SAINTETE – L’hirondelle qui fait le printemps

2017 ECOLOGIE HildegardeDans la série des comédies musicales de la rentrée, on peut noter celle qui évoquera la belle figure de … Hildegarde von Bingen. Montée par l’association Révélateur fondée il y a vingt ans par Hugues-Olivier Brillouin et le P. Jean Marie Luc Brun de la communauté St Jean. Leur projet initial est de créer un spectacle « son et lumière » pour promouvoir et valoriser l’art chrétien.

Pendant un mois, des jeunes (près de 180 !) réunis de toute la France, ont mis leurs talents de ce projet qui témoigne aussi de leur foi. « Ce mois de répétitions intensives en master class donne lieu à une comédie musicale qui est jouée dans le sud pendant l’été, puis qui part en tournée à Paris pendant l’année », explique le site de l’association.

Pour rappel, Hildegard, née le 16 septembre 1098 dans la Hesse rhénane et morte le 17 septembre 1179, a eu un beau parcours de femme et de religieuse bénédictine, marquée par des visions mystiques, compositrice de musique, auteur, naturopathe. Et reconnue sainte et docteur de l’Eglise le 7 octobre 2012.

Occasion de réviser ses connaissances sur ce sacré bout de femme.

Hildegarde de Bingen est médecin, son double don de voyance et de guérisseuse en fait l’un des plus renommés de son temps. Sa médecine combine des éléments savants de grands auteurs, et des ressources locales de médecine populaire. Ses ouvrages médicaux sont au nombre de trois :

Le Liber divinorum operum simplicis hominis ( Livre des œuvres divines ) est un mélange de théologie et de médecine, où elle expose ses idées en visions cosmiques. L’organisation de l’univers et la nature de l’Homme ont pour origine commune la création divine. Les deux ne peuvent être séparés, de grandeur différente, ils ont été construits selon les mêmes proportions. Un principe d’analogie universelle fait de l’Homme un petit monde dans le grand (microcosme dans le macrocosme). L’Homme est le miroir du monde qu’il reflète par l’organisation de son corps. Dans un de ses manuscrits, conservé à Lucques, on trouve la miniature représentant un homme aux bras étendus dans un cercle (recevant toutes les influences cosmiques), dont le dessin sera modernisé par Léonard de Vinci dans l’Homme de Vitruve.

La Physica et Causae et curae sont deux ouvrages plus médicaux. Le second serait inspiré de Constantin l’Africain, et à travers lui d’Hippocrate, de Galien, de Dioscoride et des médecins arabes. La médecine populaire allemande tient aussi une large place. Le savoir encyclopédique d’Hildegarde serait lié à sa situation géographique, aux liaisons fluviales d’une région rhénane, communiquant aussi bien avec la mer noire (Danube) qu’avec la Méditerranée (Rhin, Saône, Rhône), lui donnant accès à de nombreuses sources.

Hildegarde de Bingen a une grande connaissance de la pharmacopée et, utilise tout ce que la nature pouvait lui offrir en matière de traitements : les simples bien sûr, mais aussi les minéraux. Elle attribue ainsi des vertus protectrices, curatives, prédictives, purificatrices aux minéraux suivant en cela des pratiques antiques, basées sur un symbolisme magique. Elle conçoit la théorie des quatre humeurs, non pas comme des liquides organiques, mais comme des ensembles de tendances, de prédispositions et de réactions morbides, sur un double plan physique et spirituel. Elle s’intéresse ainsi à la mélancolie, qu’elle voit dans l’histoire de l’Homme comme une conséquence du péché originel chrétien : « Au moment où Adam a désobéi à l’ordre divin, à cet instant même, la mélancolie s’est coagulée dans son sang ». Le corps est la demeure de l’âme avec une porte, des fenêtres et une cheminée. L’âme fait entrer et sortir les pensées comme par la porte (le cœur), le cerveau est la cheminée de l’âme qui discerne et évacue les mauvaises pensées. Les fenêtres apportent la lumière « les yeux sont les fenêtres de l’âme. On peut voir l’âme d’un homme dans ses yeux ». À côté de pratiques  on trouve des intuitions pénétrantes ou des idées à venir sur la physiologie humaine : comme l’affirmation que la Terre tourne autour du Soleil, placé au centre du monde, que les étoiles fixes sont en mouvement, et que le sang circule dans le corps. Ou encore ce conseil préventif, dans Causæ et Curæ sur les maux de dents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s