AGRICULTURE – Tombés au champ d’honneur

2015 Ste Anne d'AuraySix cent croix. Pour autant d’agriculteurs qui se suicident, en moyenne, chaque année en France. Devant la basilique de Sainte-Anne-d’Auray (Morbihan), l’ambiance était au souvenir et à la mobilisation ce dimanche 11 octobre.

A cette occasion, une stèle a été dévoilée par Mgr Raymond Centène, l’évêque de Vannes, dédiée à Yvon Nicolazic, le laboureur à l’origine de la basilique dédiée à sainte Anne. Dans l’assemblée, un homme s’est écrié : « Pour les morts au champ d’honneur de la mondialisation ! » La messe dominicale a rassemblé 2000 personnes pour l’occasion. Occasion de rappeler la violence psychologique que subissent bon nombre d’agriculteurs, pris dans des carcans économiques, financiers de plus en plus étouffants. Sans parler du regard du voisinage et de la solitude. De la fatigue et de la pression sociale sur un métier souvent décrié, et pourtant essentiel.
Stéphane Le Cadre, 44 ans, éleveur bovin et porcin venu en famille depuis La Vraie-Croix (56), se félicite : « C’est la première fois que l’on évoque publiquement le suicide en milieu agricole ».

« Depuis une dizaine d’années, la dimension humaine a été totalement oubliée dans le développement agricole. En réunion, j’entends régulièrement qu’un agriculteur n’a plus le droit à l’erreur ».

C’est un éleveur de 44 ans qui s’exprime ainsi, se réjouissant que l’omerta se lève sur ce qui se passe. Espérant qu’un tel pèlerinage puisse sauver des gens.

« Cette initiative permet d’attirer l’attention de l’opinion publique sur une réalité qui touche une profession qui s’exprime peu, et de libérer la parole. C’est très important pour les familles qui vivent ces drames. Ce qu’on ne dit pas reste dans les cœurs et les empoisonne petit à petit. Dans le milieu rural, perdure une certaine honte sociale du suicide. On le cache, on le fait passer pour un accident… Les statistiques sont ainsi en deçà du phénomène.

Mgr Raymond Centène, évêque de Vannes

DL

Source : Art. La Croix de Raphaël Baldos, à Sainte-Anne d’Auray (Morbihan)

Plus d’infos : http://prieres-agriculture.com/

Publicités

4 réflexions au sujet de « AGRICULTURE – Tombés au champ d’honneur »

  1. Merci pour penser à ceux qui travaillent de leurs mains la terre… il faudrait peut-être leur donner plus de paroles …. ils connaissent la terre, la font vivre = ce que le Créateur a demandé et ils ne font pas que la déssécher…. et ils aiment aussi leurs animaux….. et les dorlotent souvent mieux qu’eux mêmes . Ils ne sont pas des usines à viandes ou légumes ou …. l’Eglise de FRANCE devrait mieux aller les voir … et les « intégrer »….. voir Mgr Simon à Clermont-Ferrand qui a créé un groupe de travail….. là dessus…. mais il faut maintenant passer aux actes ! Que proposer à ces gens qui sont sous l’eau …. ? et souvent des grands silencieux !

  2. La souffrance morale du monde agricole est terrible, particulièrement chez ceux qui ont été entrainés dans les modes de production intensive industrielle. Ils ont étés abusés et trahis dans leur espoir. On leur a fait croire qu’ils deviendraient des chefs d’entreprise respectés et on les a entrainé dans des impasses techniques et économiques sans possibilité de s’en sortir, particulièrement chez les éleveurs. Changer ses pratiques, passer au bio devient agronomiquement, financièrement et culturellement de plus en plus difficile. Les filières industrielles agro alimentaire et les banques les considèrent comme quantité négligeables, Ils sont les premières victimes des pesticides. La pub consuméristes et les émissions de télé réalité présentent au citadin des images d’agriculture disneylandisée , le salon de l’agriculture est un immense village Potemkine. On est bien dans le monde de l’horreur économique que dénonçait Viviane Forester il y a 20 ans C’est la loi de la jungle, les solidarités rurales ont été balayées, ils sont de plus en plus coupés du reste des sociétés locales, pour survivr : bosser sans heures et sans autres vrais revenus que les aides publiques, la seule solution s’agrandir et bouffer son voisin.
    On parle des suicides, n’oublions pas les dépressions, l’alcoolisme parfois et le pire: les couples qui cassent. Je ne suis pas misérabiliste, j’ai passé ma vie militante en Bretagne dans les pires zones intensives d’élevage à combattre ce modèle et j’étais aux premières loges pour en voir les ravages sur les hommes eux-mêmes.

  3. on peut retwitter, il suffit de copier puis insérer dans le tweet l’URL de la page que l’on souhaite envoyer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s