CLIMAT – Marchons, marchons, qu’un vent plus pur abreuve nos sillons

Le blog E&E n’a pas encore eu le temps d’évoquer les impressionnantes marches pour le climat qui se sont déroulées la semaine dernière. Voici quand même quelques images des amis des Chrétiens unis pour la terre, des gens de Pax Christi et quelques autres. Des gens qui ont notamment participé aujourd’hui à la nouvelle journée de jeûne volontaire pour le climat. Laura nous partage son enthousiasme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici quelques nouvelles de la marche d’hier : 5000 selon la police, 25000 selon les organisateurs…la réalité est sûrement entre les 2, comme certains observateurs avisés avaient évalué dès hier, environ 15 000. Nous étions largement assez nombreux pour porter la grande banderole du Jeûne pour le climat (malgré mes inquiétudes…) et pour distribuer les tracts d’information. Belles surprises de retrouver des amis, d’en découvrir d’autres, de rencontrer les Jeûneurs du Loiret et de Rennes…e tiens à vous dire ma joie de ce beau moment partagé avec vous et aussi où nous avons évoqués celles et ceux qui n’ont pas pu être là.
DL

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « CLIMAT – Marchons, marchons, qu’un vent plus pur abreuve nos sillons »

  1. Peut-on se démarquer de l’enthousiasme général? Le dernier numéro de La Décroissance évoque cette marche pour le climat, comme événement mondial de l’écotartufferie triomphante, avec sa large palette de stars, grands rebelles les jours pairs, amis des multinationales greenwasheuses les jours impairs, Nicolas Hulot à Paris et Yann Arthus Bertrand à New York (il s’y est rendu à la nage dans le cadre de son combat héroïque) aux côtés de Laurent Fabius, Ségolène Royal et autres magiciens alchimistes de la croissance verte et du développement durable. Et de citer Jacques Ellul :
    « L’écoeurante mollesse des bons sentiments fabrique des bourreaux à la chaîne, car ne vous y trompez pas, les bourreaux sont plein d’idéalisme et d’humanité. C’est toujours au nom de l’humanisme et de l’humanité que se font les génocides.(…) Crevez la panse de l’idéalisme, tordez le cou aux bons sentiments, videz les émotions les plus généreuses, faites exploser le message de l’humanisme, apprenez à regarder la vérité en face, pratiquez le scepticisme ascétique, alors peut-être aurez-vous rendu quelques services, dont vous ne serez récompensé que par les insultes des braves gars du monde. »

  2. J’entend bien ce que tu dis Serge, mais on a bien reproché à Jésus de s’attabler avec des « collabos » … D’autres ont couché avec les boches et ont pourtant sauvé des vies, juifs, communistes ou autres tarlouses , ils ont peut-être aussi à leur manière contribué à libérer le pays ! Le journal de la Décroissance trône sur ma table de nuit , veilleur infatigable et indispensable !!! Prenons garde aussi aux purs et durs et autres pharisiens dans leurs boudoirs ………………….. ton frère indéfectible et pourtant, simou !

  3. Mon cher Sinou des champs et des chants,

    Continuant donc de me faire l’avocat des « purs et autres pharisiens qui n’ont jamais jamais jamais péché » (promis juré!), je te citerai ces longs passages du dernier livre de Vincent Cheynet, extraits du chapitre si bien nommé «le fléau du béni-oui-ouisme». Je pense que ça vaut le coup de les méditer  :

    «Ne faut-il pas analyser ces phobies du mot décroissance comme autant de stratégies d’évitement, de symptômes du refus, et plus encore de l’incapacité à dire non, donc d’ouvrir au dissensus, au discernement, à la liberté pour nous enfermer dans l’idéologie de l’acquiescement ? Qui peut d’ailleurs être contre le « convivialisme », la « transition », le « bien vivre », à commencer au Jockey Club ? Ce sont des mots à fabriquer du consensus, donc du maternage.
    Les universitaires qui les produisent traduisent sans doute leur peur d’être marginalisés par les institutions. Ils cherchent à présenter une version « convenable » de l’objection de croissance, acceptable par les institutions, qui leur permette d’apparaître à la fois comme subversifs et « raisonnables ». Nous comprenons alors le combat sémantique qu’ils livrent depuis des années à la décroissance (…) Martin Luther King affirmait : «Le grand obstacle à notre mouvement vient des « réalistes » qui vénèrent plus l’ordre que la justice et qui préfèrent une paix négative, caractérisée par l’absence de tension, à une paix positive, caractérisée par la mise au jour des conflits. Encore faut-il bien préciser que nous, qui produisons les actions directes, ne sommes pas ceux qui produisons les tensions. Nous nous contentons de les dévoiler. Nous les faisons apparaître au grand jour pour qu’on puisse les reconnaître et les traiter » (…)
    Le « positivisme » contemporain a pour nom le béni-oui-ouisme. Il conduit à être figé dans une forme de petite enfance symbolique (…) Le fléau du béni-oui-ouisme est la matrice de tous les systèmes totalitaires et fondamentalistes, à commencer par le capitalisme. La critique, le contre-pouvoir, la dissidence y sont interdits. Bien évidemment ce positivisme n’est jamais présenté comme tel. Il prend toujours le masque d’une pseudo-sagesse, d’un refus du conflit, d’où la mise en garde de Martin Luther King. La personne qui, se croyant éclairée, dit « il faut être positif », ne se doute pas le plus souvent que l’effondrement de la société vient de l’idéologie qui est sous-jacente à cette sentence (…)
    C’est pourquoi le journal La Décroissance dénonce avec constance toutes les personnes qui proposent cette logique fusionnelle. Elles sont innombrables, notamment dans l’écologie. L’un des exemples caricaturaux en est bien sûr Nicolas Hulot. L’idée de s’opposer aux multinationales lui est étrangère, pas seulement parce qu’elles le financent, mais parce que sa démarche est profondément unifiante. Les rapports de force échappent à l’ex-présentateur de TF1. Il est incapable de différencier
    les personnes et les intérêts qu’elles représentent. Sa naïveté, pour ne pas dire son innocence, est déconcertante, et parfois avouée : «j’ai tenté un jour de devenir adulte et j’y ai définitivement renoncé » (…)
    Le combat le plus important se mène là, contre ceux que Martin Luther King appelait les « réalistes », c’est à dire contre ceux qui empêchent les tensions d’êtres exposées et ainsi de permettre au débat de se déployer. Georges Bernanos affirmait que : «le réalisme est précisément le bon sens des salauds. » Ce type de réflexion est allergique aux militants baignant dans l’idéologie du « si tous les gars de bonne volonté se tenaient la main ». L’obsession du désir de consensus révèle un désir infantile d’être aimé, pathologie sur laquelle va se fonder une perspective politique. »
    (Vincent Cheynet, Décroissance ou décadence, Pages 49-54)

