MILITANCE – Fossil free at last

rev  Yearwood Le Rev. Lennox Yearwood junior fait partie de ces activistes américains qui se mobilisent sur les grands défis nationaux et mondiaux, dans la ligne directe d’un Martin Luther King et quelques autres.

L’homme surprend d’abord par son look. Col romain impeccable et costume noir. Le tout rehaussé par une casquette de baseball sur la tête (avec le mot « Divest » brodé dessus) et une paire de sneakers au pied. Dès qu’il parle -et il le fait souvent dans les interventions qu’il multiplie- l’homme en arrive vite au rythme chaloupé des partisans du hip-hop. Car ce pasteur américain, originaire de Louisiane, est aussi un homme des périphéries. Président du Hip Hop Caucus, une ONG travaillant sur la défense des droits humains basée à Washington, sait mobiliser le monde des musiciens par exemple, pour interpeller la société sur ces choix politiques et sociaux. « Quand le mouvement est fort, la musique l’est aussi », clame-t-il, comme on peut le constater dans l’album « Home » publié fin 2014 en réponse à la grande marche pour le climat qui avait rassemblé 400 000 personnes à New York trois mois auparavant.

“The kind of people (community) that I want to be a part of is a people that loves to create change, that love this country, and loves to come together, doesn’t care about republican or democrat, if you’re rich or poor, if you’re black or white, that we come together to figure out and listen to hey we have a problem here in regards to climate change”

« Le genre de personnes que j’aimerai impliquer sont celles qui aiment créer du changement, qui aiment leur pays, et qui aiment se rencontrer, peu importe qu’ils soient de droite ou de gauche, qu’ils soient riches ou pauvres, pour que nous nous écoutions et que nous prenions la mesure du problème que nous avons face au changement climatique. »

En reprenant les leçons des combats passés de la société américaine, le révérend rappelle comment, de la lutte contre l’esclavage et les discriminations à la lutte contre les cigarettiers, la prise de conscience collective est un chantier permanent. Particulièrement face aux défis climatiques qui impactent directement déjà les plus pauvres. Il le sait bien, lui qui s’était déjà mobilisé pour soutenir les populations les plus pauvres frappées par le cyclone Katrina.

 “It is morally wrong to continue to pollute and corrupt our planet. It is wrong for us to continue on this path of not moving from fossil fuels to clean energy and we must stop the madness now.” “What I now say, 50 years later, with our work together that one day … they will rejoice in what you have done and they will say that we are fossil free at least, fossil free at last, thank God oh mighty we are fossil free at last!”

« Il est moralement inacceptable de continuer à polluer et corrompre notre planète. Il est inacceptable pour nous de continuer sur ce chemin qui refuse de quitter la consommation d’énergies fossiles et refuse les énergies renouvelables. Nous devons arrêter cette folie maintenant. Ce que je dis maintenant, c’est que dans 50 ans, avec le travail quotidien que nous faisons, un jour, ils se réjouieront pour ce que nous avons fait et ils nous diront que nous sommes finalement libres des énergies fossiles, libre enfin, grâce à Dieu, le tout puissant, nous sommes libres des énergies fossiles, enfin. »

DL

Source ; Article de Naima Montacer : Reverend Yearwood: ‘It Is Morally Wrong to Continue to Pollute and Corrupt Our Planet’, April 13, 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s