Repartir de la base

2013.01.sbc2012_fr_pedro_walpole_sjLe P. Pedro Walpole habite à Gangjeong, un petite village de l’île sud-coréenne de Jeju. Il est donc un bon témoin de ce qui se joue là, dans un site naturel protégé et un cadre social privilégié : le projet d’implantation d’une énorme base militaire. En mai dernier, il faisait part de quelques unes de ses réflexions personnelles. Extraits.

D’abord quelques questions :

  • Qui sommes nous vraiment et de qui dépendons nous dans la Création et dans la société qui en est le fruit ?
  • Quelle est notre relation avec la Création et la société quand il y a des conflits et quelle est la manière d’arriver à les résoudre ?
  • Comment entretenons-nous  de bonnes relations au sein des communautés, de la société civile, du gouvernement dans un monde globalisé où il y a des différences notables quant aux réponses à faire aux défis environnementaux ?
  • Et du coup, qu’est-ce qui apparaît plus clairement dans nos réflexions avec les autres sur ces problèmes ?

Dans tous nos efforts, nous partons du fondement ordinaire de l’amour, pour affirmer que la justice et l’espérance sont possibles ici. Nous cherchons toujours à répondre dans l’esprit de l’appel de Jésus : « N’ayez pas peur ». Nous avons appris que l’esprit de gratitude est une partie de ce sur quoi nous nous appuyons avec courage pour tenir bon dans ce conflit. (…) Les conflits dans la vie sont d’abord des affaires de personnes et différent donc de ce qui se joue globalement dans la société, mais c’est une vraie invitation à mieux réfléchir sur ce qui se passe dans la vie. Cette lutte pour comprendre plus profondément et se connecter davantage avec une personne, où elle est et d’où elle vient, nous rend responsable d’elle. Avec d’autres, nous comprenons mieux comment nous faisons partie d’une société qui est toujours en croissance. Avec ce sens de la responsabilité personnelle qui vient de ce que je suis et de ce qui a du sens pour moi et d’autres, il est possible de s’attaquer à une difficulté avec de l’espérance plutôt qu’avec de l’autorité et de la frustration. Ainsi, quand on parle de gratitude et d’amour, avec la foi et l’espérance, cela doit guider toutes nos actions. Chaque personne doit donc s’interroger sur le sens de son action : « Est-elle posée dans la gratitude et l’amour ? » Alors le cœur peut guider l’esprit. Vous n’avez même pas besoin d’être religieux, bouddhiste ou catholique ou même jésuite pour comprendre cela…

DL

Source : Ecojésuite

Trad : DL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s