    Ton frangin, pécheur et boudeur

  4. Bonjour Serge, moi aussi j’entends bien, mais je crains que le temps passé à se diviser et s’accuser mutuellement de maux divers ne soit du temps perdu. J’ai marché le 21 septembre dernier, avec des milliers de personnes dont j’ai pu constater -lors de nombreux échanges- la sincère préoccupation autour de ces questions et le désir d’agir. Bien entendu, ce geste à lui tout seul ne change rien, mais il fait partie de ces innombrables gestes qui sont à notre portée et qui en entraînent d’autres, puis d’autres…
    A chacun-e de faire ce qui relève de sa responsabilité… et à nous tous de nous encourager les uns les autres et nous inspirer de ce que les uns et les autres font déjà… Que nos actions restent toujours fraternelles, sans quoi nous ajouterons au désarroi actuel et aux crises à venir la division et la haine qui ne sont jamais de bonnes compagnes sur nos chemins de vie.
    Christine

  5. Merci Serge pour ta grogne, je te suis … (Mon papa disait pour plaisanter : « Suis-moi et passe devant!*) Mais la clairvoyance sans la charité devient vite insupportable (oups, j’allais dire intolérable, mais ce mot devient insoutenable!) , paradoxalement elle obscurcit parfois . Le consensuel peut-être une fumisterie mais le sens commun, pour un bien commun doit être recherché malgré tout … « Béni oui-oui »… non non non ! 2 fois ce n’est pas assez ! Mais, Béni oui-oui-oui ! 3 fois oui !!! Et hop « Goutons voir si le vin est bon !?! »
    Je t’embrasse cher SergeÏ et je salue au passage Christine et Dominique et les liens qu’ils tissent sur la terre pour le ciel !
    *Comme si suivre passivement n’était pas suffisant !.. « Passe devant ! » (tu sais où je veux aller, alors guide moi?!)… Chiche… (au passage je te ferai voir des lieux que tu ignores peut-être encore…hé hé hé!) . Frèrot, ne restons pas « entre nous » , prenons tous les risques, j’ai trop connu toutes ces mises en garde :  » ne te compromet pas avec ces gens là, tu vas te faire avoir, ne perd pas ton temps, avance… et s’il était important de rester sur place ? On croit prêcher dans le désert et puis les gens sortent de partout ! Chez les 7 nains je serais sans doute Simplet (mon tonton m’appelait « La Fleur ») , tant que je suis près des jupes de Blanche Neige … Tout va bien (materneige) … Prends bien soin de tes outils mon frère !
    En udp avec tous les pèlerins ,
    Jean-Sylvain

  6. « En crédibilisant l’idée d’une transition climatique par l’innovation plutôt que par la décroissance, nous entendons contribuer de façon décisive à l’aboutissement d’un accord à Paris fin 2015. » – Arnold Schwarzenegger et Michèle Sabban

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/10/09/31001-20141009ARTFIG00402-l-appel-d-arnold-schwarzenegger-pour-preserver-la-planete.php

    Tu vois Sinou, tant qu’on sera entouré (je le crains pour un bon bout de temps!) par de dangereux enfumeurs-manipulateurs de cette espèce en voie de prolifération accélérée, j’crois ben que l’art (très français du reste!) de la saine et tonifiante râlerie restera à l’ordre du jour… de la charité chrétienne bien entendu 🙂

    Bon frérot, je te laisse, je pars de ce pas virevoltant aiguiser mes sabres (mes coupes-ongles et pincettes sont HS. Tant mieux !).

    Bises et à bientôt pour le fraternel calumet de la paix!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s