir et valoriser l’art chrétien.

Pendant un mois, des jeunes (près de 180 !) réunis de toute la France, ont mis leurs talents de ce projet qui témoigne aussi de leur foi. « Ce mois de répétitions intensives en master class donne lieu à une comédie musicale qui est jouée dans le sud pendant l’été, puis qui part en tournée à Paris pendant l’année », explique le site de l’association.

Pour rappel, Hildegard, née le 16 septembre 1098 dans la Hesse rhénane et morte le 17 septembre 1179, a eu un beau parcours de femme et de religieuse bénédictine, marquée par des visions mystiques, compositrice de musique, auteur, naturopathe. Et reconnue sainte et docteur de l’Eglise le 7 octobre 2012.

Occasion de réviser ses connaissances sur ce sacré bout de femme.

Hildegarde de Bingen est médecin, son double don de voyance et de guérisseuse en fait l’un des plus renommés de son temps. Sa médecine combine des éléments savants de grands auteurs, et des ressources locales de médecine populaire. Ses ouvrages médicaux sont au nombre de trois :

Lire la suite

Publicités

ACTION – De l’eau dans le gaz à Colombia

2017 ECOLOGIE Soeurs AdoratricesPas simple d’être religieuse en Pennsylvanie, du côté de Colombia. Surtout quand un pipeline vient traverser votre propriété…

Les religieuses Adoratrices du sang du Christ viennent de perdre une nouvelle bataille dans leur opposition à ce projet. Le 28 septembre dernier, le juge du district a débouté la plainte des religieuses qui soulignaient que le passage forcé de ce pipeline  – le Sunrise pipeline, un tuyau de plus de 200 km qui se raccorde au réseau entre New York et le Texas –  ne respectait pas leur liberté religieuse qui est fondée sur la foi en une Création respectée et protégée. Déçues, les religieuses ont décidé de faire appel.
« Le développement à grande échelle d’opération d’extraction de gaz de schistes et la construction de nouveaux pipelines, ne feront qu’accélérer les dommages imposées à la terre et produiront de grands souffrances à tous les membres de la Création divine. Les pauvres et les plus vulnérables y seront les plus exposés », expliquent les religieuses.

Derrière tout cela, la compagnie Transco est active. Elle a déjà réussi a interdire la construction d’une chapelle envisagée par les soeurs… sur le tracé du pipeline. Mais le bâtiment a quand même été construit en juillet dernier. La commission de régulation fédérale pour l’énergie a, elle, donné son feu vert aux plans de Transco en février dernier, au même moment où les protestataires contre le pipeline qui passe dans le Dakota ont été durement délogés.

Mais dans la région, à côté des religieuses, ce sont plus d’une trentaine de propriétaires terriens qui ont refusé de vendre leurs terres à Transco, retardant d’autant les travaux.

DL

 

Source :

EMISSION – Ondes intégrales

2017 ECOLOGIE Fleur-de-sel-800x445L’ami Arnaud me signale que ça continue de bouger du côté de Nantes. Désormais, c’est sur les ondes que l’écologie intégrale pourra être reçue.

En effet, une émission radio hebdomadaire vient d’être lancée, sur Radio-Fidélité sur 103.8. L’émission s’appelle « Fleur de sel », et évoque une approche chrétienne de l’écologie, dans la lignée de Laudato si. Elle est animée Elle est animée par des membres du groupe Ecologie parole de chrétiens du diocèse de Nantes.

Vous pouvez l’écouter en direct en Loire-Atlantique (quatre rediffusion dans la semaine), Lundi 17h ; Mardi 2h ; Jeudi 4h ; Samedi 9h ; Dimanche 12h 03

 En podcast sur : http://radiofidelite.fr/fr/wp-content/uploads/2017/10/Fleur-de-sel.mp3

EVENEMENT – Quarante fois « bonne fête » François

2017 ECOLOGIE DésinvestissementEn ce jour de la saint François d’Assise, l’annonce est impressionnante. Ce sont bien près de 40 institutions catholiques qui se sont unies pour arrêter de financer les énergies fossiles par leurs placements.

