Y a du boulot !

Extrait de réactions de Mgr Dagens confronté à des internautes du journal Sud Ouest il y a quelques jours…

@ « Sud Ouest ». Vous déclariez l’an passé que Noël appelle un monde meilleur. Aujourd’hui, l’est-il vraiment ?

Mgr Claude Dagens. Les prophètes du déclin sont légion, puisqu’on annonce l’aggravation de la crise économique et financière, de la crise écologique avec le réchauffement climatique dont la neige nous fait douter et avec tant de situations de solitude et de précarité, en Charente comme ailleurs. Il est facile d’annoncer les malheurs à venir. Il est plus difficile d’annoncer des bonnes nouvelles ! Et Noël est une bonne nouvelle. Il faut préciser : ce ne sont pas seulement les fêtes de fin d’année, c’est un événement qui s’est inscrit dans l’Histoire et dont les effets continuent.

Il  semble que la session de début novembre à Lourdes sur la crise écologique en cours n’a toujours pas porté de fruits suffisants. Confondre  « météo » et  » dérèglement climatique » n’est pas bon signe quant à la culture « écologique » de nos prélats. Si on peut entendre le refus du fatalisme que défend Mgr Dagens, on ne peut que s’étonner de cette difficulté à penser la crise comme une réalité et non pas comme de simples discours pessimistes.

A suivre…

DL

Publicités

Mise à l’index relative

« Les sujets environnementaux ne font pas partie des critères examinés par le comité indépendant »

La déclaration est celle de Michael VanDam, membre du Christian Brothers Investment Service (CBIS), responsables de la sélection des valeurs de l’indice boursier Christian Index (lancé très opportunément fin avril (2009 ?) par la société Stoxx). Un indice qui se porte bien (+12 % depuis janvier) veut « socialement responsable », et compatible avec les valeurs chrétiennes, dans l’univers impitoyable des placements boursiers. Autrement dit, l’indice exclut les sociétés qui agissent dans les secteurs de l’armement, de la pornographie, de l’armement, des jeux d’argent ou du tabac… mais pas les pollueurs de la planète. Pour preuve, le pétrolier BP ou encore Siemens, impliqué dans des affaires de corruption, font partie de l’index… Décidémment, le monde de la bourse est bien hors-sol…

Source : article du Monde du 26 décembre 2010 – Auteur : Claire Gatinois.

DL

Si c’est Mgr Pdvin qui le dit…

Extrait d’un entretien de Mgr Podvin accordé au journal France-Soir ces derniers jours, évoquant la figure de Benoît XVI…

En quoi est-il moderne, ce pape ?
Mgr P. : C’est le « pape vert », le pape de l’écologie. De la mondialisation aussi : il a écrit au G20 ! C’est le pape de la crise financière, il l’a vue avant d’autres. C’est aussi le pape de la réforme de l’ONU. Il écrit sur la liberté religieuse, pas seulement au nom de la religion catholique mais au nom de toutes les religions.

La mer, comme mission

Le dernier message de la Mission de la Mer rédigé par Philippe Martin, Président national et le Père Guy Pasquier souligne le sens de son travail pastoral ainsi que la thématique écologique de son prochain rassemblement. A suivre donc !

Extraits :

(…) La Mission de la Mer est engagée à l’accueil des marins au long cours. Leurs besoins essentiels sont connus : aller à terre pour se détendre, et communiquer avec les familles. Les foyers d’accueil sont essentiels pour ces besoins basiques : les marins peuvent y trouver l’accueil, un peu de chaleur humaine, et les moyens nécessaires (téléphone et ordinateur) pour joindre leurs proches. La France a signé les conventions internationales portant sur l’accueil des gens de mer dans les ports : il reste encore à ratifier la Convention du Travail Maritime, adoptée en 2006 par l’OIT. (…)

Voilà les lieux où la Mission de la Mer vit sa mission, dans le partage, par la rencontre et le dialogue. Le monde maritime nous plonge dans la mondialisation, avec ses dimensions multinationale et interreligieuse. Cette mission consiste à apporter à tous la Bonne Nouvelle, que « Dieu est amour », et que chaque personne est aimée de Dieu, par les gestes humains de la visite et de l’accueil, et par l’entraide.

Cette année 2011, la Mission de la Mer tiendra sa session nationale, du 2 au 5 juin 2011, à Saint Gildas de Rhuys (56). Le thème d’année porte sur Ecologie et foi chrétienne, avec le titre : « Héritiers d’un Dieu qui donne la vie ». Héritiers aussi d’un Dieu qui laisse toute sa place à l’homme pour agir, un agir solidaire avec tous les habitants de la planète et respectueux de leur devenir. (…)

DL

Le soleil dans la Manche

Plusieurs sites (http://www.zegreenweb.comhttp://www.maxisciences.com/) évoquent une nouvelle réalisation récente d’église à panneaux solaires. Un mouvement qui semble prendre de l’ampleur pour permettre d’équilibrer travaux de rénovations et rentabilité énérgétique de l’opération.

