CLIMAT – Philippines en transition

Le 4 mai dernier, de grandes manifestations ont eu lieu aux Philippines pour la journée de mobilisation « Sortir des énergies fossiles » (Break free from Fossil Fuels).

 

L’opération fait partie des initiatives qui se sont déroulées du 3 au 15 mai, promues par Greenpeace et 350.org et de nombreuses ONG sociales, religieuses, environnementalistes. A travers les continents, de nombreuses actions non-violentes se sont ainsi déroulées pour accélérer la sortie des énergies fossiles, en accord avec les ambitions de l’accord de Paris. En effet, pour respecter ses objectifs, l’essentiel des réserves de charbon et pétrole doivent désormais rester dans le sous-sol. Dans le plus grand port charbonnier d’Australie, dans le parc national d’Equateur, dans la plus grande mine de charbon à ciel ouvert d’Allemagne, devant le palais présidentiel de Djakarta et le delta du Niger et de nombreux sites de fracking aux Etats-unis, des mobilisations citoyennes ont eu lieu.

Aux Philippines, c’est Yeb Sano, ancien négociateur des COP pour les Philippines et désormais directeur de Greenpeace Asie du Sud Est, qui a organisé la mobilisation. Catholique, il a tenu à mobiliser aussi de nombreuses paroisses et plusieurs diocèses. C’est ainsi que Mgr Ramon Arguelles de l’archidiocèse de Lipa (province de Batangas) a mené une marche de 10 000 personnes. Au cours de la grande messe, il a appelé à la fin de l’usage de charbon et d’énergies sales.  » Nous faisons face à une urgence planétaire. Nous avons besoin, plus que jamais, de responsables qui sont pour le peuple et pour son environnement, non pour le charbon et pour le changement climatique. »

Cette marche relaie aussi la campagne nationale « Piglas batangas ! Piglas Pilipinas ! », qui lutte contre un projet de centrale électrique au charbon de 600 MW, proposée par JG Summit Holdings Inc, à Batangas, un archipel qui se développe à toute vitesse. Yeb Sano souligne que le cri des manifestants est celui pour une société plus saine, plus paisible, plu sudrable.  » Batangas, ni le reste des Philippines, ne s’inclineront pas devant ceux qui ne pensent qu’au profit plutôt qu’aux gens et qui pillent l’environnement au lieu de le protéger. » Les autorités de l’archidiocèse s’appuyent sur les recommandations de l’encyclique (§ 165) pour demander l’annulation d’une trentaine de projets de ce type à travers les Philippines.

Et de rappeler que si la nation continue d’importer près des 3/4 de son charbon, le pays a aussi d’énormes réserves d’énergies renouvelables et est le deuxième pays, après les USA, en potentialité d’énergies géothermiques. Pour Mgr Arguelles, il est temps « d’avoir un vrai et durable renouveau national. Que cette fête de Paques, nous apporte une vraie transfiguration pour le mieux, avec un arrêt total des mines de charbon et une transition rapide vers des énergies renouvelables et propres. » Sinon, rappelle Fr Edwin Gariguez, directeur du secrétariat national pour l’action sociale de Caritas Philippines,  » dans le but de procurer des sources d’énergies efficientes, des entrées fiscales plus importantes et un développement soi disant plus poussé, l’Etat et les multinationales minières ouvriront d’autres portes qui feront des Philippunes un contributeur majeur du changement climatique en cours. »

Source : Art. Ecocatholic, de Marie Venner

 

 


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s