Le nombre est sans précédent dans le monde catholique et la liste des institutions montre le caractère international de la mobilisation. Ces institutions peuvent être des sites de pèlerinages, des banques etc. A Assise, ville natale du Poverello, la municipalité est entrée dans le mouvement du « désinvestissement ». Mais aussi des institutions catholiques majeures : le monastère du Sacro Convento qui abrite les reliques de saint François et qui est le coeur symbolique de la famille franciscaine fait partie des institutions locales qui se sont jointes à l’action ; le diocèse d’Assise-Nocera Ombrie-Gualdo Tadino ; l’Institut Séraphique; un centre médical pour enfants handicapés.

Par ailleurs, la conférence épiscopale belge est devenue la première au monde a rejoindre le mouvement. L’archidiocèse du Cap, en Afrique du Sud a décidé de choisir des fonds d’investissement à vocation sociale et éthique. Trois diocèses et un vicariat dans le monde ont aussi choisi de désinvestir. En Allemagne, c’est la très puissante banque Kirche und Caritas eG qui a aussi fait ce choix de quitter le financement des énergies fossiles. Oikocredit Belgique, un imposant fond privé de microfinances a aussi annoncé son engagement en ce sens. On estime à un montant de 5 milliards $ le volume d’argent ainsi mobilisé par ces 40 institutions.

 

 

DL

Voici la liste des 40 acteurs

ARGENTINE : RAAD Red Argentina de Ambiente y Desarrollo /Red Argentina de Laicos (RELAI) // AUSTRALIE : Australian Jesuit Province / BELGIQUE :Abdij OLV van Nazareth (Abbey Our Mary of Nazareth) / Broederlijk Delen / Episcopal Conference of Belgium /Gasthuiszusters Augustinessen van Leuven (Hospital Sisters of Saint Augustine, from Leuven, Belgium) /Missionarissen van Scheut (CICM – Congregatio Immaculati Cordis Mariae) /Netwerk Rechtvaardigheid en Vrede – Ecokerk (Justice and Peace Network & Ecochurch, Flanders) /Oikocredit Belgium /Pax Christi Vlaanderen (Pax Christi Flanders, Belgium / Salvatorianen (Societas Divini Salvatoris, Belgian Salvatorians) /Vicariate Vlaams-Brabant en  Mechelen /Welzijnszorg /Zusters van de Bermhertigheid (Congregation Sisters of the Mercy of Jesus) /Zusters van Maria (Congregation Sisters of Mary) // ALLEMAGNE : Bank für Kirche und Caritas eG (Bank for the Church and Caritas) / INTERNATIONAL (Congrégations -Curies généralices) : Mercedarian Missionaries of Berriz /School Sisters of Notre Dame /Society of the Sacred Heart /Union of Sisters of the Presentation of the Blessed Virgin Mary Generalate // IRELANDE : Presentation Sisters, North East Province ; Presentation Sisters, South West Unit // ITALIE : ALTIS, Alta Scuola Impresa e Società dell’Università Cattolica del Sacro Cuore (Postgraduate School Business & Society of the Università Cattolica del Sacro Cuore of Milan) /Diocese d’Assisi / Diocese de Caserta /Diocese of Gubbio / Greenaccord onlus /Lega Consumatori /MASCI / MASCI Umbria /Sacred Convent of Assisi /Seraphic Institute // KENYA : St Patrick’s Missionary Society / SIERRA LEONE : Sierra Leone Young Christian Student movement / AFRIQUE DU SUD : Archdiocese of Cape Town /Catholic Welfare and Development // GB : Catholic Action for Animals /Newman University // USA : Center for Action and Contemplation

RENDEZ-VOUS – Fraternité climatique

2017 ECOLOGIE Protestants en fêteL’amie Jacqueline me signale qu’à l’occasion des manifestations de « Protestants en fête, 500 ans de Réforme » qui se déroulent du 27 au 29 octobre prochain à Strasbourg, le village des Fraternités (Eglise Saint Thomas) ouvre un espace « Développement durable »

Si Martin Kopp s’occupe bien de la tente « climat », Jacqueline et le réseau oecuménique Justice, Paix et Sauvegarde de la Création animeront un stand sur le thème des économies d’énergie, des déchets et de l’écoconsommation, de la biodiversité etc.

