ROME – Blanc et vert

2015 Pape Fiat (2)Le correspondant du journal La Croix à Rome propose une réflexion intéressante au terme du voyage du pape aux Etats-Unis.

Un pape plus vert

posté par Sébastien Maillard le Mardi 29 septembre 2015

Un pape vert ? Un surnom osé pour l’homme en blanc mais un qualificatif qui résume un message essentiel du voyage qu’il vient d’accomplir à Cuba et aux Etats-Unis. Jusqu’au dernier jour de sa visite, dimanche à Philadelphie, le pape François a parlé de la « maison commune », en référence à son encyclique Laudato si’. L’environnement, il en aura été question d’emblée après son arrivée à la Maison-Blanche, où le pape a défendu la lutte contre le changement climatique devant un président Obama ravi. Même plaidoyer, le lendemain, dans son discours historique devant un Congrès, actuellement dominé par les Républicains. Et le jour suivant, dans son allocution aux Nations unies. Même à Cuba, auprès de Fidel Castro, la conversation a tourné, d’après le pape, autour de l’écologie – et non sur le passé -.
Mais c’est bien au siège de l’Onu, à New York, qu’il a le plus longuement traité de cette question, laquelle par définition concerne la Terre entière. Le pape François y a parlé de « l’existence d’un vrai droit de l’environnement ». De « la sacralité de la nature créée ». Il a mis tout son poids pour que la conférence de Paris sur le climat (COP21) aboutisse à un accord.
Si François Hollande, qui accueillera ce sommet, était absent de l’assemblée générale des Nations unies le jour où s’exprimait le pape, celui-ci disposait devant lui d’un auditoire attentif et décisif comptant une centaine de chefs d’Etat ou de gouvernement, dont Angela Merkel arrivée plus tôt à l’Onu pour l’occasion, et des personnalités de l’envergure d’un Bill Gates.
Jamais sans doute un chef de l’Eglise catholique ne se sera avancé aussi loin sur le sujet, indissociable, à ses yeux, de la « sacralité de la vie » et de la lutte contre la pauvreté dans le monde. Théologiquement, il aurait peut-être commencé à opérer une évolution de la doctrine de l’Eglise sur le sujet, en reconnaissant à l’environnement un droit propre – idem, dans un autre registre, en plaidant au Congrès « la cause de l’abolition totale de la peine de mort »
Et pour tous ceux qui n’auront pas lu ses discours en matière d’environnement ou son encyclique, le pape a trouvé à bord de sa petite Fiat, qui tranchait net avec les 4×4 aux vitres fumées de son escorte de sécurité, un véhicule efficace à sa communication outre-Atlantique.
A côté de cette audace, assumée tranquillement la fenêtre grande ouverte, il aura pour le reste navigué avec prudence dans les eaux troubles que ce périple lui faisait traverser. Non par pusillanimité ou timidité – ce n’est pas son style, on le sait – mais par intelligence de la situation. Il s’est montré ainsi doux critique avec le régime Castro, à un moment délicat de sa négociation de normalisation avec les Etats-Unis. Prudent à Washington entre Républicains et Démocrates pour ne pas bénéficier davantage à l’un des camps à l’approche de la présidentielle américaine, tout en affirmant ce qu’il avait à dire. Prudent encore à Philadelphie, à la rencontre mondiale des familles, à la veille d’un difficile Synode des évêques sur ce thème. Prudent désormais à bord du vol retour, lorsqu’il prend les questions de la presse, pour éviter qu’une expression mal choisie ou mal interprétée fasse immédiatement le tour médiatique de la planète et lui renvoie une volée.. de bois vert.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :