POLITIQUE – Critères à terre

2017 Rey Frejus PolitiqueMgr Rey, évêque français du diocèse de Frejus-Toulon, vient de publier le 25 mars « quelques critères de discernement » pour préparer les élections politiques à venir au sein des communautés chrétiennes. Des critères largement inspirés par l’encyclique Laudato si… Extraits.

(…) La vision chrétienne de l’engagement politique repose sur la centralité de la personne humaine (dignité et transcendance, disait le pape à Strasbourg en 2014) et le sens du bien commun, conçu comme le « bien de tout homme et de tout l’homme. » A la veille des élections on cite souvent la Note doctrinale de la Congrégation pour la Doctrine de la foi de 2002. Elle donne des critères pour l’engagement et le comportement des chrétiens dans la vie politique. On parle habituellement de “principes non-négociables”, nécessaires à la vie démocratique. Souvent présentés comme étant au nombre de trois (le droit à et la défense de la vie humaine, le mariage conçu comme l’union stable d’un homme et d’une femme, la liberté d’enseigner), on oublie qu’ils comprennent en réalité la totalité du bien commun. Leur liste est donc plus longue : « Il faut penser à la protection sociale des mineurs et à la libération des victimes des formes modernes d’esclavage. On ne peut exclure de cette liste le droit à la liberté religieuse et le développement dans le sens d’une économie qui soit au service de la personne et du bien commun, dans le respect de la justice sociale, du principe de solidarité humaine et de la subsidiarité, qui veut que “les droits de toutes les personnes, de toutes les familles et de tous les groupes, et que l’exercice de ces droits, soient reconnus“. Enfin, comment ne pas voir dans ces exemples le grand thème de la paix. »

  • L’option préférentielle pour les pauvres

Les racines évangéliques de la Doctrine sociale indiquent une priorité politique : l’option préférentielle pour les pauvres. Elle est un élément clé de tout action politique chrétienne. Un chrétien en politique ne peut pas faire l’impasse des questions de pauvreté et de misère: SDF, chômeurs, migrants, population des pays en guerre et des pays pauvres, conditions de détention des prisonniers etc. Les expressions forgées par le pape François n’ont pas pu ne pas nous frapper : « Lutter contre la culture du déchet ou bien encore contre la mondialisation de l’indifférence. » Dans l’histoire, la France a toujours montré l’exemple de la solidarité et de la fraternité. Face aux nouveaux enjeux de pauvreté auxquels l’humanité fait face dans sa dimension planétaire, et compte tenu de la fluidité de l’information, les Français sont invité à une nouvelle « fraternité hors les murs », sans craindre de s’appauvrir.

Lire la suite

ETATS-UNIS – Résister au nom de la miséricorde

2017 Merci2EarthAlors que le nouveau président américain annonce vouloir mettre fin à la « guerre contre le charbon » en détricotant toutes les mesures de protection de l’environnement prises par son prédécesseur, des militants catholiques commencent à faire entendre leur voix. Un WE de mobilisation mondiale se prépare le 22 et 23 avril prochain

« Concernant le soin de notre maison commune, nous vivons un moment critique de notre Histoire. » Ces mots sont ceux du pape François adressés au président Obama en septembre 2015, quelques mois avant la signature de l’accord de la COP21 à Paris.

Cet appel semble très loin désormais dans l’administration américaine actuelle où les climato-sceptiques et les grands industriels des énergies fossiles donnent le ton désormais. Les chrétiens mobilisés par l’encyclique Laudato si sont donc appelés à manifester leur désaccord, par attention pour les plus pauvres et le devenir des équilibres de la planète.

L’opération Mercy2Earth catalyse de nombreuses initiatives en cours. Marches, démarches, mobilisations, prières : toute opération appelant à la mobilisation pour le climat est bienvenue. Une dynamique qui s’appuie notamment sur le texte du pape François du 1er janvier 2016 appelant à la « miséricorde » pour notre maison commune.

DL

 

ECONOMIE – Devoirs de vigilance

2017-an-loiL’Assemblée nationale travaille encore un peu, malgré la campagne électorale. Et les députés viennent d’adopter, à une large majorité, la proposition de loi sur le devoir de vigilances des sociétés-mères et des entreprises donneuses d’ordre.

 Ce 21 février 2017 marque la fin d’un véritable marathon législatif de près de 4 ans aux côtés de la société civile : ONG (Amnesty International France, le CCFD Terre-Solidaire, Les Amis de la Terre, le Collectif Ethique sur l’Etiquette, Sherpa…), syndicats (CFDT, CFTC, CGT, CFE-CGC, UNSA…), cercles universitaires, militants citoyens… qui sont à l’origine de cette avancée historique.