Beaucoup d’autres RV sont à noter. Par exemple :

Vendredi 27 octobre 14h – 19h

Éloi NAVARRO: Alter Alsace Énergies / Alain MASTIO :  Projet de paroisse verte à Haguenau 

Projection du film documentaire «  DEMAIN » réalisé par Mélanie Laurent et Cyril Dion en 2015, suivie d’un débat. / Présentation : Michel HUTT, enseignant, protestant, auteur de romans consacrés à l’écologie. / CINEMA ODYSSEE : 3 rue des Francs Bourgois : vendredi 27 octobre à 16 h 20.

Samedi 28 octobre 10h – 14h 

Expériences d’actions écologiques en Eglise : Henri MELLON :  membre de JPSC et CPS, Jean-Christophe MOYSES, agriculteur engagé dans la transition écologique à Ungersheim : réflexion spirituelle sur le grain.

 

 

 

VIE MONASTIQUE – Carmélites paysannes

2017 ECOLOGIE CUT Lettre.pngLes amis des Chrétiens unis pour la terre poursuivent leur aventure. Leur dernière rencontre au Carmel de Mazille leur a notamment permis de renouveler leur lettre d’informations. Et aussi de récolter le témoignage des Carmélites agricoles du lieu.

Sr Julie et Sr Gabrièle, du Carmel de la Paix en Bourgogne.
Ce monastère a été transféré en 1970 de Chalon/Saône jusqu’en haut d’une colline sur la commune de Mazille (près de Cluny). C’est là que cette communauté de 29 moniales s’est lancée dans l’agriculture. Inspirées par Ste Thérèse d’Avila qui a réformé le Carmel au XVIe s. et a décrit l’âme comme un château aux 7 demeures, elles vivent les vœux monastiques d’obéissance, de chasteté et de pauvreté, au sens de simplicité essentielle. Une volonté d’amour, une recherche d’harmonie, le partage des biens et l’énergie consacrée au travail, tout cela est fondé sur la quête de Celui qui habite au centre de ces demeures intérieures. Elles ont trouvé l’équilibre entre prière et travail de leurs mains, elles ne produisent pas pour produire, leur but n’est pas non plus de faire du bio pour faire du bio (elles n’ont pas le label), elles ne commercialisent rien : sur 25 ha, avec leurs 6 vaches qui leur fournissent le lait, le beurre et le fromage, 40 brebis pour la viande (pour l’accueil), 2 grands potagers et des arbres fruitiers (carmel, en hébreu, veut dire verger !), elles sont dans l’autolimitation, juste le nécessaire pour vivre et accueillir leurs hôtes. À l’hôtellerie, pas de tarif fixé, chacun donne selon ses moyens. Leur vocation agricole est concrète, et ressentie encore aujourd’hui très fortement par les novices qui entrent au monastère, d’autant plus que la génération des 20-40 ans est plus sensible à la question de l’écologie. Un lien fort les unit à cette terre qu’elles travaillent et qui leur enseigne de l’intérieur la patience, les lentes
germinations, l’interdépendance. Toute la communauté, toutes générations confondues, de 25 à 90 ans, participe d’une manière ou d’une autre. Le temps des foins, par ex., est un temps fraternel très fort, dans la joie de la récolte. Laisser faire la nature, ne pas la dominer ou tout maîtriser, ce désir qui les habite est en écho profond avec l’Évangile de Jésus. Les premières années après leur transfert, leur changement d’activité avait suscité des interrogations dans l’Ordre du Carmel : peut-on concilier la vie de prière carmélitaine avec tant de travaux agricoles ? (et certes, le travail ne manque pas, même en hiver, avec les agnelages…) – tandis qu’aujourd’hui, leur choix suscite plutôt de l’intérêt, voire de l’émulation ! Agricultrices « en conscience », elles en reçoivent une grande dignité : celle d’être responsables de la meilleure relation possible aux autres, à la terre, et ainsi à la Création tout entière

