Des circuits (courts) à Dayton ?

2014 Dayton670 millions de dollars. Une coquette somme pour un investissement écoresponsable à moyen terme. Et c’est le comité d’investissement de l’université américaine de Dayton (Ohio) qui vient de l’annoncer.

Le président de l’université marianiste, Daniel Curran, explique que son soucis est de manifester la cohérence de son établissement avec les invitations de l’Eglise.

« C’est notre manière d’assumer la mission qui nous est confiée, en continuant de réfléchir et d’agir sur les questions religieuses, de droits humains et de durabilité environnementale. »

Puisqu’il n’est plus possible de ne pas tenir compte de l’impact des changements climatiques en cours, qui frappe d’abord les populations les plus pauvres, Curran souligne qu’il y a un service humanitaire à rendre en agissant selon les principes de la doctrine sociale et de l’héritage marianiste, de manière catalyser des changements positifs qui bénéficieront à la planète entière.

Cette mobilisation passe donc par des décisions importantes concernant les politiques d’investissement financiers de l’université, répondant ainsi aux appels de nombreux ONG, dont 350.org. La campagne « Go Fossil Free » est déjà travaillée sur plusieurs campus catholiques dans le pays, dont Georgetown et Boston.

Mais à Dayton, c’est le comité d’investissement lui-même qui a initié la réflexion et non pas les étudiants de base. Interpellé par les appels de la Conférence des évêques américains et ceux du pape François, le comité a évalué comme possible une politique de diversification de ses investissement, vers des pratiques plus écoresponsables. Elle a donc mis en place un programme concernant les 34 millions de son portefeuille qui soutiennent de près ou de loin des entreprises développant l’usage de ressources non-renouvelables. Dans un deuxième temps, il s’agira d’investir fortement dans des technologies vertes et durables, tout en continuant de filtrer les futurs investissements dans les fonds de pension. Un travail qui sera évalué dans 18 mois.

Bien sûr, l’action reste symbolique quand on connaît le poids des industriels de l’énergie américains. « Mais nous avons senti que nous devions être du bon côté, en ce qui concerne une telle action », explique Curran. L’univesité prévoit aussi, à hauteur de 2050 de devenir « neutre » sur le plan de sa consommation en ressources carbonées.

DL

Source : Article Eco Catholic, NCR, de Brian Roewe. Traduction et synthèse : DL

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s