SUISSE – C’était le temps de la votation

2016 Suisse pétition.jpgEncore une info qui mérite d’être racontée, même en retard. Le 7 novembre 2015, le Synode de l’Eglise réformée vaudoise a chargé son exécutif de se prononcer sur son engagement écologique.

La motion transformée en postulat fait suite aux 600 signatures récoltées pour la pétition « Pour la sauvegarde de la Création » du Groupe de réflexion sur l’écologie et la spiritualité (GRES). « L’opinion publique et l’Eglise sont peu sensibilisées aux questions de l’avenir de la planète menacée par la pollution et les excès de gaz carbonique. Sans des mesures urgentes, les scientifiques prévoient une catastrophe écologique d’ici la fin du siècle, réagit Philippe de Vargas, membre du GRES. Les partis écologiques ont bu la tasse aux dernières élections fédérales. L’environnement semble ne plus intéresser grand monde. Mais les chrétiens ne peuvent qu’être directement concernés par l’avenir de la planète et doivent se mobiliser. » « Le rôle de l’Eglise n’est pas d’agir, mais d’être. Les croyants ont reçu la mission de prendre soin du jardin. Il faut le rappeler et les responsabiliser pour leur permettre d’agir. »

Martine Meldem est déléguée du Grand Conseil vaudois au Synode. Elle est l’une des dépositaires de la motion écologique. « L’Eglise doit trouver les mots pour que nous acceptions la réalité et allions de l’avant dans la confiance et non la menace et la psychose en rappelant ce en quoi nous croyons. » Vert’libérale, Martine Meldem rappelle que le choix du discours est essentiel aussi dans son parti et une des causes de leur défaite aux dernières élections. Pour elle, l’Eglise doit montrer que le changement est possible « et les jeunes doivent secouer les vieux ».

Des jardins écologiques autour des cures, des repas végétariens au programme des fêtes de l’Eglise sont autant d’actions qu’évoque Philippe de Vargas. « Nous devons mettre en avant une théologie de la Création. Sommes-nous là pour user et abuser des biens ou pour nous responsabiliser ? Nos pasteurs et théologiens se penchent sur ces questions, mais trop peu, continue-t-il. A côté de l’action, il y a un travail de responsabilisation et conscientisation à faire. L’Eglise doit en profiter pour mettre le poids de son autorité et de son influence pour faire bouger les choses. »

Occasion aussi de découvrir ce site suisse qui présente le travail de chrétiens réformés mobilisés par les urgences environnementales

http://egliseenvironnement.eerv.ch/home/

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « SUISSE – C’était le temps de la votation »

  1. Commentaire

    En cette période où les feux de l’actualité sont braqués sur le climat, nombreux sont ceux qui se demandent comment se positionner quant à nos changements de comportement. Le raisonnement de tout un chacun a quelque chose de schizophrénique. D’une part, nul besoin d’être écologiste pour admettre que notre mode de vie actuel est incompatible avec le rythme lent de notre planète. Les ressources fossiles ne sont pas inépuisables. D’autre part, il y a la réalité de notre quotidien : personne n’imagine vivre sans se chauffer, sans sa voiture, son ordinateur, son téléphone et son réfrigérateur.

    Dans l’encyclique Laudato Si, le pape François, faisant le constat de la situation alarmante dans laquelle nous sous sommes mis, appelle tous les hommes de bonne volonté à une profonde prise de conscience qui se traduise en actions fortes et immédiates. Il utilise le terme de « maison commune » pour souligner d’une part le caractère intime, proche, accessible du problème, et d’autre part la co-responsabilité de la solution, qui évite donc de rejeter la faute sur l’autre. Son diagnostic est clair: les efforts échouent non seulement à cause de l’opposition des lobbies, mais souvent aussi par manque de motivation de notre part. Les attitudes qui bloquent les chemins de solutions, vont de la négation du problème jusqu’à l’indifférence, en passant par la résignation lâche ou la confiance aveugle dans des solutions techniques.

    Pour accompagner cet appel, le cardinal Barbarin a demandé à un universitaire théologien (Fabien Revol) et à un chef d’entreprise écologiste (Alain Ricaud) d’élaborer un commentaire à deux voix sur l’encyclique.

    L’approche de Fabien Revol est théologique et pastorale : elle éclaire les propositions du pape François à la lumière des éléments de doctrine de ses prédécesseurs. Sa spiritualité, en ligne avec celle de feu Jean Bastaire, propose une vision chrétienne de l’écologie intégrale.

    En deuxième partie, Alain Ricaud se concentre sur les aspects scientifiques et socio-politiques sur lesquels l’encyclique prend racine. Ceci lui est d’autant plus naturel qu’il a déjà mis en œuvre dans son ex-entreprise un certain nombre de propositions, sur des thèmes souvent très controversés :
    – La croissance verte ou la sobriété volontaire ?
    – Le nucléaire et les gaz de schiste.
    – La question de l’aménagement des villes.
    – La question de l’argent et la régulation de la finance internationale.
    – Le solaire et la thermique des bâtiments.
    – Le véhicule électrique rechargé au solaire pour le transport péri-urbain.
    – Quelles recherches pour quelles innovations ?
    – La productivité et le partage du travail.
    – La révision du statut des entreprises.

    Au travers de ces deux voix (parfois divergentes), cet ouvrage original permet au lecteur à la fois d’entrer dans la pensée profonde du pape François et ouvre des perspectives sur ce que nous pouvons changer ici et maintenant de façon individuelle et collective.

    Philippe Vachette (*)

    (*) Formé à Science Po Paris auprès de René Dumont, Philippe Vachette aime se décrire comme un éco citoyen. Fondateur de Trivalor (devenu Indiggo), Administrateur de la Cooperative de Finance Ethique, co-fondateur de l’Agence Ecomobilité, puis de SOLIRA (solaire Investissement local), et initiateur en Savoie de « l’élef », une monnaie autrement, parmi de nombreux autres projets alternatifs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s