LAUDATO SI – Cassel-Poligny, même combat

L’encyclique Laudato si n’a pas fini de faire des vagues. Plusieurs diocèses ont des journées de formation à leur programme dans les jours à venir. Aussi bien dans le Jura que dans le Nord.

Le dimanche 22 octobre, à 9 h 30, à la maison diocésaine à Poligny (Jura), une journée intitulée « Habiter notre terre – Apprendre à mieux gérer notre maison commune » est proposée. Elle sera introduite par une une conférence du P. Christian Mellon, jésuite, à 10 h, au cinéma Ciné-Comté. A 11 h30, des ateliers ouvriront diverses pistes : Atelier n°1 : « Loué sois-tu », avec les clarisses de Poligny (Découverte de l’expérience de saint François d’Assise et de sainte Claire vers la louange et la fraternité universelle.) / Atelier n°2 : « La vie simple, une bonne nouvelle ? » (Comment répondre à l’appel à une vie plus simple et une vie meilleure ? Avec l’aide des outils de la spiritualité ignatienne.) / Atelier n°3 : « Economie bienveillante » (Réflexion sur nos modes de vie comme entrepreneurs, consommateurs, épargnants, retraités. Remettre l’homme au cœur de l’économie. Jeu de rôles «Création d’une entreprise d’économie de communion ») / Atelier n°4 : « Communication bienveillante ». (Les relations entre nous permettent de construire une culture de la vie partagée et du respect de ceux qui nous entourent. Découvrir, goûter de manière ludique ce qui rend une relation positive.) // Atelier n°5 : « La conversion écologique ». (Une réflexion sur la création, l’aménagement du territoire et la manière de travailler la terre, par un acteur de l’aménagement du territoire.) / Atelier n°6 : « S’émerveiller, un monde à contempler et à consommer en conscience ». (Un paysan boulanger nous partage son expérience du travail, le rapport à l’instant présent. Atelier pratique, participation à la fabrication de pain au levain bio.) / Atelier n°7 : « Atelier créatif ». Animé par  deux artistes, pour la famille. (Création d’une œuvre éphémère avec des végétaux et minéraux, et proposition de transformation de plantes.) / Atelier n°8 : « Notre maison commune ». Nous habitons tous une même terre. Comment penser notre rapport aux migrations, entre peur et accueil, construire une société où chacun trouve sa place ? Le tout suivi d’un repas bio fait sur place, avec un marché de producteurs. Une célébration eucharistique est aussi proposée à 17 h à la Collégiale pour rendre grâce au Créateur. En présence de Mgr Vincent Jordy,, évêque de Saint-Claude

Et dans le Nord, à Cassel, ce dimanche 1er octobre la journée diocésaine est consacré au lancement du label Eglise verte dans le diocèse.

 

«  C’est une petite révolution dans la vie de l’Église car c’est la première fois qu’un Pape consacre toute une encyclique à la question écologique, décrypte Anne-Sophie Hourdeaux, une laïque en charge du projet au sein du diocèse. (…) En plus de la messe célébrée dimanche par Mgr Ulrich, à 10 h 30 à la collégiale Notre-Dame, une dizaine de stands d’acteurs de la transition énergétique vont s’installer dans la salle des fêtes à partir de 14 h. «  L’idée est de créer un réseau entre chrétiens et non chrétiens car l’écologie concerne tout le monde, ajoute Anne-Sophie Hourdeaux. Cassel est le bon endroit pour initier le mouvement. On y sera au vert, à la campagne. » (source Voix du Nord)