COP 21 – Quand les prélats interpellent les élus

Un « leadership politique courageux et imaginatif « . L’appel fait aux responsables politiques a été lancé par des cardinaux, des patriarches catholiques et des évêques du monde entier représentant les groupements continentaux des conférences épiscopales nationales. Un appel qui presse les négociateurs de la COP21 à Paris d’œuvrer à l’adoption d’un accord sur le climat équitable, juridiquement contraignant et synonyme de véritable transformation.

Texte intégral ici,
 Un appel engagé signé par le cardinal Gracias, archevêque de Bombay (Inde), le cardinal Erdo, archevêque d’Esztergom (Budapest), le cardinal Marx (Berlin), l’évêque Gomez, archevêque de Bogota, l’évêque Mbilingi, archevêque de Lubango, l’évêque Kurtz, archevêque de Louisville.
En voici les premiers paragraphes
En tant que représentants de l’Église catholique des cinq continents, nous, Cardinaux, Patriarches et Évêques, réunis à l’invitation de la Secrétairerie d’État du Vatican et nous exprimant en notre nom et en celui des populations dont nous avons la charge, formons le vœu que les négociations de la COP21 à Paris déboucheront sur un accord équitable et juridiquement contraignant sur le climat.
Nous formulons une proposition politique en dix points, fondée sur l’expérience des populations des cinq continents et faisant le lien entre le changement climatique et l’injustice sociale et l’exclusion sociale dont sont victimes nos concitoyens les plus pauvres et les plus vulnérables.
Ce que Sébastien Maillard, journaliste de La Croix commente :
Les représentants de l’Église catholique souhaitent « un accord mondial transformationnel et juridiquement contraignant qui s’appuie sur notre vision du monde ». Ces demandes, non chiffrées, sont formulées alors qu’il n’apparaît pas certain que la COP21 aboutisse à un accord contraignant. Au-delà de la conférence de Paris, les signataires de l’appel espèrent qu’un accord « enclenche une démarche d’adaptation » envers les « communautés les plus vulnérables ». Élaboré en collaboration avec les ONG fédératives catholiques Caritas et Cidse (réseau des agences catholiques de développement), l’appel demande aussi « l’implication des populations les plus pauvres, les plus vulnérables et les plus touchées à tous les niveaux du processus décisionnel ». Le texte se prononce pour que « tout un chacun (ait) accès à une énergie renouvelable, saine, fiable », une manière implicite de demander qu’elle ne soit pas nucléaire. S’inscrivant dans la continuité de l’encyclique du pape François, Laudato si’, qui lie protection de l’environnement et des plus pauvres, l’appel manifeste une mobilisation sans précédent de l’Eglise catholique à l’approche d’une conférence sur le climat. « Il n’y avait pas eu une telle implication avant la conférence de Copenhague en 2009 », a rappelé le climatologue belge, Jean-Pascal van Ypersel, ancien vice-président du Giec, invité à la conférence de presse.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s