VIE CONSACREE -Mettre fin au génocide

2016-enfantsd

Ces enfants de la tribu Awajun montrent les vêtements qu’ils portaient quand ils ont lutté contre une fuite de pétrole dans un pipeline proche de leur communauté, en février dernier, dans le nord du Pérou. (Credit photo : B. Fraser)

L’organisation « Sisters of Earth » a été fondé par des religieuses nord-américaines en 1994. Il s’agit d’un réseau de consacrées sensibles ax défis écologiques et à la crise spirituelle qui les alimentent. Un réseau devenu mondial et qui vient de tenir sa convention en juillet sur le thème : « Un entrain pour la Vie : devenir partenaires avec la communauté d’une terre sacrée ».

Les 75 participantes à la Convention qui s’est déroulée près de San Francisco ont notamment rencontré de nombreux activistes environnementaux, particulièrement ceux issus des peuples indigènes, souvent en première ligne des menaces contre l’environnement.

Une forme de « colonisation » qui continue que dénonce notamment Sr Birgit Weiler, enseignante à Lima (Pérou) et qui travaille avec les Awajun et les Wampi, deux tribus amazoniennes qui luttent pour défendre leur terre contre l’industrie pétrolière.

Beata Tsosie-Pena, du Nouveau Mexique dénonce le « génocide culturel » qui s’en suit dans de telles pratiques : violence sociale, drogues, suicides. Sans oublier, pour sa tribu, les effets des essais atomiques dans la région sur la santé des populations locales. En suit un sentiment d’impuissance douloureux pour tous ces peuples humiliés sur leurs terres.

Un sentiment auquel les religieuses veulent répondre activement : par l’éducation des populations, pour qu’elles ne soient plus manipulées. Par le soutien des politiques de désinvestissement financier des industries des énergies fossiles. En développant des formes d’agriculture plus résilientes et autonomes. En favorisant aussi le maillage et les interactions entre actives, populations indigènes et résidents pour lutter contre les projets industriels délirants ou dangereux.

Et l’Eglise catholique doit faire sa part. Peut être aussi en revenant sur la partie sombre de son histoire, telle cette bulle papale de 1493, émise par le pape Alexandre, qui décrète que les « nations barbares » du Nouveau Monde soient soumises à l’Espagne. Il ne s’agit pas d’un détail puis le Cour suprême de justice des Etats Unis, en 2005, s’est appuyée sur la « doctrine de la découverte » que sous-tend ce document ancien pour nier la souveraineté de la nation indienne Oneida sur leurs terres ancestrales à New York.

DL

Source : art. de Mandy Erikson

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s