THEOLOGIE – Prêtre, musicien, environnementaliste … et bien en chaire

AndrewBarnett_tn_webAlors que la Catho de Lyon vient de créer sa première chaire de théologie sur les sujets de l’écologie (Chaire Jean Bastaire), d’autres instituts font de même à travers le monde. Aux Etats-Unis, c’est l’Eglise épiscopalienne qui vient d’annoncer la naissance de la Chaire d’études sur l’environnement et la justice alimentaire, au Campbell Hall (banlieue nord de Hollywood).

 

L’affaire se passe en Californie, dans cet Etat touché durement par une sécheresse depuis près de 3 ans. La Chaire, lancée par le rév. J. Jon Bruno, aura comme responsable un jeune pasteur épiscopalien, le rev. Andrew K. Barnett.

« Nos enfants et jeunes ont besoin d’avoir des connaissances bien enracinées dans les sciences et les questions éthiques pour pouvoir comprendre les effets important du changement climatique et ainsi aider à la mise en place d’un développement plus durable et plus soucieux de l’environnement. »
L’évêque Jon Bruno donne ainsi le ton de ce projet. C’est lui aussi qui vient de lancer le projet « Semences d’espoir » (Seeds of Hope), qui propose des parcours éducatifs sur la nutrition, la production de fruits et légumes autour des églises, participer à la distribution de nourriture auprès des plus pauvres etc. Un projet, récemment récompensé par un prix et une bourse de 900 000 $ par la ville de Los Angeles, et qui soutient déjà près de 70 communautés dans leur travail pour plus de justice alimentaire.Quant au jeune prêtre nommé à la tête de cette chaire au sein de cette université de 1100 étudiants, il est enseignant de musique et de science environnemente, tout en étant musicien de jazz par ailleurs.

« Je suis content, par cet choix, de pouvoir soutenir l’émergence de jeunes responsables dans la ville et créer avec eux des contenus scolaires duplicables à travers le pays. Au XXIe siècle, aimer son prochain comme soi-même demande désormais de lutter pour la stabilisation du climat, une société plus juste et des systèmes alimentaires globaux plus sains. Beaucoup d’hommes de foi et de science nous rappelent que nous vivont des crises qui sont reliées et complexes. Mais face à des défis aussi colossaux, une personne attentive à la dimension morale de sa vie se doit d’agir. C’est ainsi que naissent les initiatives. On s’y joint, en y adjoignant sa communauté et on s’y met. On construit ainsi des projets qui sont suffisamment grands pour avoir du poids et assez petits pour être gérables », explique Barnett, jeune prêtre ordonnée en 2012 dans le Minnesota.

DL

Source : Campbell

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s