Hommages – A l’ami émerveillé

Carotte2Les hommages à Jean-Marie Pelt se multiplient. En voici deux qui me touchent.

Axelle, d’abord, jardinière des interstices parisiens

Je me souviens de Jean-Marie dans sa petite maison de Moselle.
Yeux plissés et enfoncés derrière ses lunettes à double foyer, entouré d’un océan de livres posés à même le sol du salon. Il avait toujours un nouvel ouvrage en préparation. Dehors, les mirabelliers, les noyers ne recevront plus la visite du botaniste en son jardin où il venait y prendre le rythme de la nature. Il doit encore me rester une ou deux noix du petit sac qu’il m’avait offert en quittant sa maison. (…)

Mon histoire professionnelle et personnelle résonne de ces moments où nos vies se sont croisées lors d’un coup de fil, de son soutien sur un projet, d’un déjeuner à sa table, d’un moment de spiritualité…. Il aura participé de mon élan pour l’écologie. Ré-écoutez Jean-Marie Pelt et vous aurez envie d’écouter plus sérieusement la nature !Puis regardez vers le ciel, vous apercevrez un petit astéroïde qui porte son nom. Je me souviens du fax de l’Union internationale d’astronomie qu’il avait reçu ce jour-là de 2008 dans son bureau du Couvent des Récollets, pour saluer «son engagement pour l’environnement et la planète». Dans sa vie, il n’était pas fier. Mais de cela il avait été si fier.

Retrouvez l’ensemble de la chronique d’Axelle ici

Michel-Maxime, ensuite, passionné des leçons de la terre

Cet été, il était intarissable sur la joie que lui avait apportée la publication de Laudato Si, l’encyclique du pape François, la première entièrement dédiée à l’écologie. Une « révolution » réconfortante pour lui qui, en tant que militant chrétien de la sauvegarde de la Création, s’était toujours senti à la périphérie de l’Eglise. D’une certaine manière, le pape – l’« une des rares grandes voix de l’humanité à s’élever aujourd’hui dans notre monde troublé » – confirmait ce qu’il avait toujours dit, prophétiquement aux côtés de quelques rares figures comme Jean Bastaire. Il visait juste en appelant à sortir du consumérisme pour embrasser la « sobriété heureuse » chère à Pierre Rabhi.

Comme saint Bernard, qu’il se plaisait à citer, Jean-Marie affirmait qu’il avait plus appris des arbres et des plantes que des livres. Il les abordait avec un respect, une admiration et une humilité infinis. Alors que je m’approchais de lui pour le saluer lors de l’Ecofestival de Chardenoux (juin 2013), il me dit : « Un petit instant, permettez que je termine ma conversation si agréable avec cette petite fleur de la famille des violacées, dont la présence met mon cœur en joie ». Il était comme un enfant, émerveillé. , « Don de Dieu », la Terre était notre « maison commune » et notre « mère sublime », dont il glorifiait la beauté et la diversité.

Retrouvez l’ensemble de son hommage ici.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Hommages – A l’ami émerveillé »

  1. Ne plus entendre sa voix dans CO2 MON AMOUR de France Inter le Samedi après-midi me manque beaucoup.

  2. oui, à moi aussi… je me console avec les podcasts et les enregistrements disponibles à l’INA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s