CELEBRER – Le temps de la louange pour la Création

C’est la rentrée, après un été bien rempli et un trimestre à venir qui le sera tout autant. Les Assises chrétiennes de l’écologie à Saint-Etienne furent très réussies. Le blog E&E essayera d’en rendre compte dans les jours à venir.

En attendant, commençons bien la journée puisque le 1er septembre devient une date oecuménique de prière pour la Création.

Toute cette affaire a commencé, il y a quelques années déjà par l’invitation du patriarche Bartholomée, en 1989, de faire du nouvel an orthodoxe (1er septembre), une journée de prière pour la Création. Invitation relayée ensuite par le Conseil oecuménique des Eglises, par exemple dans l’appel de Sibiu (Roumanie), en 2007 où les Eglises étaient invités à une telle célébration entre le 1er septembre et le 4 octobre (St François d’Assise). Jusque là, ces invitations n’ont eu que peu d’écho dans les communautés paroissiales françaises.

Mais la publication de l’encyclique Laudato si’ a changé la donne. En effet, le 18 juin dernier, le métropolite Ioannis Zizioulas, invité pour représenter le Patriarcat œcuménique de Constantinople, a suggéré de consacrer chaque 1er  septembre à prier pour l’environnement.

« La crise écologique doit aider à dépasser nos clivages traditionnels () L’encyclique du pape François est un appel à l’unité, à l’unité dans la prière pour l’environnement »

Le pape a accueilli très favorablement cette appel oecuménique et, le 6 août, fête de la Transfiguration, a confirmé, dans une lettre (lire le texte ci dessous), la création d’une journée de prière pour la Création le 1er septembre. C’est  le conseil pontifical « justice et paix » et le conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens qui sont chargés d’organiser désormais cette journée.

« Avoir trouvé une date commune pour la sauvegarde de la création – notamment dans l’attente d’établir une date commune pour Pâques, comme l’a souhaité récemment le pape lui-même – est un beau signe pour le monde œcuménique », estime le cardinal Koch, responsable du conseil pour l’unité des chrétiens. « Si les chrétiens ne peuvent parler d’une seule voix sur des thèmes aussi fondamentaux que ceux-ci, la voix chrétienne court le risque de devenir toujours plus faible »

La Fédération luthérienne mondiale, très engagée sur les urgences climatiques, avaient déjà lancé le mouvement et participe au jeûne pour le climat qui se déroule chaque premier jour du mois jusqu’à la COP 21. Une autre bonne nouvelle a suivi. Le Rev. Nicholas Holtam, évêque chargé des questions d’environnement dans l’Église d’Angleterre, a invité il y a quelques jours les communautés anglicanes à entrer dans l’aventure.

« Cela nous fera du bien d’arrêter, de jeûner, de réfléchir et de prier à propos du besoin de prendre soin de la création de Dieu, bonne mais fragile. Quelles que soient les difficultés scientifiques, économiques et politiques, c’est un problème spirituel. La prière clarifie notre désir et fortifie notre détermination »

En Afrique du Sud, les responsables anglicans avaient déjà donné leur accord, le 25 aout dernier pour une telle initiative. Mgr Desmond Tutu est particulièrement mobilisé pour lutter contre cet autre apartheid, climatique, qui écrase les plus pauvres. Le prima actuel de l’Eglise anglicane de son pays fait de même. AInsi, le Rev. Thabo Makgoba a déclaré notamment :

« Je jeûne par solidarité avec les réfugiés climatiques qui ont perdu leurs maisons et leur revenus à cause des changements climatiques »

Du côté des orthodoxes russes, le rapprochement est aussi là, même si les choses sont plus sensibles. Finalement, ils observeront cette journée le 1er dimanche de septembre, plutôt que le 1er septembre jour de la rentrée scolaire en Russie.

On pourra suivre avec intérêt la liturgie de la parole qui est organisée au Vatican à 17 h en ce jour.

Je laisse la parole à Jacques Nieuviarts, dans son édito pour Prions en Eglise en cette journée

Ainsi, par exemple, mon collègue et ami, Jacques, propose un édito sur cette journée :

La terre appartient à Dieu

(…) Le 1er septembre marque donc une date dans la conscience œcuménique et dans celle de notre responsabilité à l’égard de la planète, alors que se prépare la conférence mondiale sur le climat (COP21) qui doit se tenir début décembre à Paris. En ce temps de rentrée et de décisions multiples, nous sommes invités à allier la prière et l’attention à la planète, la conscience de notre responsabilité à l’égard d’autrui et à l’égard de tous. Laudato si’ ! La louange nous accompagne en chemin, pour marcher le pas léger. L’Esprit nous précède.

