ECOLOGIE – Le jardin d’Ecen

2014 ECENChristine est revenue emballée de son séjour en Hongrie, il y a quelques jours à peine. Il faut dire qu’elle y a rencontré les chrétiens du réseau environnemental chrétien européen (ECEN) qui se rassemblaient pour leur 10e assemblée. En voici son compte rendu, paru dans le journal Réforme.

Des chrétiens d’Europe se mobilisent pour la sauvegarde de la Création. Ils vivent l’écologie comme un élément essentiel et constitutif de leur foi. Illustrations en Allemagne et Autriche. À l’heure où les regards convergent vers le sommet climat des Nations unies qui se déroulera à Paris en 2015 (COP21), et où nous commençons à prendre la mesure des conséquences des changements climatiques, des chrétiens issus de diverses Églises d’Europe se sont réunis du 27 au 30 septembre dernier en Hongrie, à l’occasion de la 10e Assemblée de l’ECEN (voir encadré). Ils se sont interrogés sur la responsabilité morale des Églises afin d’apporter des réponses concrètes à la crise environnementale, sociale et spirituelle que nous traversons.

Plus d’une centaine de personnes, originaires de 24 pays d’Europe, ont témoigné d’approches théologiques et écologiques de grande qualité. Elles ont surtout partagé leurs expériences de terrain, inspirantes pour chacun. Ces chrétiens, engagés pour le respect et la sauvegarde de la Création, vivent leur engagement écologique comme un élément constitutif et essentiel de leur foi, et non comme une préoccupation périphérique.

Suite de l’article sur le PDF ci joint

2014 ECEN Article

DL

CREATION – Des ateliers et des hommes

Les Frères missionnaires des Campagnes poursuivent leur petit bonhomme de chemin écoresponsable, du côté de La Carneille. La dernière journée pour la Création, le 4 octobre dernier, fut un beau moment. Ils racontent :

2014 Carneille Accueil sous la halleUne belle fête … Occasion d’une belle collaboration avec l’Eglise Protestante Unie du Bocage et les sœurs de St François d’Assise. Démarrée sous la halle par un accueil en musique, les animateurs des divers ateliers de la matinée se sont présentés : Construire un ‘attrape-rêve’, Un rallye-photo dans l’esprit du Cantique des Créatures, Atelier tatouage pour les enfants, Atelier ‘lien poétique’, Lecture du journal ‘L’Âge de Faire’, Stand du journal ‘Silence !’, Diaporama à partir du satellite Hubble, Atelier Chant, atelier ‘compositions florales’, atelier peinture d’une oriflamme de St François d’Assise, Expo Graminées.

Après le pique-nique, de nouveaux ateliers de l’après-midi ont été lancés : Atelier « seconde vie » à partir d’objets récupérés, Atelier modelage sur le thème de l’arbre, balade nature.

En début de la célébration à 16 heures 30, l’accueil a souligné l’origine de cette fête et le fait qu’elle est célébrée dans d’autres diocèses. Ensuite, nous avons pris le temps de nous présenter et de nous saluer les uns les autres. Le déroulement de la célébration s’est enchaîné naturellement avec l’expression des ateliers, des chants, des poèmes et un support photo. En fin de rencontre, l’Eglise protestante a présenté son actualité et le groupe « Chrétiens et Ecologie dans le bocage » de même. Après un ‘Notre Père’ récité et la bénédiction finale dite conjointement par le pasteur et le fr. Claude, nous nous sommes séparés par un verre de l’amitié.

Les frères de La Carneille

DL

A noter qu’à la Houssaye en Brie, autre maison d’accueil des FMC, un temps de réflexion a été organisé vendredi dernier, au cours de l’AG des Chrétiens en Monde rural, sur les enjeux de l’écologie aujourd’hui dans le monde rural… un moment très sympa, là aussi.

BIODIVERSITE – Passer la bague au doigt… des hirondelles

Je réagis un peu tard, vue l’avancée de la saison. Mais au centre des Tourades, animé par les amis d’A Rocha, on compte et on bague les hirondelles. Et toute aide est la bienvenue, puisque l’opération dure jusqu’à la fin du mois d’octobre…

Explications :

En cette rentrée 2014, nous avons besoin de vous pour relever un grand défi : baguer le plus d’hirondelles possible avant leur  départ vers l’Afrique. Pourquoi est-ce essentiel ? La Provence est la dernière étape pour de très nombreuses hirondelles venues de l’Europe entière avant la traversée de la Méditerranée et du Sahara afin d’atteindre « leur quartier d’hiver ». A Rocha, avec son centre des Tourades, est particulièrement bien placé pour suivre cette migration et veiller à la protection de l’environnement indispensable à la réussite du voyage de ces oiseaux.