2017-an-loi-terres

 Le député Dominique Potier commente :  » Cette loi place la France à l’avant-garde de la protection des droits humains et de l’environnement dans la mondialisation. Le plaidoyer européen commence maintenant.  La vraie compétitivité est celle qui nourrit un cercle vertueux de croissance durable pour l’économie réelle et la dignité humaine. A l’instar des combats gagnés contre les paradis fiscaux, cette loi pose un principe novateur, elle permet de franchir un pas vers une nouvelle génération de droits, garants du principe de loyauté. »

DL

PS : Entre temps, des précisions doivent être faites :

Lire la suite

CONFERENCE – Causons !

Beaucoup d’infos … mais peu de temps pour les publier. Et dire que c’est le Carême !

En passant, un prochain RV dans la région de Rouen

2017 Rouen Mars 2017

 

La soirée débutera par un partage d’expériences locales avec une intervention de la paroisse Sainte-Thérèse de la Vallée du Cailly pilote sur le diocèse de ROUEN en matière d’écologie, de la RESSOURCERIE RESISTES et du réseau des AMAP.

Vendredi 24 mars à 20h au Centre diocésain (41 route de Neufchâtel à Rouen).
Entrée libre

SPIRITUALITE – Qu’on somme d’arrêter !

campo-santo-19981

Installation de l’artiste Berlinde de Bruckyère

Le Conseil Famille et Société de la Conférence des évêques de France prépare un livre sur le thème « Nouveaux modes de vies ? L’appel de Laudato si ». Pour accompagner cette réflexion, le site de la Conférence des Evêques propose aussi, durant les 5 vendredi de Carême, une méditation proposée par Sr Marie-Laure Denès, op, directrice du Service national Famille et Société.

Vendredi 10 mars. Mieux consommer

« Mieux consommer », thème de la deuxième méditation pour le Carême 2017, à partir de « Nouveaux modes de vie ? L’appel de Laudato Si’ ».

Il est important d’assimiler un vieil enseignement présent dans diverses traditions religieuses et aussi dans la Bible. Il s’agit de la conviction que « moins est plus ». En effet l’accumulation constante de possibilités de consommer distrait le coeur et empêche d’évaluer chaque chose et chaque moment. En revanche, le fait d’être sereinement présent à chaque réalité, aussi petite soit-elle, nous ouvre beaucoup plus de possibilités de compréhension et d’épanouissement personnel. La spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété et une capacité de jouir avec peu. La sobriété qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. (Laudato Si’, § 222 et 223)
Acheter, consommer, jeter. Quoi de plus banal dans une société dite « de consommation » sensée répondre à tous nos besoins et nous les souffler à l’oreille si nous manquons d’idées ! Quand nous semblons faillir à notre mission de consommateur, la sphère politique et économique redouble d’inventivité pour nous stimuler à nouveau. La montagne sur laquelle nous sommes tentés de planter nos tentes n’est pas celle de la Transfiguration où se révèle un Dieu de lumière comme nous le rappelle l’évangile de ce dimanche [Mt 17, 1-9, ndlr]. Nous nous contentons trop souvent d’être fascinés par ce qui brille sans éclairer, nos nouveaux veaux d’or. Toujours plus, quand je veux : quelle liberté ! Et pourtant, qui n’a jamais eu l’impression, même de façon fugace, d’être prisonnier de ses biens, esclaves des injonctions à consommer, saturé jusqu’à n’avoir plus envie de rien ? Qui n’a jamais éprouvé le désir de s’alléger, de se désencombrer pour poursuivre la route ?

Lire la suite

SPIRITUALITE – Pour un éco-Carême

531172_327017614038909_1748123509_nUne prière de Mgr Michel Dubost,  Évêque d’Évry – Corbeil-Essonnes, 20 février 2017 (Site du diocèse)

« Le Carême.
Le temps appelle à la prière, au jeûne, à la générosité.
Cet appel est traditionnel. Il est bon, mais insuffisant.
Le temps appelle à regarder le Christ.
Le Christ qui se donne, se dépouille, accepte toute sa fragilité.
Il sait que tout lui a été donné par le Père
et il prend le temps de l’en remercier.
Le Carême est l’occasion d’une action de grâce
gratuite.

Il sait que tout lui a été donné pour transmettre,
que rien ne lui appartient.
Il accepte de ne pas s’approprier quoi que ce soit :
d’être pauvre.

Il est Dieu et il pourrait jouer les « tout-puissants »
en étant vrai.
Mais il n’emploie pas de technique, de gadget, de prothèse
et ne cherche ni à se protéger, ni à prendre le pouvoir.
Il est fragile parce qu’il est humain
et ne veut pas s’échapper de cette condition limitée.

Notre temps appelle au combat contre la Bête
contre les emballements de la politique, de la technologie, de l’économie,
non pour refuser la modernité
mais pour devenir enfin ce que nous sommes.

Des êtres qui doivent tout à leur Créateur et à leur Sauveur
et ne veulent pas échapper à leur condition humaine. »