Des arbres paroissiaux

783439Au Togo, depuis 1977, le 1er juin est dédié aux arbres. Ainsi se multiplient dans le pays ce jour là les actions de reboisement et de protection de l’environnement. Ce fut le cas aussi cette année dans la paroisse du village d’Anyron, à 56 km de la capitale, Lomé.

L’occasion était belle puisque ce 1er juin était aussi l’occasion d’une fête locale, la Rallye, rassemblant toutes les forces vives du lieu. Ce moment de convivialité veut pouvoir renforcer la place de cette église pour qu’à terme elle devienne une station-mère dans la région. Après la vente aux enchères de produits agricoles, de jeunes plants d’arbres ont été mis en terre, du côté du dispensaire local et du collège de la ville.

« Nous avons décidé aujourd’hui, de célébrer la fête de Rallye, qui est une fête pour les chrétiens catholique. A travers cette fête, les chrétiens s’entraident pour le développement de l’église dans le village. Anyron a déjà fêté les 100 ans de l’église. Et comme la journée coïncide avec la journée de l’arbre, le 1er Juin, nous avons fait d’une pierre deux coups. Nous en avons profité pour planter de jeunes plants dans le Collège du Village et du dispensaire. Je me bats toujours pour le développement et le social. », a expliqué un responsable local.

Plan_ECOVILLAGE2Occasion de découvrir aussi le travail de « terre des jeunes », une ONG qui, en Afrique, travaille à la sensibilisation aux urgences environnementales. Elle est présente aussi au Togo. Cette année, elle participe à la formation de « leaders en changement climatique », à travers dix rencontres dans le pays. La première s’est déroulée le 13 avril dernier. Les autres suivront jusqu’en novembre.L’ONG prévoit aussi de réaliser le premier (et unique) écovillage au Togo. Dans un style traditionnel et dans le respect des normes écologiques, le site sera appelé « Terre des jeunes ».

Il faut parier que cette ONG participera activement à la 5ème édition de la Journée africaine de l’Ecologie qui se déroulera à Lomé en juillet prochain (20 au 22 juillet). Et par ailleurs le réseau Groupe de Réflexion des Organisations Ecologiques des Caraïbes et d’Afrique Francophone (GROECAF), va aussi inaugurer son siège à Lomé. Partie d’une simple initiative nationale de la section togolaise du GROECAF, la journée de l’Ecologie est devenue, de nos jours, continentale. C’est une occasion au cours de laquelle partis politique et société civile réfléchissent sur les problèmes écologiques auxquels font face le continent africain et les Iles Caraïbes. Les responsables expliquent le sens de leur démarche :

 « la bonne santé d’une population dépend d’un environnement sain ; et qui respecte l’environnement, respecte la population ». Pour cela, il va falloir que « la jeunesse aille vers cette population pour lui expliquer l’interaction qui existe entre l’environnement et elle ». Par exemple, les pays côtiers, « sont exposés à l’avancée de la mer qui fait décimer au jour le jour des villages et fait reconstruire des infrastructures. En ce qui concerne les pays sahéliens, un des problèmes écologiques à leur niveau est la chaleur qui détruit à petit coup les environnements forestier et animalier ».

En dehors du Togo, le réseau GROECAF existe en Côte d’Ivoire, au Bénin, au Gabon au Burkina Faso et en Haïti et ambitionne de créer une université ou d’un centre de recherche sur l’écologie.

DL
Source :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s