Quand José ne se laisse pas manipuler

 Le 30 avril dernier, José Bové, député européen depuis 2009 et candidat dans la circonscription du sud-ouest, a pris position contre les manipulations génétiques mais aussi les techniques de procréation médicales assistées. Une posture qu’il revendique au nom de sa compréhension de l’écologie. Mais un avis qui crée le remous au sein d’EE-LV

C’est au cours de l’émission Face aux chrétiens (KTO, La Croix, RND, RCF) que l’ancien militant agricole et altermondialiste a exprimé son opposition à la PMA. Pour lui, l’écologie ne  » se limite pas à la question sociale». C’est donc au nom de son opposition de principe à toute manipulation sur le vivant qu’il en tire toutes les conséquences. «Que ce soit pour les couples homosexuels ou hétérosexuels, que ce soit sur le végétal, l’animal et a fortiori sur l’humain, je suis contre toute manipulation sur le vivant.» Evoquant les réflexions de Jacques Testart, qui critique les dérives eugénistes de nos sociétés, José Bové, qui, récemment encore, est allé arracher des OGM, veut montrer que, concernant le vivant, les choses ne sont pas séparables quant aux conséquences des manipulations génétiques.

Sa prise de position, l’homme a du en rendre compte plus explicitement encore dans un entretien à Libération le 5 mai dernier.

« A partir du moment où je conteste les manipulations génétiques sur le végétal et sur l’animal, il serait curieux que, sur l’humain, je ne sois pas dans la même cohérence. (…)  Je suis contre toute manipulation sur le vivant, que ce soit pour des couples homosexuels ou des couples hétérosexuels, avait-t-il déclaré le 30 avril. Je pense qu’à un moment le droit à la vie et le droit à l’enfance sont deux choses différentes. Je ne crois pas que le droit à l’enfant soit un droit. Je vais me faire plein d’ennemis. »

« Tout ce qui va aujourd’hui faire qu’on va fabriquer le vivant plutôt que le laisser se développer (…) pose énormément de problèmes et de contraintes humaines, éthiques et tout ça. (…) Pour moi, tout ce qui est manipulation sur le vivant, qu’il soit animal, végétal et encore plus humain est pour moi quelque chose qui doit être combattu ».

De fait, la contestation n’a pas tardé. Cet avis va donc clairement à l’encontre des positions et des propositions très libérales des écologistes politiques français du parti EE-LV, très favorable à l’extension de la PMA aux couples homosexuels. La sénatrice Esther Benbassa explique que, selon elle, José Bové « confond PMA et OGM et s’oppose à toute PMA (y compris légale) : un nouvel adhérent de La Manif pour tous ? »

De fait, José Bové touche là un point aveugle de la posture écologique que certains milieux chrétiens avaient déjà souligné.

On lira aussi avec intérêt le commentaire du blog voisin Visible et invisible. En voici le texte :

La prise de position de José Bové contre la PMA – avec les mêmes arguments que ceux qui l’amène à lutter contre les OGM – n’en finit pas de susciter des réactions chez les élus, les militants et les sympathisants d’EELV.Esther Benbassa, sénatrice EELV, s’exprimait ce matin. Elle défendait ainsi l’urgence d’un accès à la PMA : « l’attente – quel qu’en soit l’objet – est toujours insupportable ». En d’autres termes: « je souffre d’un manque, donc j’ai droit à une compensation pour ce manque et la société doit combler mon manque immédiatement ». Ce n’est pourtant pas cette phrase qui est l’élément le plus remarquable du texte d’Esther Benbassa. Non, ce qui est le plus symptomatique est la vision qui en ressort du public auquel la PMA est destinée. Alors que la réflexion de José Bové porte sur la PMA en général et non sur l’homoparentalité ou l’accès à la parentalité des personnes célibataires, Esther Benbassa n’envisage la PMA que pour « les lesbiennes et les femmes seules qui attendent d’avoir un enfant ». Le texte ne dit rien, ou pas grand chose, des couples hommes-femmes qui ont recours à la PMA. La seule infertilité évoquée est sociale et pas biologique.
Cette vision de la PMA (et de l’infertilité) est symptomatique du mal qui frappe EELV. En faisant passer la PMA du biologique et du médical au sociétal, elle s’interdit d’approfondir le sujet de l’infertilité. Alors que le nombre de couples hommes-femmes ayant de graves difficultés à concevoir un enfant ne cesse d’augmenter, la seule réponse du discours politique est de proposer un substitut technique pour pallier l’absence de conception naturelle. Jamais les facteurs d’infertilité ne sont cités, et quand ils le sont, ce n’est pas pour savoir si le mode de vie occidental n’y serait pas pour quelques chose. Encore plus symptomatique, Esther Benbassa défend dans le même temps le droit des femmes à ingérer quotidiennement leur pilule contraceptive. La communauté scientifique se penche pourtant depuis quelques temps sur les effets nocifs pour l’environnement des hormones contenues dans les pilules ainsi que sur l’impact possible des mêmes hormones sur la fertilité masculine. On s’attendrait pour le moins à ce que des élus se réclamant de l’écologique s’emparent de ces sujets au nom de la protection des citoyens. L’allusion d’Esther Benbassa aux dangereux réactionnaires qui voudraient remettre en cause le recours aux antibiotiques fait également peu de cas de l’alerte émise par l’OMS il y a quelques jours au sujet de la menace constituée par la résistance grandissante aux antibiotiques.
S’il est quelque chose de symptomatique dans toute cette histoire, ce ne sont pas les propos de José Bové mais la contre-argumentation d’EELV dont la défense du sociétal se fait, inlassablement, au mépris de l’écologie et de la santé publique.

 

 

DL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s