PRIERE – Non mais « à l’eau » quoi ?

2017 ECOLOGIE Sécheresse GapJean-Baptiste me signale un appel intéressant de Mgr Xavier Malle, évêque de Gap-Embrun, à l’occasion de la sévère période de sécheresse que subit son département. Il a pris l’initiative d’un triduum de prières, du 8 au 10 décembre prochain, pour « demander la pluie ».

Un texte intéressant à découvrir (extraits) en ce temps d’Avent et d’attente que « vienne la rosée sur la terre ». intéressant de voir que le prélat fait bien le lien entre les souffrances de la nature et les comportements sociaux contemporains. L’encyclique Laudato si serait elle passée par là ?

« Notre département connaît depuis six mois une sécheresse terrible.

Conséquences pour nos frères et sœurs paysans. Conséquences pour la nature qui souffre. Conséquences le monde de l’économie du loisir du ski : moins de neige. Les barrages hydroélectriques sont historiquement bas, avec des risques de coupure d’électricité cet hiver. Les rivières sont basses, entraînant de grandes inquiétudes sur l’alimentation en eau potable de villes comme Gap, et des conflits importants, car l’eau devient une source de tensions. Conséquences sur des habitations suite à la sécheresse.

■Une prise de conscience nécessaire

De ce mal qu’est la sécheresse, nous pouvons souhaiter une prise de conscience. Il y a certes peut-être des raisons cycliques aux sécheresses, mais ne nous voilons pas la face, notre activité humaine a des conséquences importantes. Notre activité personnelle également.

Lire la suite

Publicités

EMISSION – Le bonheur est dans le pré (salant)

Connaissez vous l’émission « Fleur de sel » ? C’est un rendez-vous radiophonique hebdomadaire très « Laudato si » qui mérite d’être découvert sur le site de Radio fidélité, radio de Loire Atlantique (103.8 à Nantes ; 92.5 à Pornic ; 97.2 à Chateaubriand)

Elle animée notamment par le groupe « Paroles de chrétiens sur l’écologie ». Cette semaine, l’émission est partie découvrir la paroisse de Loire-Atlantique engagée dans la transition écologique, Sainte-Croix-en-Châteaubriant et St Joseph-du-Don. Occasion de rencontrer notamment Agnès Sion, éleveuse de moutons à Erbraye.

DL

SOLIDAIRE – Toul monde sur le pont

2017 CCFD 250_328_1_table-ronde-ccfdDans le cadre de la semaine de la finance solidaire, le CCFD Terre solidaire cette année encore, en participant ou organisant divers évènements en France. Dernier en date, le 30 novembre prochain, à Toul, une table ronde est organisée en lien avec le SIDI et Terres de Lien.

Le thème de la table ronde est « La finance solidaire au service de l’agriculture ici et là-bas » et se déroule à partir de 20 h 30 à la mairie de Toul. Y interviendra notamment le député Dominique Potier. Sa réflexion aura pour sujet :

« Face aux défis économiques, environnementaux et climatiques actuels, des initiatives citoyennes se développent pour sauvegarder notre bien commun à tous qu’est la terre. Des dérives au cours du temps l’ont éloignée de sa fonction de mère nourricière assurant une alimentation suffisante en quantité et en qualité. La finance peut être un outil pour le développement d’une agriculture plus respecteuse de la nature ici comme dans les pays du Sud, si on lui redonne sa fonction initiale d’être au service de cette activité économique essentielle, et si chacun prend conscience que son avenir est lié à celui des autre. La solidarité commence dans son quartier et va jusqu’au bout du monde »

Occasion de rappeler comment le CCFD Terre Solidaire est devenu le 2e acteur en France de l’économie solidaire

(Plus d’infos sur le site du CCFD Terre Solidaire)

LES PIONNIERS DE L’EPARGNE SOLIDAIRE

  • 1983 : Le CCFD-Terre Solidaire et le Crédit Coopératif créent le premier fonds commun de placement de partage en France, « Faim et Développement ».

