CLIMAT – Cramer, tête brûlée de Trump

Alors que le candidat aux primaires républicaines aux Etats-Unis Donald Trump continue d’avancer ses pions vers les élections prochaines, il est intéressant de rencontrer celui qui le conseille actuellement sur les questions énergétiques: Kevin Cramer, un chrétien conservateur et un climatosceptique notoire.

2016 Kremer Trump.png

Kevin Cramer est un délégué républicain de l’Etat du Nord-Dakota, une des régions qui connaît le plus fort boom économique ces dernières années autour des forages de gaz et de pétrole de schiste. On ne s’étonnera donc pas beaucoup que l’homme n’a pas envie qu’on lui impose des régulations d’aucune sorte, notamment sur les émissions de gaz à effet de serre. Cramer a d’ailleurs participé à une rencontre fin mai avec des juristes des Etats de l’Ouest américain qui espèrent que Trump libéralisera encore davantage les conditions de forages dans ces Etats.

C’est donc à cet homme que le magnat multimillionnaire Trump a demandé de rédiger un livre blanc sur sa future politique économique. Nul doute qu’il ira dans le sens des déclarations très grandiloquentes de Trump, favorable à l’industrie du charbon, au pipeline Keystone arrêté par le président Obama et autres soutiens aux grands énergéticiens traditionnels du pays. Ces mêmes énergéticiens qui arrosent financièrement de longue date le parti Républicain (notamment). Pour ne pas laisser de douter, Trump a d’ailleurs précisé que pour lui, le dérèglement climatique n’est qu’un concept « créé par et pour les Chinois » pour désavantager les affaires des Américains.

Que sait-on de Kevin Cramer par ailleurs ? C’est un chrétien, père de cinq enfants, politicien républicain de 55 ans, qui a réussi à se faire élire comme député républicain en 2012. De manière assez conventionnelle, l’homme a des positions morales traditionnelles du parti Républicain : très conservateur du côté de l’éthique familial, il est donc proche des milieux pro-life, militant anti-avortement, il s’oppose aussi aux Eglises qui proposent des programmes de régulation des naissances, ainsi qu’au mariage homosexuel. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir les droits des militants pro-armes ou de s’opposer au « Violence against Women Act » qui veut étendre la juridiction tribale sur les membres non-issus d’une tribu indienne accusé de violences sexuelles et de viols contre des membres de ces tribus. C’est ce même Mr Cramer qui, citant la Bible (2 Cor 3, 10 !!), soutenait en septembre 2013 l’effort républicain pour réduire de 40 milliards de dollars le programme d’assistance nutritionnel américain qui distribue des bons alimentaires aux personnes en difficulté sociale.

2016 Burnet Travail magnerOn lira pour l’occasion le livre récent très intéressant sur 2 Cor 3, 10 (Que celui qui ne travaille pas, ne mange pas non plus), qui montre toutes les récupérations idéologiques de cette citation biblique, pour réprimer les couches de la population les plus pauvres.

Très libéral du côté de l’éthique économique, Kevin Cramer s’oppose à tout ce qui ressemble aux régulations étatiques, notamment via l’agence de protection de l’environnement (EPA) et aux hausses d’impôts. Cramer propose d’éliminer toute une série de programmes de l’EPA, notamment celui du « Clean Power Plan ». Dans son travail comme député, il a ainsi soutenu des investissements à hauteur de 23 milliards de dollars dans les mines de charbon (nov 2012), après s’être opposé à toute régulation des gaz à effet de serre (sept 2012) et avoir soutenu la production d’énergie offshore (sept 2012). « Commençons par un régime de régulation dirigé par les Etats et non le gouvernement américain, de manière à revenir sur de nombreuses régulations fédérales. Laissons les Etats gérer le méthane et la fracturation hydraulique. » Pour Cramer, climatosceptique revendiqué, le changement climatique relève bien d’un « hoax » et a ainsi signé l’appel « No Climate Tax Pledge ». Il va plus loin que le candidat Trump lui-même en demandant aux Etats Unis de sortir de l’accord de Paris.

Quand on lui demande, on voit bien que l’homme se voit déjà futur secrétaire d’Etat aux questions énergétiques du président Trump.

DL

Source : Reuters / Scientific American

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s