Propos (bio)divers (suite)

grisin-sao-paulo-2014Le débat sur la biodiversité se poursuit. Voici la réaction d’Yves Froissart, membre de l’antenne environnement et modes de vie, consultant en écologie et agronome.

Votre message poursuit un débat qui a été le nôtre lors de l’élaboration de ces fiches, dont la rédaction, je vous l’avoue, a été parfois difficile. Nous avons bien conscience que le sujet de la biodiversité est encore peu mûr dans les foules chrétiennes dont nous faisons partie, alors que dans le même temps, « la maison brûle », ce que vous évoquez dans votre message en citant le rapport de 22 scientifiques dans la revue Nature en 2012.
D’autres points de votre message m’interpellent, vous évoquez notamment
– la prégnance de l’économique qui est sous tendu par des choix politiques et des modèles de développement et se traduit sur le terrain de la biodiversité par des conflits d’intérêts,
– vous rappelez l’importance capitale de « contraintes environnementales » édictées à un niveau territorial suffisamment vaste,
– vous vous interrogez sur les arguments capables de sensibiliser les chrétiens à l’urgence des stratégies de conservation de la biodiversité.
– Enfin, vous reconnaissez l’importance du dialogue local, que nous avons souligné, mais cette approche vous paraît insuffisante.

En ce qui concerne la prégnance de l’économique, c’est bien le sujet qui surdétermine presque tout le débat sur la biodiversité, je vous avoue n’avoir pas de solutions suffisamment globales, nous collaborons à diverses formes d’économie sociale et solidaire comme les AMAP, qui visent à « réencastrer » l’économique agricole dans le social et l’environnemental comme vous le dites, sur les entreprises dites d’économie de communion, ou sur le développement de l’agriculture biologique, mais cela porte sur des surfaces infimes, et quoiqu’il en soit, cela ne résoud pas entièrement les problèmes de biodiversité sur ces surfaces mêmes. En tout cas, ce point reste encore une hypothèque lourde.

Le sujet des « contraintes environnementales » est évidemment essentiel. Il est impossible d’attendre uniquement de la simple bonne volonté citoyenne le développement de pratiques favorables à la biodiversité sur des échelles suffisantes… mais pour moi, ce point est nécessairement lié à celui sur le dialogue local.
Tout d’abord il faut s’expliquer sur le dialogue local. Comme nous l’avons dit dans la fiche N°2, il se construit dans la subsidiarité et la « gouvernance locale ». Le terme « local » est d’abord une question d’échelle : la commune, la région naturelle, le pays ou une échelle plus vaste … Par ailleurs, le « local » implique souvent d’associer des personnes et institutions hors local, des consommateurs, des associations environnementales, des fonctionnaires… Il est évidemment improbable qu’un dialogue local débouche à lui seul sur une prise en compte adéquate de la biodiversité, mais il va sans dire, et cela va sans doute mieux en le disant, que la « parole » que constituent précisément ces « contraintes environnementales » est partie intégrante de ce dialogue local, c’est souvent elle qui oblige les acteurs locaux à parler de biodiversité, et pas n’importe comment. Mais ce dialogue ne peut se construire que si les conditions le permettent. Que ce dialogue soit mouvementé n’est pas anormal, c’est peut-être même un bon signe. Un dialogue local nécessite par ailleurs une volonté politique et une animation.

Il faut ensuite s’expliquer sur ces « contraintes environnementales ». Elles définissent selon moi des moyens à mettre en place pour atteindre des « enjeux » de biodiversité, le terme « enjeu » signifant que le moyen n’est jamais efficace à 100%. Ensuite, les moyens définis dans une contrainte environnementale devraient selon moi rester suffisamment généraux, faute de quoi, en précisant trop , on arrive à des impossibilités techniques ou autres, ce qui rend ces contraintes moins faciles à accepter par ceux qui doivent les respecter, enfin d’autres questions se posent sur ces contraintes, le contrôle, l’évaluation, les aspects administratifs, financiers ou autres…
A cause de cela, de bonnes « contraintes environnementales » devraient, selon moi, inclure un dialogue local tel que nous l’avons défini , car leur efficacité en dépend, et ce dialogue peut permettre en retour une remontée d’information à l’échelle plus vaste où ces contraintes ont été édictées. Faute de quoi, on court le risque d’aller vers des mesures qui veulent tout contrôler, alors qu’au contraire, la diversité des territoires, des populations locales, des enjeux biodiversité, requiert de la souplesse, de l’inventivité, de l’intelligence, bref, de « l’humain »…
Nous arrivons ici, selon moi, à un message sur la biodiversité qui devrait être audible par le monde chrétien , que je pourrais illustrer par de nombreuses expériences concrètes, mais je ne veux pas ici être trop long… : Ce message est qu’il ne peut pas exister de politique biodiversité sans facteur humain. Ce facteur humain n’est pas un « mal nécessaire ». Pour les chrétiens, nous croyons que l’humain et les relations humaines sont « Esprit et vie », tout comme d’une certaine manière, la biodiversité l’est. Toute la question est de construire des relations humaines « de qualité » et ouvertes aux enjeux de la biodiversité. Le dialogue « local » sur la biodiversité dont nous avons parlé peut l’amorcer, sans omettre de porter aussi le débat au plan économique.
En notre époque de crise écologique, je verrais bien la biodiversité comme une validation de la qualité des relations humaines existant dans des territoires multiples, emboîtés entre eux, des relations ouvertes aux enjeux de biodiversité, et une biodiversité qui va répondre à ces relations, une réponse que l’on sait vérifier par des indicateurs concrets. En tout cas, c’est une réalité que sont capables de comprendre les personnes avec qui je travaille sur le terrain de la biodiversité… les chrétiens et tous les humain de bonne volonté.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s