Lire la suite

ECOLOGIE INTEGRALE – Les générations futures sont déjà là

2017 ECOLOGIE OCtobre Dauphiné« Croq’lavie », un rassemblement d’aumônerie s’est déroulé à Valence du 21 au 23 octobre dernier avec comme thème l’écologie intégrale

Le journal Le Dauphine libéré était sur place :

Jusqu’à lundi, plus de 600 lycéens, venus de la province de Lyon, font la fête au Parc des expos de Valence. Ce 6e rassemblement chrétien ”Croq’lavie” prône cette année l’écologie intégrale : « S’engager pour laisser une empreinte positive sur la Terre », résume l’un des fondateurs, Dominique Perseval. Un thème qui interpelle l’évêque de Valence. Pierre-Yves Michel se dit curieux de savoir « si ça va toucher les jeunes mais j’observe un désir d’engagement ». Eux sont ravis de l’événement, de retrouver les copains et de se dire « qu’on n’est pas les seuls jeunes à croire en Dieu ». Emmanuel et Maxime ont tous les deux 15 ans. À leurs yeux, la religion est totalement dépoussiérée : « L’Église a véritablement changé en s’adaptant à la jeunesse. Elle a conservé son message mais a travaillé sur sa façon de l’annoncer. »

Plus d’infos, d’images et de son sur la page Facebook de Croq’lavie

et du côté de RCF Drôme

DL

 

COLLOQUES – Créatives théologies de la Création

L’ami Fabien me signale deux actualités à suivre dans le monde universitaire catholique.

2017 ECOLOGIE Décembre colloqueD’abord le colloque de l’Académie catholique de France qui se déroulera le 16 décembre prochain, abordant les différents aspects que couvre la doctrine sociale de l’Eglise. Parmi les nouveaux chantiers, celui de l’écologie sera (rapidement) abordé vers 16 h, par Bernard Saugier, de l’université Paris Sud et membre de l’Académie d’agriculture de France et de l’Académie catholique de France. Fabien Révol, de la chaire Jean Bastaire fera le « discutant » de son intervention.

Un peu plus loin encore, en avril 2018, le XVIIème colloque européen de science et théologie abordera la question « Nature and Beyond » « Dieu transcendant, Dieu immanent dans la nature ». La rencontre se déroulera du 17 au 22 avril 2018 au centre de séminaires de Valpré, à Ecully (banlieue de Lyon).  Ce colloque est une co-organisation de la Chaire Science et Religion (UCLy) et de l’ESSSAT (European Society for the Study of Science and Theology).

2018 ECOLOGIE Avril Colloque Valpré ThéologieEn deux mots, pour les lecteurs théologiens, quelques mots sur la réflexion du colloque :

 Comment peut-on comprendre que Dieu est à la fois dans et hors de sa création, sans tomber dans les écueils de l’absence de Dieu dans le monde et du panthéisme ? La tendance des Églises face à la science moderne a été d’accentuer la transcendance au détriment de la présence immanente de Dieu au monde. Les réactions romantiques et gnostiques ont mis en avant une expérience directe du divin par et dans la nature en la spiritualisant. La pure transcendance nous conduit vers l’absence de Dieu. La pure immanence enferme l’horizon de sens dans les limites du monde. Dans une perspective interdisciplinaire, ce colloque cherche une expression de la transcendance et de l’immanence divine qui articule l’altérité de Dieu et sa présence intime à sa création. Les sciences utilisent les concepts d’émergence, d’énergie, d’incomplétude, de biodiversité… La philosophie et la théologie tentent d’articuler immanence et transcendance. La philosophie réfléchit à partir des concepts de logos (raison), d’infini, de beauté, de participation… Comment la Bible nous présente-t-elle un Dieu autre et proche ? La théologie convoque les thèmes de la création continuée, de la ritualité, de la kénose, de l’amour, de la gloire…

Des contrinutions théologiques peuvent être proposées au colloque. Plus d’information ici.

DL

ECOLOGIE – C’est l’histoire d’une planète…

L’ami Bertrand me signale que le 17 octobre à 20 h, les Bernardins (à Paris) vont parler « écologie ». En l’occurence, une table ronde réfléchira sur les rapports complexes entre histoire et écologique.

Bernardins.png

L’idée d’une séparation étanche entre nature et société n’est désormais plus soutenable. La dernière étape de cette remise en question est l’idée d’Anthropocène : nous sommes devenus une force géologique essentielle susceptible à l’avenir d’affecter puissamment nos sociétés. Si l’histoire n’est pas écrite, elle nous invite néanmoins à penser notre vulnérabilité et à ne plus imaginer que les sociétés évoluent hors-sol, protégées par avance des effets induits par les changements violents du milieu.

Marine Lamoureux, journaliste au service Société, La Croix, animera la prise de parole qui circulera entre Dominique Bourg, philosophe, professeur à l’université de Lausanne, Eloi Laurent, économiste et professeur à Science Po, et le P. Frédéric Louzeau, directeur du Pôle de Recherche du Collège des Bernardins et professeur de théologie à la faculté Notre-Dame.

DL