A Rocha People: Timothée Schwartz from A Rocha International on Vimeo.

Baguer les hirondelles consiste à les peser, les mesurer, évaluer leur réserve de graisse… Ces différents paramètres nous renseignent sur leur succès de reproduction, leur état de santé, et leurs itinéraires de migration.  Autant d’éléments déterminants pour mieux connaître et protéger les hirondelles de moins en moins nombreuses dans nos campagnes.Chaque année en septembre, pour mener à bien cette action, A Rocha France mobilise bagueurs qualifiés et bénévoles pour poser les filets en soirée et recueillir les centaines d’hirondelles qui les occuperont jusque tard dans la nuit ! Aucun financement public ne couvre les frais de ce programme pourtant essentiel. Accueil des bénévoles, logistique, intervenants professionnels et suivi du programme coûtent à l’association 1€50 pour chaque hirondelle baguée.

 

Pour soutenir l’opération, cliquer ici

DL

page alvarum : http://www.alvarum.com/arochafrance

COLLOQUE – Salut, écologie, création et tout le reste

Observatoire Foi et culture Une belle journée de formation en perspective, le 29 novembre prochain, de 10 h à 17 h à la maison des Evêques à Paris ( 58 avenue de Breteuil, 7ème arrondissement) : organisée par l’Observatoire Foi et Culture de la Conférence des évêques de France, ce 5e colloque aborde le thème  » Sauver la création. L’écologie comme enjeu spirituel »

En vue de la rencontre sur le climat qui se déroulera à Paris, en décembre 2015, l’Eglise de France semble vouloir se mobiliser :  le Conseil famille et société de la Conférence des évêques de France, Justice et Paix, l’Observatoire Foi et Culture (OFC) de la Conférence des évêques de France… Autant de réseaux qui commencent à prendre à bras le corps ce défi.

Les inscriptions sont ouvertes. Voici le programme de la journée

  • 10h00 : Introduction par Mgr Pascal Wintzer
  • 10h15 : Dialogue entre Nicolas Hulot et Mgr Marc Stenger.
  • 10h55 : Dominique Bourg :« La situation présente et les évolutions attendues ; les capacités de l’homme à agir ».
  • 11h15 : Alain Grandjean : « La transition énergétique, une voie vers de nouveaux modèles économiques ».
  • 11h35 : Elena Lasida : « Construire un nouvel imaginaire pour un autre développement ».
  • 11h55 : Echanges avec la salle.
  • 14h :     Thierry Jaccaud, Rédacteur en chef de L’Ecologiste.   Puissances de la technoscience et du pouvoir financier : les défis de la conscience.
  • 14h25 : Table-ronde animée par Patrice de Plunkett : « Que devons-nous faire ?  »
    • Marianne Durano : Pour une écologie intégrale.
    • Amélie Huard, du réseau Chrétiens changeons de Clermont-Ferrand.
    • Dominique Lang, réseaux chrétiens et environnement.
    • Dom Jean-Pierre Longeat, moine bénédictin, Président de la CORREF.
    • Jean-Marie Pelt : un lieu d’initiatives écologiques, la botanique.
  •  16h15 : Echanges avec la salle.
  • 16h45 : Conclusion du colloque : Mgr Pascal Wintzer.

Et en voici le questionnement :

La question écologique ne peut être coupée des questions du développement, du choix des modèles économiques, des modes de vie, des rapports entre l’homme et le cosmos…L’OFC entend proposer une lecture de l’articulation de ces divers enjeux ; voulant également recevoir ce que la tradition chrétienne, dans sa réflexion et ses pratiques, révèle des relations entre Dieu, le monde et l’homme. Les politiques parlent des moyens et des techniques ; le véritable sujet, c’est l’homme, ses modes de vie, le modèle de société qu’il promeut ; l’enjeu de fond, il est culturel, il est spirituel. La prise de conscience des changements affectant la planète (ressources, climats, pollutions, etc.) appellent des changements culturels et économiques, dans la manière de comprendre le développement et le bien-être humain.Les enjeux étant planétaires, le lieu et les moyens de la gouvernance et de la décision politique sont appelés à évoluer, sous peine d’impuissance. La question concernant chacun, elle ne peut se traiter que sur le mode du débat. On peut s’interroger : nos sociétés sont-elles capables de le promouvoir ? Des chrétiens sont engagés dans la réflexion et certains ont choisi d’autres modes de vie ; le colloque voudra aussi leur donner la parole.