TEXTE DU MESSAGE du PAPE FRANCOIS, 6 AOUT 2015

« Partageant avec mon frère bien-aimé le Patriarche Œcuménique Bartholomée la même inquiétude pour l’avenir de la création (cf Lett. Enc. Laudato si’, 7-9), et accueillant la suggestion de son représentant, le Métropolite Jean de Pergame, qui est intervenu à la présentation de l’Encyclique Laudato si’ sur la protection de notre maison commune, je souhaite vous communiquer ma décision d’instituer également dans l’Église catholique une “Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création”. A partir de cette année, cette journée sera célébrée le 1er septembre, comme cela se produit déjà au sein de l’Église orthodoxe.

En tant que chrétiens, nous souhaitons offrir notre contribution à la résolution de la crise écologique à laquelle l’humanité est actuellement confrontée. Pour cela nous devons avant tout puiser dans notre riche patrimoine spirituel les motivations qui nourrissent la passion pour la sauvegarde de la création, en n’oubliant jamais que pour les croyants en Jésus Christ, Verbe de Dieu qui s’est fait homme pour nous, « la spiritualité n’est déconnectée ni de notre propre corps, ni de la nature, ni des réalités de ce monde ; elle se vit plutôt avec celles-ci et en elles, en communion avec tout ce qui nous entoure » (ibid., 216) . La crise écologique nous appelle donc à une conversion spirituelle profonde : les chrétiens sont appelés à une « conversion écologique, qui implique de laisser jaillir toutes les conséquences de leur rencontre avec Jésus-Christ sur les relations avec le monde qui les entoure » (ibid., 217). En effet, « Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne » (ibid).

La Journée Mondiale annuelle de Prière pour la Sauvegarde de la Création offrira à chacun des croyants et aux communautés la précieuse opportunité de renouveler leur adhésion personnelle à leur vocation de gardiens de la création, en rendant grâce à Dieu pour l’œuvre merveilleuse qu’Il a confiée à nos soins et en invoquant son aide pour la protection de la création, et sa miséricorde pour les péchés commis contre le monde dans lequel nous vivons. La célébration de cette Journée à la même date que l’Église orthodoxe sera une occasion profitable pour témoigner de notre communion croissante avec nos frères orthodoxes. Nous vivons à une époque où tous les chrétiens sont confrontés à des défis identiques et importants, auxquels nous devons apporter des réponses communes pour être plus crédibles et efficaces. C’est pourquoi je souhaite que d’autres Églises et Communautés ecclésiales puissent être impliquées elles aussi d’une manière ou d’une autre et que cette journée soit célébrée en accord avec les initiatives que le Conseil Œcuménique des Églises organise sur ce thème.

Je demande au Cardinal Turkson, Président du Conseil pontifical Justice et Paix, d’informer les Commissions Justice et Paix des Conférences épiscopales ainsi que les Organisations nationales et internationales engagées dans le domaine écologique, de l’institution de la Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création, afin qu’en harmonie avec les exigences et les situations locales, la célébration soit organisée comme il se doit avec la participation de tout le Peuple de Dieu : prêtres, religieux, religieuses et fidèles laïcs. Dans ce but, le Dicastère veillera, en collaboration avec les Conférences épiscopales, à mettre en place des initiatives opportunes de promotion et d’animation, afin que cette célébration annuelle soit un temps fort de prière, de réflexion, de conversion et d’adoption d’un style de vie cohérent.

Je demande au Cardinal Koch, Président du Conseil pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens, de prendre les contacts nécessaires avec le Patriarcat Œcuménique et avec les autres instances œcuméniques afin que cette Journée Mondiale puisse devenir un signe du chemin parcouru ensemble par tous les croyants en Jésus Christ. Le Dicastère aura la charge d’assurer la coordination avec les initiatives similaires entreprises par le Conseil Œcuménique des Églises.

Alors que je souhaite la plus vaste collaboration pour le meilleur lancement et développement de la Journée Mondiale de Prière pour la Sauvegarde de la Création, j’invoque l’intercession de la Mère de Dieu, la Très Sainte Vierge Marie, et de Saint François d’Assise dont le Cantique des Créatures pousse tant d’hommes et de femmes de bonne volonté à vivre dans la louange du Créateur et le respect de la Création. Je confirme ces vœux par la Bénédiction Apostolique que je vous donne de tout cœur, Messieurs les Cardinaux ainsi qu’à ceux qui collaborent avec votre ministère.

Cité du Vatican, 6 août 2015

Fête de la Transfiguration du Seigneur »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s