AGRICULTURE – Ruraux ergo sum

2016 OrneChristine me signale cette information relayée par l’Orne hebdo : un message sera lu dimanche dans les églises du diocèse de Séez alertant sur la situation du monde agricole

Le mois de prière pour la Création peut aussi être vécu comme l’occasion d’une mobilisation collective. C’est ce que vit le diocèse de Séez parti à la rencontre du monde agricole, en écho à la visite de plusieurs évêques au salon de l’agriculture en février dernier.

Mgr Habert adresse ainsi un message à ses fidèles, rappelant qu’à côté des craintes liées au terrorisme, des crises sociales profondes doivent aussi être prises en compte. Après avoir pris le temps de rencontre des agriculteurs durant l’été, il invite donc chacun à se  » rendre attentifs à la vie des agriculteurs ».

« L’intérêt que nous portons aux défis qu’ils doivent relever est déjà un signe de proximité. Une des souffrances est celle de la solitude, de la spirale de l’endettement et de l’enfermement. En cela, il me semble important que nous soyons attentifs à nos voisins agriculteurs en difficulté.

Nous pouvons aussi réfléchir à notre façon de consommer et mesurer combien chacun, concrètement au quotidien, doit se sentir responsable de ces questions. J’invite les communautés chrétiennes à vivre des temps de rencontre, de proximité, de découverte avec les acteurs du monde rural. Je vous invite aussi à la prière. Le pape François dans son encyclique nous parle de la « maison commune » qu’il nous faut préserver. Voilà un appel d’une actualité criante.  Que l’Esprit Saint nous inspire les justes attitudes à tenir. »

Au cours de la soirée d’échange provoquée à l’occasion de la publication du message, des agriculteurs présents ont souligné le tabou et le silence qui continue de régner dans leur milieu quand viennent les difficultés.

Une situation d’autant plus pénible que la solitude sociale n’a cessé d’augmenter au sein d’exploitations de plus en plus techniques. L’un d’entre eux témoigne :

“Les exploitants qui, auparavant faisaient travailler des dizaines de personnes, sont désormais parfois tout seul. En fait, les seuls rencontres ce sont les commerciaux ! Même les plus optimistes sont abattus, on a cassé des outils qui permettaient de réguler et aujourd’hui on ne sait plus où l’on va”.

DL

Source : Orne Hebdo

Publicités

Une réflexion au sujet de « AGRICULTURE – Ruraux ergo sum »

  1. Bonjour, j’aimerais SVP attirer votre attention qu’il est urgent de trouver un moyen de faire mieux connaître le monde des paysans qui est entrain de disparaître.L’Eglise Catholique peut être un RESEAU pour mieux relier ce monde du SILENCE vécu au quotidien pour survivre – levés à 5h du matin, couché à 23,h, 24 h sur 24 et chaque jour que Dieu fait – à celui SOUS LES PROJECTEURS des plus nantis de la ville. Il y a un énorme fossé qui ne cesse de se creuser et ce serait bien que nous chrétiens allions plus sur le terrain.
    Chaque année où je vais en vacances dans une petite vallée du centre de la France, j’apprends le suicide d’un fils, d’un père, la dépression d’un jeune et d’un moins jeune (on se lève pour perdre de l’argent !) à cause des conditions infernales. Faites dire qu’un litre de lait leur est acheté 0,15 € le litre alors qu’en supermarché vous l’acheter 1 €. et arrêter de parler en tonnes…. à la TV et la radio….. Qui continue à s’en mettre plein les poches : les prédateurs comme les chaines de distribution internationales ?

    Nous avons une grande responsabilité à dire ce que font ces gens, d’où ils viennent : ils sont notre PATRIMOINE CHRETIEN. Je lance un cri d’alarme….. et je vous dis quelque chose : ce sont les réfugiés d’Orient qui vont nous aider à faire revivre ce monde là. récemment une cave viticole du sud a embauché un réfugié syrien qui s’y connaissait en vin…. et bien cette personne elle sait ce qu’est la culture paysanne de notre beau pays et ce sera lui-même et ses enfants, même s’il est musulman – qui vont défendre notre ART de vivre « à la Française »…. parce qu’il sait apprécier la vie en Europe alors qu’il a vécu la guerre ailleurs.
    Un réseau ville-campagne, voire un parrainage de personnes à personnes pourrait être lancé ne serait-ce que pour mieux se connaitre et s’ECOUTER, cela est facile et notre grande maison CATHOLIQUE FRANCAISE doit se lancer d’une manière u r g e n t e, parce que les bavardages, les blabla ça ne sert à qu’à faire du vent. Passons à l’action.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s