 

DL

Renseignements et inscriptions : ofc@cef.fr

Inscriptions en ligne : http://services.catholique.fr/colloque.ofc

ECOLOGIE – Pour une société bienveillante

Le 6-7 décembre se réunissent à Paris les Assises de l’écologie humaine, autour du thème : « La révolution de la bienveillance. Changer le monde par nos initiatives. »

La rencontre se déroule au Palais des Congrès de Montreuil (Ligne 9, métro Robespierre) et alterne formation, rencontres et découvertes.

 

Faut-il rappeler que ce mouvement de « l’écologie humaine », animé notamment par Tugdual Derville et Pierre-Yves Gomez cherche à constituer un réseau de petits groupes locaux réalisant ce travail de « bienveillance » sur les nouvelles initiatives sociales. Préciser aussi que pour ce mouvement, si la nature est précieuse, elle ne constitue pas un élément majeur de la mobilisation, limitant la question environnementale à sa portion congrue.

DL

Contacts :  assises@ ecologiehumaine.eu
http://www.facebook.com/ EcologieHumaine @ecohum

www. ecologiehumaine.eu

ALIMENTATION – Des systèmes à taille humaine

A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, le pape François s’est exprimé sur le thème annuel proposé par la FAO à Rome, qui est celui de « l’agriculture familiale ». Un thème qui n’est pas éloigné de celui du synode qui vient de s’achever aussi ce week-end.

 « Malgré les progrès enregistrés dans plusieurs régions du monde, la situation est inquiétante car on enregistre une diminution globale des aides au développement… Le thème proposé cette année par la FAO (Agriculture familiale, nourrir le monde et avoir soin de la planète) souligne la nécessité de repartir des individus et des groupes de personnes afin de proposer une nouvelle gestion de tout ce qui touche à l’alimentation. En cela, il faut reconnaître le rôle fondamental de la famille rurale et envisager ses potentialités…

Favorisant le dialogue inter-générations, la famille garantie une véritable intégration sociale, la synergie entre agriculture et caractère soutenable. La question est si on se préoccupe vraiment de la famille rurale comme facteur de sauvegarde de la nature pour les générations à venir ? Et de sa fonction de cohésion entre les individus et les groupes sociaux ? Défendre les communautés rurales de la menace anthropique et naturelle doit être une politique mais aussi un appui à la prise de décisions facilitées par les nouvelles technologies, à leur usage dans le respect de l’environnement. Ainsi pourra-t-on modifier la gestion de la coopération et des aides internationales aux victimes de la faim et de la malnutrition…

Le monde a plus que jamais besoin de dépasser ses divisions et les conflits afin de trouver les solutions à une crise globale qui affecte majoritairement les pauvres… Pensons à tous ceux qui sont victimes des guerres, de la destruction et de la misère qu’elles entraînent, la perte des domiciles, la perte des soins médicaux et des moyens d’éducation, la perte de l’espoir d’une vie digne. Nous devons avant tout leur être solidaires… Pour éradiquer la faim il ne suffit pas de palier aux carences chroniques ou d’apporter des secours d’urgence. Il faut repenser les politiques d’aide au développement. Jusqu’à quand un système de production consommation qui exclut une grand part de la population mondiale, jusqu’à quant les miettes tombant des mains des riches ? Il est temps de revenir à la personne, à la communauté réelle, et de ne plus simplement raisonner en terme de marché. Il faut changer l’approche du travail, la signification de l’activité économique, de la production, et penser à la défense de la nature.

C’est le seul moyen de bâtir une paix véritable, menacée aussi par l’insécurité alimentaire. L’Église catholique poursuivra partout sa mission caritative, disposée à accompagner des politiques concrètes, consciente que la foi se manifeste dans la mise en œuvre du projet de Dieu pour l’humanité. Elle continuera à prêcher la fraternité qui, au-delà des chrétiens, intéresse tous les peuples ».

DL

DIOCESE – Quand le diocèse de Nancy se met au vert

Par hasard, je tombe sur le petit reportage réalisé par le diocèse de Nancy sur sa session de rentrée, qui s’est déroulée début septembre 2014. Une session consacrée à la réflexion sur la lien entre … Eglises et écologies. Un beau moment vécu avec près de 250 acteurs en pastorale.

Pour lancer cette session, l’idée avait été lancée de réaliser d’abord un état de lieux sur la réflexion écologique dans le diocèse.

Et voici un petit compte-rendu de la session

DL