CREATION – Sauvegarde et santé

2014 Ecologie bateauLe 1er septembre est la date du nouvel an liturgique au sein des communautés orthodoxes. Sur proposition de son prédécesseur, le patriarche Bartholomée a fait de cette journée, et des semaines qui suivent, un temps de prière pour la Création. Une proposition qui a aisément rejoint la sphère oecuménique à travers le monde. L’épiscopat catholique italien a ainsi validé, lui aussi, cette démarche. A cette occasion le pape François vient d’envoyer un message de soutien.


Pour cette 9e journée pour la sauvegarde de la Création, le pape reprend le thème qui est, en 2014 : « Éduquer à la sauvegarde de la création, pour la santé de nos pays et de nos villes ». Dans son message, appelle à l’engagement de tous, « institutions, associations et citoyens, afin de préserver la vie et la santé des personnes en respectant l’environnement et la nature ». Les évêques italiens, eux aussi, soulignent « l’égarement » dans lequel vivent de nombreux territoires à travers le monde. « Là où l’harmonie de l’alliance avec Dieu est brisée, se brise aussi l’harmonie [des hommes] avec la terre ». Ils reprennent à leur compte, dans une étonnante transposition spirituelle, le cri du prophète Osée : « Parjure et mensonge, assassinat et vol ; on commet l’adultère, on se déchire : le sang appelle le sang. C’est pourquoi le pays est en deuil, tous ses habitants dépérissent, ainsi que les bêtes sauvages et les oiseaux du ciel ; même les poissons de la mer disparaissent. » (Os 4,2-3).

  Les évêques (commission pour l’oecuménisme et le dialogue inter-religieux) citent aussi le pape François : « En tant qu’êtres humains, nous ne sommes pas les simples bénéficiaires, mais les gardiens des autres créatures. Moyennant notre réalité corporelle, Dieu nous a unis si étroitement au monde qui nous entoure, que la désertification du sol est comme une maladie pour chacun ; et nous pouvons nous lamenter sur l’extinction d’une espèce comme si elle était une mutilation. Ne faisons pas en sorte qu’à notre passage demeurent des signes de destruction et de mort qui frappent notre vie et celle des générations futures. » (Evangelii gaudium 215).

DL

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s