RENCONTRE – Changement de climat au Bénin

2017-beninDébut décembre, un débat a été organisé dans le diocèse béninois de Porto-Novo par le Cercle international pour la promotion de la Création (CIPCRE). Le thème de cette rencontre rassemblant des responsables politiques, associatifs et religieux était « Mobilisation interreligieuse pour la sauvegarde de la Création et des réponses adéquates aux changements climatiques. »

Il faut présenter le CIPCRE-Bénin. D’obédience chrétienne, le mouvement a été créé le 23 mai 1993, et promeut la construction d’une société juste, équitable, humaine, saine et verte, en coopération avec toutes les communautés chrétiennes du pays et des organisations laïques. A l’occasion de l’édition 2016 de la Journée Mondiale du Climat, les confessions religieuses en partenariat avec le CIPCRE-Bénin ont organisé le vendredi 9 décembre 2016 cette conférence-débat dans le but de lancer une campagne de mobilisation sur les défis des changements climatiques au Bénin.

Près d’une soixantaine de responsables chrétiens (catholiques, EPMB et églises évangéliques, ECC), musulmans et des religions endogène) étaient présents, ainsi que des acteurs d’organisations de la société civile, de l’Etat, du département etc. La réflexion a été menée par le P. Nicolas HAZOUNME sur le thème : « Les confessions religieuses et la sauvegarde de la Création : point de vue de l’Eglise catholique », évoquant notamment l’impact de l’encyclique Laudato si. Il a exhorté à établir des zones vertes et fleuries dans nos cités, à éviter les feux de brousse et le gaspillage d’eau puis à prendre soin des véhicules afin d’éviter la pollution qu’occasionne leur état défectueux. Le Pasteur Amos HOUNSA a donné le point de vue des églises d’obédience protestante et évangélique. Pour lui, « la sauvegarde de la création est à la fois un défi et une obligation, car la création est l’autre partie de nous-mêmes ». Des représentants qui ont aussi évoqué les actions concrètes initiées par des confessions religieuses (l’éducation environnementale et les CC dans la formation des séminaristes par l’évêque de Natitingou, la participation à la lutte contre les catastrophes (Caritas,  Croix Rouge), le reboisement par les religieux et les forêts sacrées, etc.).

Les échanges effectués à la suite des communications ont permis les recommandations / conclusions suivantes : L’intégration de l’éducation environnementale dans la catéchèse ; la mise en place d’une plateforme d’ONG et de confessions religieuses pour la préservation de l’environnement ; la diffusion de la charte sur la gouvernance environnementale locale ; la célébration de journée internationale pour sensibiliser les populations et les fidèles des diverses confessions religieuses ; la poursuite du renforcement des capacités des leaders religieux sur la question des changements climatiques et de la préservation de l’environnement en général.

DL

Source : le site CIPCRE et un article récent de Marie-Valérie Zinsou (à Cotonou), pour Urbi et Orbi Afrique.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s