Ici, il s’agit de l’église de Chefresne dans la Manche (ainsi que de la salle municipale). Un village de 300 habitants et une église médiévale qui nécessitait une restauration. « Le financement de cette opération est assuré par un emprunt qui sera remboursé intégralement par la vente de l’électricité produite à EDF », explique le maire Jean-Claude Bossard (Europe Ecologie-Les Verts). « Cette opération doit s’autofinancer. Le projet, qui comprend bien sûr la réfection de la charpente, nous coûtait 130 000 €. Nous avons eu une aide de la Région Basse-Normandie de 15 000 € et on a emprunté le reste sur 20 ans pour un coût total de 161 700 €. Nous avons passé avec EDF un contrat de revente sur 20 ans qui va nous rapporter 195 000 €. À peu près la somme que nous proposait RTE pour ses lignes à très haute tension… En clair, la vente de l’électricité va nous rapporter 9750 € par an, alors que nous remboursons 8085 €». Cette réalisation s’inscrit dans une réflexion plus globale sur le rapport à la production d’électricité dans la région. La commune a ainsi pris clairement position contre la centrale EPR construite dans le nord-Cotentin, en décidant de quitter le réseau EDF (une première pour un village en France) pour se procurer l’énergie chez Enercoop. Elle évite ainsi l’apparition de lignes à haute tension dans son environnement, malgré des subventions très fortes offertes par RTE (197 000 €).
Le curé du lieu,  l’abbé Porée, le prêtre de la commune,  loue le courage et la ténacité des responsables politiques : « Le Seigneur nous a donné le soleil, utilisons la création, servons nous de cet allié qui ne présente aucun inconvénient. Le maire et les membres du conseil municipal sont des pionniers, des novateurs, et leur initiative peut servir d’exemple aux municipalités qui ont du mal à venir en aide au patrimoine religieux en péril ».
DL

Saints celtiques

Dans les milieux écologistes, la tradition celtique est souvent accueillie avec bienveillance du fait de son rapport un peu « magique » (pour nous) avec la nature. Or, cette tradition fait aussi partie de l’héritage chrétien qui en a vécu et qui l’a évangélisé comme beaucoup d’autres cultures.

Je ne sais pas si vous connaissez Mr Abjean ? Un breton solide qui s’est mis en tête il y a quelques années de faire émerger un nouveau champ de menhir, dans la vallée des « mille saints ». Je ne connais pas bien cet homme ni quel est le fond de son rêve. Mais l’aventure est belle et le cheminement intéressant pour ceux qui sont persuadés que l’on ne peut pas assumer l’avenir, si on oublie le passé. Vous pouvez tenter de vous faire un avis sur le personnage et son projet – une aventure spirituelle, économique, touristique tout à la fois – qui touche du doigt les enjeux d’une écologie humaine intégrale, en regardant son discours lors d’un prix qui lui a été remis récemment ici.

DL

Lobbying proOGM au Vatican ?

On a déjà évoqué l’étonnant article que quelques membres de l’Académie pontificale des Sciences ont prévu de publier bientôt concernant les OGM et leurs applications. On apprend, à la lecture du travail de décryptage opéré ces dernières semaines sur les documents révélés par Wikileaks, par exemple par les journalistes du Monde, que certains câbles diplomatiques américains bien antérieurs concernent eux aussi la question. Voici l’extrait de l’article de synthèse qu’en propose la journaliste Stéphanie Le Bars

Toujours hésitante, la position du Vatican sur l’utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) est, dès 2005, suivie de près par les Etats-Unis. L’ambassade près du Saint-Siège mène un lobbying pour rallier le Vatican sur cette question. « En insistant sur les bénéfices économiques des OGM pour les fermiers des pays en voie de développement », les diplomates espèrent convertir l’Eglise catholique « à l’impératif moral » des OGM – ce qui, au passage, pourrait contribuer à l’acceptation de ces produits dans les pays du Sud.

Avant la signature de l’accord final de la conférence de Copenhague en janvier 2010, les Etats-Unis convainquent le Vatican d' »encourager discrètement » divers pays à signer le texte final. Une démarche particulièrement appréciée par l’ambassade américaine qui rappelle que, généralement, « le Vatican est réticent à compromettre son indépendance et son autorité morale en s’associant aux efforts de lobbies particuliers ».

Source : ici

DL